Les fumeurs coûtent cher à leur entreprise !

Selon une étude américaine publiée dans la revue Tobacco Control, les employés accrocs à la cigarette coûteraient 6.000 dollars (4.600 euros) de plus par an à leur entreprise qu’un salarié non fumeur. En cause, les pauses cigarette, le manque de productivité et le surcoût en dépenses de santé. Aujourd’hui, un cinquième de la population adulte américaine est fumeur.

Lire la suite

Des nouvelles mesures pour lutter contre le tabagisme

Lors de la journée mondiale sans tabac, Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, a annoncé des mesures pour lutter contre le tabagisme en France. Le premier volet de la campagne de l’INPES pour 2013 a été lancé à l’occasion de cette journée. Les jeunes et les fumeurs souhaitant arrêter en sont les cibles prioritaires.

Lire la suite

Journée sans tabac 2012: une campagne pour motiver les fumeurs à arrêter

Ecraser la dernière cigarette se fait en pratique en quelques secondes mais la décision de ce geste est le fruit d’un long processus dans l’esprit du fumeur. A l’occasion de la Journée sans tabac 2012, l’Inpes et le ministère des affaires sociales et de la santé lancent une grande campagne de communication autour « des raisons » de la motivation.

Lire la suite

Dépendance : les fumeurs ont leur passeport !

Pour aider les fumeurs à évaluer leur rapport à la cigarette, les professionnels de santé présents dans les hôpitaux ouverts à l’occasion de la journée mondiale sans tabac, sensibiliseront le public aux méfaits du tabac à travers une approche personnalisée. Chaque fumeur qui le souhaite pourra ainsi se voir remettre un passeport fumeur, qu’il pourra compléter avec l’aide d’un professionnel de santé, afin de mieux comprendre son rapport à la cigarette.

Lire la suite

Le nombre de fumeurs chez les femmes et les chômeurs repart à la hausse

La ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, a annoncé lundi que la consommation de tabac avait «augmenté de 2 points» entre 2005 et 2010, selon le baromètre santé de l’Institut de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes). Des mauvais chiffres qui s’expliqueraient selon la ministre par « un double effet ». Tout d’abord la reprise de la consommation chez les femmes et enfin la crise.

Lire la suite