Cancer héréditaire, cancer d’origine génétique, prédisposition au cancer… toutes ces expressions mal maîtrisées des Français sont source de stress. D’après les résultats de l’enquête Viavoice/Fondation de l’Avenir–Masfip, 62% des personnes interrogées déclarent être inquiètes à l’idée de présenter des prédispositions génétiques favorisant un cancer au sein de leur famille.

79% des Français considèrent qu’on ne parle pas assez des cancers à prédispositions génétiques ; ces pathologies constituent clairement pour eux un sujet d’inquiétude.

« Le cancer fait toujours peur au grand public. Même si les gens meurent moins du cancer qu’il y a dix ans grâce aux progrès de la recherche, cette maladie reste mortelle et les traitements pour la combattre sont toxiques avec des effets secondaires multiples altérant la qualité de vie des malades. Les personnes présentant un risque héréditaire de cancer sont d’autant plus angoissées », explique le Professeur Yves-Jean Bignon, onco-généticien au Centre de lutte contre le cancer Jean Perrin, Clermont-Ferrand.

En réalité, près de 5 % des cancers diagnostiqués en France sont liés à une prédisposition génétique et une altération génétique selon l’Institut national du cancer ; le syndrome de Lynch – forme héréditaire de cancers colorectaux – est responsable d’environ 2 à 3 % de l’ensemble des cancers colorectaux.

Des Français très sensibles aux cancers d’origine génétique

Forts de ce sentiment d’inquiétude à l’égard des cancers, près des deux tiers des Français (60%) affirment pouvoir parler facilement de prédispositions génétiques et de cancer auprès de leur entourage familial.

Résultat : 87% des Français seraient même prêts à se faire dépister si des prédispositions génétiques de cancers existaient dans leur famille.

Les femmes semblent d’ailleurs plus enclines à le faire (54% contre 43% des hommes).

« Les femmes et les hommes venant en consultation souhaitent tous se faire dépister mais les hommes sont peu à venir. Cette absence de consultation masculine n’est pas liée à l’oncogénétique mais est plus globale. Les hommes prennent moins en considération leur santé que les femmes, soit par pudeur, soit par fierté mal placée et ils en parlent peu avec leurs amis ou leur entourage contrairement aux femmes », ponctue le Pr Yves-Jean Bignon.

45% des Français considèrent les cancers d’origine génétique comme un sujet tabou

Une bonne connaissance globale des cancers d’origine héréditaire

Les cancers favorisés par des prédispositions génétiques transmissibles à la descendance ne sont pas inconnus du grand public. En effet, plus de 2 Français sur 3 (69%) affirment en avoir déjà entendu parler. Quant aux onco-généticiens, spécialistes de ces cancers, un quart des personnes interrogées connait leur existence ; un score plutôt positif compte tenu de la confidentialité de ce métier.

Pour les cancers d’origine génétique, en eux-mêmes :

  • – 70% déclarent, à juste titre, que le cancer du sein est potentiellement héréditaire
  • – 51%, que le cancer du côlon-rectum peut l’être également.

Le Français ont tendance à surévaluer le facteur héréditaire de certains cancers féminins tels que le cancer de l’utérus, qui n’est en réalité concerné par l’hérédité qu’au niveau de l’endomètre. En effet, la moitié des Français pense que ce cancer est d’origine génétique alors qu’il n’est a priori favorisé par aucun facteur héréditaire.

Un tiers des personnes interrogées lors de cette étude déclare que les cancers d’origine génétique touchent plus souvent les femmes. Le facteur génétique fort et répandu du cancer du sein pourrait avoir une influence sur les perceptions des Français vis-à-vis des autres cancers féminins et des cancers d’origine génétique en général.

Un besoin d’information des Français sur ces pathologies

Les résultats de l’étude indiquent qu’en cas de doute sur le caractère héréditaire d’un cancer :

  • – 57% des Français iraient chercher de l’information auprès de leur médecin généraliste
  • – 41%, auprès d’un spécialiste tel que les onco-généticiens
  • – 21%, sur Internet
  • – 14%, auprès de leur famille.

« Les Français ont raison de penser que les cancers d’origine génétique sont peu abordés. Les médecins, notamment les spécialistes comme les gastroentérologues, doivent s’informer sur les risques héréditaires de cancer pour ensuite diriger leurs patients vers un onco-généticien si nécessaire. Par ailleurs, l’information du grand public sur ces cancers d’origine génétique par les médias est absolument primordiale. La forte médiatisation de la double mastectomie et de l’ablation préventive des ovaires de l’actrice américaine, Angelina Jolie, a eu des effets positifs sur la prise en charge oncogénétique de ces cancers », affirme le Pr Yves-Jean Bignon.

Source : enquête Viavoice/Fondation de l’AvenirMasfip, étude réalisée en ligne par Viavoice pour la Fondation de l’Avenir et la MASFIP auprès d’un échantillon de 1 000 personnes âgées de 18 ans et plus du 30 septembre au 15 octobre 2015.

A Lire également

Cancer : quand la dermo-cosmétique s’engage pour f... Après avoir mené une étude clinique en 2016 au sein de plusieurs Centres de lutte contre le cancer (CLCC) afin de tester cliniquement leurs produits, ...
Cancer : des frais cachés malgré une prise en char... La Ligue contre le cancer vient de publier le 3ème rapport de l’Observatoire sociétal des cancer. Malgré la prise en charge dite à 100%, des frais cac...
Prédispositions génétiques au cancer du sein : un ... Un nouveau test en cours de développement pourrait être utilisé comme un complément indispensable aux méthodes actuelles de dépistage, selon les résul...
Un guide pour mieux comprendre la radiothérapie Vie quotidienne, déroulement des séances, effets secondaires... L’Institut National du Cancer vient de publier Comprendre la radiothérapie, un guide d...
Deuxième plan cancer : où en est-on ? La ministre de la santé et des sport a présenté ce mercredi en conseil des ministres un état de l’avancement du deuxième plan de lutte contre le cance...
Journée mondiale contre le cancer 2010 : prévenir ...  « Prévenir le cancer c’est aussi possible », tel est le slogan d’une nouvelle campagne lancée à l’occasion de la Journée mondiale contre le cancer le...
Plan cancer: des avancées concrètes selon l’... Le Président de la République a reçu vendredi de Xavier Bertrand, ministre du Travail, de l'Emploi et de la Santé et de Nora Berra, secrétaire d'Etat ...
Octobre rose 2013 : mobilisation en faveur du dépi... Octobre rose est le mois de mobilisation nationale contre le cancer du sein avec des actions organisées en région et une mobilisation de toutes les as...
Côlon Tour 2015 : la Ligue contre le cancer repart... Pour rappeler l'importance du dépistage pour les personnes âgées de 50 à 74 ans et pour présenter le nouveau test de dépistage (prévu en avril 2015), ...
L’incroyable chasse au trésor de Gustave Un cadeau original pour la fête des pères : participez en famille dimanche 16 juin 2013 à Paris, Parc de Bercy, à « L’incroyable chasse au trésor de G...
Lignes à très haute tension : les enfants ne doive... L'agence de sécurité sanitaire environnement et travail (Afsset) a publié une mise à jour des connaissances sur les effets sanitaires des champs élect...
Journée mondiale contre le cancer : Marisol Tourai... Au cours d’une visite au Centre de lutte contre le cancer Bergonié à Bordeaux (Gironde), Marisol Touraine a tenu à souligner l’importance de trois ini...
Comment mieux supporter les traitements du cancer Comment mieux supporter des traitements anti-cancer de plus en plus lourds et intrusifs ? Grâce aux approches complémentaires, selon le Dr Valérie Fou...
Cancer de la peau : les buveurs de café seraient m... Selon une étude américaine présentée à une conférence de l'American Association for Cancer Research à Boston, la consommation quotidienne de café rédu...
La pollution chimique est plus importante à l̵... D'après l'Observatoire de la qualité de l'air intérieur, un logement sur dix présente des niveaux de pollution chimique très élevés. Selon le polluant...
Cancer du col de l’utérus : la vaccination recomma... L'Institut National Du Cancer (INCa) lance une campagne d’information au mois de juin sur la prévention du cancer du col de l’utérus. Une campagne qui...