La consommation de viande rouge et de charcuteries est incriminée depuis plusieurs années dans la survenue de cancers du côlon, première cause de mort par cancer chez les non-fumeurs en France : chaque jour, 100 nouvelles personnes sont atteintes, et 45 en meurent. A l’INRA de Toulouse, une équipe de chercheurs, associée à l’Institut du Porc (IFIP), a cherché à comprendre comment les charcuteries peuvent être promotrices du cancer du côlon.

En 2007, le World cancer Research Fund (WCRF) a conclu que la consommation de charcuteries était liée au cancer du côlon, avec un facteur de certitude très élevé, en se basant sur des corrélations observées lors d’études épidémiologiques. Sur cette base, le WCRF a recommandé d’éviter de consommer des charcuteries.

L’équipe de chercheurs de l’INRA montre pour la première fois, in vivo chez le rat, qu’une charcuterie modèle riche en hème (la molécule qui donne sa couleur rouge à la viande, et qui lui donne son aspect rosé lorsque cette dernière est cuite), salée, additionnée de nitrites, cuite et oxydée était promotrice de la carcinogenèse colorectale. Pour arriver à ce résultat, les chercheurs ont testé 4 facteurs représentatifs de la transformation industrielle des charcuteries : la couleur, l’ajout de nitrites, la cuisson et l’oxydation du produit. Après avoir essayé seize combinaisons différentes, ils ont trouvé que l’association de ces 4 facteurs qui mime le procédé de fabrication d’un jambon cuit, puis exposé à l’air, était celle qui générait le plus de lésions précancéreuses au niveau de la muqueuse intestinale.
Le pouvoir promoteur des charcuteries vient probablement de la transformation de l’hème lors du processus de fabrication. En effet celui-ci va subir une réaction chimique qui va le modifier, – la nitrosylation-, lui permettant à son tour de catalyser la formation des agents véritablement cancérigènes : des peroxydes et des composés N-Nitrosés.

Ce travail ouvre la voie à des stratégies de prévention qui consisteraient à modifier le procédé de fabrication des charcuteries (par exemple, contrôler le statut d’oxydation en produisant et conservant les charcuteries dans des milieux dépourvus d’oxygène ou en ajoutant des antioxydants comme la vitamine E).

(1) L’hème est la molécule qui donne sa couleur au muscle, donc à la charcuterie. Plus elle est abondante, plus le muscle est rouge. Cette molécule apporte le fer, sous sa forme la plus facilement assimilable pour l’homme.

Source : INRA

Références : Meat processing and colon carcinogenesis : cooked, nitrite-treated, and oxidized high-heme cured meat promotes mucin-depleted foci in rats. Cancer prevention research, online.

A Lire également

Cancer colorectal : « le dépister à temps peut vo... Une nouvelle campagne de sensibilisation au cancer colorectal et à son dépistage vient d'être lancée. Responsable de 18 000 décès par an en France, le...
La friture et le soda, c’est mortel… Friture, charcuterie, soda… Selon des chercheurs américains, ce régime alimentaire largement rependu dans le sud des États-Unis augmenterait de 56 % l...
Dépistage du cancer colorectal : un nouveau test p... Le mois de mars est à nouveau le mois de la mobilisation contre le cancer colorectal. Avec plus de 17 500 décès par an, ce cancer reste le 2e cancer l...
Chips, charcuterie… Une alimentation trop gr... Selon une étude américaine publiée par le journal Human Reproduction, les hommes ayant une alimentation trop riche en graisses  (charcuterie, chips, v...
Cancers colorectaux: des consultations dédiées à l... Alors que débute « Mars bleu », la campagne annuelle de sensibilisation au dépistage du cancer colorectal, l’Institut Curie a ouvert des consultations...
Dépistage du cancer colorectal : Marisol Touraine ... Marisol Touraine, la ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, a présenté mercredi le nouveau test de dépistage « immunolo...
Cancer colorectal : nouvelle campagne sur le dépis... La campagne qui députe à partir du 2 novembre dans la presse et sur le web pour une durée d’un mois, revient sur le message suivant : « le cancer colo...
Le yaourt pour mieux digérer le lactose Dans le monde, la moitié des enfants sont intolérants au lactose. A la fois diététique et source de calcium, le yaourt est un aliment très apprécié de...
Mars bleu 2014 : le mois du dépistage du cancer co... 3ème cancer le plus fréquent et 2ème cancer le plus meurtrier, le cancer colorectal reste encore en France un cancer méconnu et trop souvent tabou. Po...
Cancer colorectal: pour que le traitement ne soit ... Mettre des gants avant d’ouvrir le réfrigérateur. Éviter le rayon frais des supermarchés. Voici la réalité pour la quasi-totalité des patients atte...
Où acheter des produits frais ? Vous vivez en Auvergne et vous cherchez de nouvelles adresses pour manger mieux et acheter vos produits frais ? Quatre professionnels de l’agroaliment...
Cancer colorectal : une participation au dépistage... Avec près de 45 000 nouveaux cas et 18 000 décès par an, le cancer colorectal reste le 2e cancer le plus meurtrier. Malgré un test qui a fait la preuv...
Allergie au lait : à la recherche d’un nouveau sus... L’allergie au lait touche essentiellement le très jeune enfant et disparaît généralement à l’âge de 3-4 ans. On observe ces quarante dernières années ...
Cancer colorectal : mars, le mois de mobilisation ... Roselyne Bachelot-Narquin a lancé, mardi 2 mars, et pour la troisième année consécutive, le mois de mobilisation nationale contre le cancer colorectal...
Cancer colorectal et mélanome cutané : deux guides... Chaque année, le cancer colorectal touche plus de 37 000 nouvelles personnes et le mélanome cutané plus de 7 300. La Haute Autorité de Santé (HAS) et ...
« Mars Bleu », le mois national de mobilisation co... L’Institut national du cancer (INCa) lance « Mars bleu », le mois de mobilisation nationale contre le cancer colorectal. Ce nouveau programme d’inform...