Le sel, les matières grasses et les sucres sont indispensables dans une certaine proportion à une alimentation saine. Cependant, la plupart des pays développés sont confrontés à une augmentation des pathologies comme l’obésité, les maladies cardiovasculaires, les diabètes qui sont reliées à des régimes alimentaires mal équilibrés et à des excès de consommation en matières grasses, sel et sucres.

Le programme européen TERIFIQ, coordonné par l’INRA, vise par la recherche et l’innovation technologique une réduction significative de ces ingrédients dans les aliments, ce qui devrait contribuer à éviter ou alléger de nombreuses pathologies et épargner de nombreuses vies.

La Commission Européenne souhaite mettre en oeuvre une politique volontariste et préventive pour les pathologies émergentes liées à la nutrition. Cette politique nécessite de disposer de connaissances scientifiques et technologiques sur la physiologie humaine, la composition et la structure des aliments, la technologie alimentaire, le comportement des consommateurs. Des progrès récents dans ces domaines, réalisés notamment par des équipes de recherche de l’INRA, permettent d’entrevoir la possibilité de substituts alimentaires adaptés et intéressants pour de nouvelles formulations, avec des perspectives d’application à court et moyen terme. Cependant, la tâche est complexe car ces ingrédients sont généralement impliqués dans différentes caractéristiques de l’aliment (saveur, arôme, texture, propriétés rhéologiques, conservation…)

Le projet TERIFIQ (Combining Technologies to achieve significant binary Reductions in salt Fat and sugar in everyday foods whilst optimising their nutritional Quality), lancé aujourd’hui pour une durée de 4 ans, vise essentiellement :

à réduire le niveau de sel, sucre et matières grasses dans des fromages, viandes, produits panifiés et produits prêts à manger en maintenant les qualités nutritionnelles et sensorielles de ces produits pour préserver une bonne acceptabilité par les consommateurs.

A étudier la macro et microstructure de ces produits, à estimer la valeur nutritionnelle des aliments reformulés, en comparaison aux produits traditionnels. Les résultats en découlant seront utilisés pour optimiser les reformulations et les procédés alimentaires mis en oeuvre.

Les objectifs appliqués concernent de nombreux aliments de consommation courante, sur la base de modèles réalistes et en jouant sur les paramètres technologiques :

. Réduire le contenu en sodium (jusqu’à 30%) de différents types de fromage (pâtes molles, semi dures et dures) et, en même temps, améliorer la qualité de la matière grasse ;

. Réduire les matières grasses saturées et le sodium (jusqu’à 50%) dans les saucisses cuites et aussi dans les saucisses sèches maturées en utilisant des technologies telles que les émulsions multiples et la cryocristallisation de la matière grasse ;

. Réduire les matières grasses et le sucre dans les produits de type « muffin » jusqu’à 25% ;

. Réduire la quantité de matières grasses jusqu’à 50% dans les sauces utilisées dans les aliments prêts à consommer. La réduction du taux de sel sera aussi étudiée.

Un des objectifs majeurs de ce projet est de démontrer que ces nouvelles formulations sont transférables à l’échelle industrielle. Dans ce cadre, des activités de démonstration (Production d’aliments reformulés par l’industrie et études consommateurs) avec plusieurs PME de différents pays européens seront conduites.

Coordonné par l’INRA de Dijon et INRA-transfert, ce projet rassemble 16 partenaires européens, présentant des expertises dans différents registres, du fondamental à l’appliqué, ainsi que plusieurs partenaires industriels. La durée du projet est de 4 ans (début 2012 à fin 2015). Les trois premières années sont consacrées aux phases de recherche. La dernière année est essentiellement consacrée au transfert de technologie vers l’industrie.

* Le programme TeRiFiQ a démarré officiellement le 1er janvier 2012. Le colloque de lancement a eu lieu les 7 et 8 février à Dijon.

Source : INRA

A Lire également

Obésité: l’effort de recherche multiplié par six... Valérie Pécresse, la ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, a présenté, le 25 mai dernier, les projets lauréats des investissements ...
Le diabète chez les enfants et les adolescents   Si la fréquence du diabète est en augmentation partout dans le monde, des études révèlent que les enfants courent de plus en plus de risque ...
Grossesse : manger devant la télé favoriserait l&#... Manger devant la télé lors d'une grossesse pourrait favoriser à terme l'obésité chez le futur enfant. Une mauvaise habitude qui influerait sur le comp...
La prise en charge du diabète de type 2 s’améliore... Selon les derniers résultats de l’étude Entred menée en 2007 et publiés par l’InVS,  l’état de santé des personnes diabétiques de type 2 s’améliore en...
Innocuité des aliments : le Canada et la France re... Santé Canada et l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail de la France ont signé, le 15 janvier 201...
Nutrition et santé: 3 nouvelles marques de Nestlé ... Davigel, Maggi et Herta… Trois marques phares de l’industrie agro-alimentaire du groupe Nestlé ont signé le 11 janvier avec le ministère de la santé u...
Chirurgie de l’obésité : bonne ou mauvaise i... Impossible de passer une semaine sans lire un nouvel article lié au poids. Entre les campagnes de communication visant à lutter contre le surpoids, le...
Obésité : l’abus d’oméga 6 et le défic... Selon les résultats d'une étude menée par des chercheurs du CNRS, de l'INRA et de l'Université de Nice-Sophia Antipolis, l'association entre une conso...
Obésité: Coca-Cola part en campagne Pour la première fois en France, Coca-Cola s’adresse directement à ses consommateurs pour les sensibiliser à l’importance d’un mode de vie équilibré. ...
L’obésité stagne mais reste importante en Fr... Selon une étude publiée mardi dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de l’Institut national de veille sanitaire, les chiffres de l’obésit...
Adolescence et santé bucco-dentaire : une vidéo pé... Lucas attend tous les ados sur la chaîne Youtube « UFSBD » pour leur expliquer comment déjouer leurs risques bucco-dentaires. Les adolescents ne s’...
Obésité : des scientifiques soulèvent la piste de ... Selon une équipe de chercheurs du CNRS (1), l'amylase, une enzyme présente notamment dans la salive, jouerait un rôle clef dans le développement de l’...
Fortes chaleurs : des conseils pour bien conserver... Garder les aliments à basse température permet de ralentir la croissance des micro-organismes et de limiter la survenue de toxi-infections alimentaire...
La méthode Dukan illustrée Depuis 2001, plus d'un million de lecteurs de Je ne sais pas maigrir ont adopté la méthode du Dr Pierre Dukan et ont maigri durablement. Nombre d'entr...
OGM: l’étiquetage des aliments toujours dans le fl... Sujet très polémique: avez-vous compris le système d’étiquetage des aliments “sans OGM”? Si oui, bravo! L’avis rendu par le Haut conseil des biotechno...
Obésité et surpoids : la cure thermale plus effica... L’AFRETh (Association Française pour la recherche Thermale) a rendu publique les résultats de l’étude Maâthermes. Il s’agit de la première étude scien...