La consommation de viande rouge et de charcuteries est incriminée depuis plusieurs années dans la survenue de cancers du côlon, première cause de mort par cancer chez les non-fumeurs en France : chaque jour, 100 nouvelles personnes sont atteintes, et 45 en meurent. A l’INRA de Toulouse, une équipe de chercheurs, associée à l’Institut du Porc (IFIP), a cherché à comprendre comment les charcuteries peuvent être promotrices du cancer du côlon.

En 2007, le World cancer Research Fund (WCRF) a conclu que la consommation de charcuteries était liée au cancer du côlon, avec un facteur de certitude très élevé, en se basant sur des corrélations observées lors d’études épidémiologiques. Sur cette base, le WCRF a recommandé d’éviter de consommer des charcuteries.

L’équipe de chercheurs de l’INRA montre pour la première fois, in vivo chez le rat, qu’une charcuterie modèle riche en hème (la molécule qui donne sa couleur rouge à la viande, et qui lui donne son aspect rosé lorsque cette dernière est cuite), salée, additionnée de nitrites, cuite et oxydée était promotrice de la carcinogenèse colorectale. Pour arriver à ce résultat, les chercheurs ont testé 4 facteurs représentatifs de la transformation industrielle des charcuteries : la couleur, l’ajout de nitrites, la cuisson et l’oxydation du produit. Après avoir essayé seize combinaisons différentes, ils ont trouvé que l’association de ces 4 facteurs qui mime le procédé de fabrication d’un jambon cuit, puis exposé à l’air, était celle qui générait le plus de lésions précancéreuses au niveau de la muqueuse intestinale.
Le pouvoir promoteur des charcuteries vient probablement de la transformation de l’hème lors du processus de fabrication. En effet celui-ci va subir une réaction chimique qui va le modifier, – la nitrosylation-, lui permettant à son tour de catalyser la formation des agents véritablement cancérigènes : des peroxydes et des composés N-Nitrosés.

Ce travail ouvre la voie à des stratégies de prévention qui consisteraient à modifier le procédé de fabrication des charcuteries (par exemple, contrôler le statut d’oxydation en produisant et conservant les charcuteries dans des milieux dépourvus d’oxygène ou en ajoutant des antioxydants comme la vitamine E).

(1) L’hème est la molécule qui donne sa couleur au muscle, donc à la charcuterie. Plus elle est abondante, plus le muscle est rouge. Cette molécule apporte le fer, sous sa forme la plus facilement assimilable pour l’homme.

Source : INRA

Références : Meat processing and colon carcinogenesis : cooked, nitrite-treated, and oxidized high-heme cured meat promotes mucin-depleted foci in rats. Cancer prevention research, online.

A Lire également

Cancer colorectal : une participation au dépistage... Avec près de 45 000 nouveaux cas et 18 000 décès par an, le cancer colorectal reste le 2e cancer le plus meurtrier. Malgré un test qui a fait la preuv...
Cancer colorectal : une campagne pour encourager a... L’Institut national du cancer lance une nouvelle campagne d’information à l’attention du grand public et des professionnels de santé pour encourager a...
“Roulons pour le côlon !”, dimanche 7 ... La première édition de "Roulons pour le côlon !" organisée par l’Institut Gustave Roussy est une journée d’action et de mobilisation afin de collecter...
Cancer colorectal : un pôle de recherche expert en... Le cancer colorectal touche chaque année plus de 40 000 personnes en France et représente le 3e cancer le plus fréquent. Pourtant, dépisté à temps, il...
Mars bleu : mois national de mobilisation contre l... Pour la 5e année consécutive, le mois de mars est l’occasion pour les autorités sanitaires de lancer la mobilisation contre le cancer colorectal. Aprè...
Allergie au lait : à la recherche d’un nouveau sus... L’allergie au lait touche essentiellement le très jeune enfant et disparaît généralement à l’âge de 3-4 ans. On observe ces quarante dernières années ...
Cancer colorectal: une équipe française découvre u... Une équipe du Centre de Recherche en Cancérologie de Lyon, vient de démontrer qu'un gène (nommé "DCC" pour Deleted Colorectal Cancer) protège contre l...
L’aspirine efficace en prévention du cancer ... Selon une étude britannique publiée dans la revue scientifique The Lancet, l’aspirine aurait bien des effets préventifs contre le cancer colorectal. ...
Goût et comportement alimentaire des enfants : une... Face à l’alarmante pandémie d’obésité infantile en France, les chercheurs de l’INRA avancent l’éducation sensorielle comme piste de réflexion possible...
Mars bleu 2014 : le mois du dépistage du cancer co... 3ème cancer le plus fréquent et 2ème cancer le plus meurtrier, le cancer colorectal reste encore en France un cancer méconnu et trop souvent tabou. Po...
Le yaourt pour mieux digérer le lactose Dans le monde, la moitié des enfants sont intolérants au lactose. A la fois diététique et source de calcium, le yaourt est un aliment très apprécié de...
Cancer colorectal et mélanome cutané : deux guides... Chaque année, le cancer colorectal touche plus de 37 000 nouvelles personnes et le mélanome cutané plus de 7 300. La Haute Autorité de Santé (HAS) et ...
Cancer colorectal: bilan de la campagne d’informat... L’INCa publie l’évaluation de la campagne d’information et de communication en faveur du dépistage organisé du cancer colorectal, lancée en mars 2011....
Dépistage du cancer colorectal : les nouveaux test... Attendus depuis 2008, les nouveaux tests de dépistage du cancer colorectal seront mis à disposition à partir de mars 2015, viennent d'annoncer la Cais...
Dépistage du cancer colorectal : Marisol Touraine ... Marisol Touraine, la ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, a présenté mercredi le nouveau test de dépistage « immunolo...
Mars Bleu : une campagne pour vaincre les préjugés... Dépisté précocement, le cancer colorectal se guéri dans 9 cas sur 10. Il demeure pourtant le troisième cancer le plus fréquent en France avec près de ...