Hépatite B et C, VIH…  Partout dans le monde, l’utilisation de la même seringue ou de la même aiguille pour faire des injections à plusieurs personnes contribue à la propagation d’un certain nombre de maladies infectieuses meurtrières.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) vient de lancer une nouvelle politique de sécurité des injections dans le but d’aider tous les pays à parer au problème universel des injections à risque. En effet, des millions de personnes pourraient être protégées contre les infections transmises par des injections à risque si tous les programmes de soins de santé utilisaient des seringues à usage unique. 

Selon une étude réalisée en 2014 avec le parrainage de l’OMS, on estime que jusqu’à 1,7 million de personnes ont été contaminées par le virus de l’hépatite B, jusqu’à 315 000 par le virus de l’hépatite C et pas moins de 33 800 par le VIH à la suite d’une injection à risque.

L’OMS fait ainsi des recommandations détaillées et insiste sur l’utilité des dispositifs de sécurité des seringues, y compris ceux qui protègent les agents de santé contre les piqûres d’aiguille accidentelles et, partant, contre le risque d’infection.

Réduire le nombre d’injections superflues

L’OMS souligne également la nécessité de réduire le nombre d’injections superflues pour réduire le risque d’infection. Chaque année, 16 milliards d’injections sont effectuées. Environ 5% de ces injections sont destinées à vacciner les enfants et les adultes et 5% servent à d’autres actes comme la transfusion sanguine et l’administration de contractifs injectables.

Les 90% restants des injections sont pratiquées dans le muscle (voie intramusculaire) ou dans la peau (voie sous-cutanée ou intradermique) pour administrer des médicaments. Dans bien des cas, elles ne sont pas nécessaires et pourraient être remplacées par l’administration par voie orale.

Utiliser des seringues «intelligentes» d’ici 2020

L’OMS exhorte ainsi les pays à passer, d’ici 2020, à l’usage exclusif des nouvelles seringues «intelligentes», sauf dans les rares circonstances où une seringue autobloquante empêcherait d’effectuer un acte médical, par exemple lorsque qu’une personne est sous pompe intraveineuse utilisant une seringue.

Ces nouvelles seringues «intelligentes» recommandées par l’OMS pour les injections dans le muscle ou la peau sont pourvues de dispositifs qui empêchent leur réutilisation.  Les seringues sont aussi équipées de dispositifs qui protègent les agents de santé contre les piqûres d’aiguille à l’origine d’infections. Une gaine ou un capuchon descend le long de l’aiguille et la recouvre entièrement après l’injection pour éviter que l’utilisateur ne se blesse accidentellement et ne s’expose ainsi à un risque d’infection.

Source : OMS

A Lire également

Journée mondiale contre le paludisme : l’OMS... À l'occasion de la Journée mondiale de lutte contre le paludisme célébrée chaque année le 25 avril, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) se félic...
VIH / Sida : des idées reçues qui ont la vie dure... Selon une enquête de l'Observatoire régional de santé d'Ile-de-France sur les croyances et attitudes face au sida*, certaines idées reçues persistent....
Semaine de la vaccination du 22 au 26 avril 2014 Du 22 au 26 avril 2014  se déroule la 8e édition de la Semaine de la vaccination. L'occasion pour chacun de faire le point sur ses vaccinations : quel...
Paludisme: la mortalité baisse dans toutes les rég... Selon le Rapport 2011 sur le paludisme dans le monde, publié aujourd’hui par l’Organisation mondiale de la Santé, les taux de mortalité attribuables a...
Les gaz d’échappement de moteurs diesel canc... Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC/IARC), l'agence pour le cancer de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), vient de classer...
VIH: un nombre élevé d’infections chez les plus de... Selon une étude publiée par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS),  les traitements "qui allongent la durée de survie", les rapports non protégés ...
« Vous faites quoi demain de 5 à 7 ? » : le nouvea... La Ville de Paris renforce son offre de dépistage VIH en étant la première collectivité à proposer des tests rapides d’orientation diagnostique (TROD)...
VIH : Traiter les femmes enceintes le plus tôt pos... Pour limiter au maximum le risque de transmettre le virus du sida à leur enfant, les femmes enceintes infectées doivent présenter une charge virale in...
Le diabète chez les enfants et les adolescents   Si la fréquence du diabète est en augmentation partout dans le monde, des études révèlent que les enfants courent de plus en plus de risque ...
Vaccinations et rappels : des étapes essentielles ... Les Français se vaccinent de moins en moins, ils oublient de faire leurs rappels : l’insuffisance de couverture vaccinale s’accentue avec l’âge et res...
Haïti : 5 urgences sanitaires Après le séisme, la situation sanitaire est un autre drame dans un pays marqué par une misère endémique, privé d’infrastructures sanitaires. Un tablea...
VIH : près de 3 étudiants sur 10 ont de fausses cr... Selon une enquête santé* menée par Opinion Way pour la SMEREP à l'occasion de la Journée mondiale de lutte contre le SIDA, plus de 40% des étudiants a...
Sida: Roselyne Bachelot veut dépister tous les Fra... Roselyne Bachelot, la ministre de la Santé, révèle ce mercredi au quotidien Libération les grandes lignes du plan sida 2010-2014 qu'elle présentera à ...
Nouvelle piste originale pour un vaccin contre le ... L’équipe de chercheurs dirigée par Jean-Marie Andrieu, professeur à l’Université Paris Descartes, et Louis Wei Lu de l’Institut de Recherche pour le D...
Marisol Touraine confirme le projet de loi pour la... La ministre de la Santé Marisol Touraine a confirmé au congrès de AIDES que la loi de Santé Publique, promise par le candidat Hollande, sera proposée ...
L’OMS appelle à un plus grand nombre de dons de sa... À l’occasion de la Journée mondiale du donneur de sang qui se déroulait le 14 juin 2012, l’OMS a appelé les gens à être plus nombreux à donner réguliè...