80% des cancers bronchiques sont imputables au tabac (ou à d’autres carcinogènes professionnels tels que l’amiante). Mais dans 20% des cas, son origine reste inconnue. Le Pr Julien Mazières s’est penché sur le cas d’une de ses patientes atteinte d’un cancer des bronches alors qu’elle est non fumeuse et sans antécédent particulier. Ce pneumo-oncologue du CHU de Toulouse a alors mené ses recherches s’orientant vers une anomalie génétique. Pari payant puisqu’une anomalie génétique HER2 a été retrouvée chez cette jeune femme de 40 ans !

Une collaboration européenne entre la France, (grâce à l’initiative de l’Institut National du Cancer qui finance la recherche de cette protéine), l’Espagne et la Suisse, initiée par le Pr Julien Mazières a permis de confirmer la responsabilité de cette anomalie dans certains cancers bronchiques. Sur 3 800 patients testés, 65 d’entre-eux (45 femmes et 20 hommes) étaient porteurs de cette anomalie génétique assez rare, représentant 1 à 2 % de tous les cancers du poumon. Il s’agit le plus souvent de femmes non fumeuses (32 sur 45).

De nouveaux traitements ciblés spécifiques pour les patients porteurs de cette anomalie, plus efficaces et moins toxiques que les chimiothérapies, peuvent être désormais à l’étude.

Source : CHU Toulouse