Hépatite B et C, VIH…  Partout dans le monde, l’utilisation de la même seringue ou de la même aiguille pour faire des injections à plusieurs personnes contribue à la propagation d’un certain nombre de maladies infectieuses meurtrières.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) vient de lancer une nouvelle politique de sécurité des injections dans le but d’aider tous les pays à parer au problème universel des injections à risque. En effet, des millions de personnes pourraient être protégées contre les infections transmises par des injections à risque si tous les programmes de soins de santé utilisaient des seringues à usage unique. 

Selon une étude réalisée en 2014 avec le parrainage de l’OMS, on estime que jusqu’à 1,7 million de personnes ont été contaminées par le virus de l’hépatite B, jusqu’à 315 000 par le virus de l’hépatite C et pas moins de 33 800 par le VIH à la suite d’une injection à risque.

L’OMS fait ainsi des recommandations détaillées et insiste sur l’utilité des dispositifs de sécurité des seringues, y compris ceux qui protègent les agents de santé contre les piqûres d’aiguille accidentelles et, partant, contre le risque d’infection.

Réduire le nombre d’injections superflues

L’OMS souligne également la nécessité de réduire le nombre d’injections superflues pour réduire le risque d’infection. Chaque année, 16 milliards d’injections sont effectuées. Environ 5% de ces injections sont destinées à vacciner les enfants et les adultes et 5% servent à d’autres actes comme la transfusion sanguine et l’administration de contractifs injectables.

Les 90% restants des injections sont pratiquées dans le muscle (voie intramusculaire) ou dans la peau (voie sous-cutanée ou intradermique) pour administrer des médicaments. Dans bien des cas, elles ne sont pas nécessaires et pourraient être remplacées par l’administration par voie orale.

Utiliser des seringues «intelligentes» d’ici 2020

L’OMS exhorte ainsi les pays à passer, d’ici 2020, à l’usage exclusif des nouvelles seringues «intelligentes», sauf dans les rares circonstances où une seringue autobloquante empêcherait d’effectuer un acte médical, par exemple lorsque qu’une personne est sous pompe intraveineuse utilisant une seringue.

Ces nouvelles seringues «intelligentes» recommandées par l’OMS pour les injections dans le muscle ou la peau sont pourvues de dispositifs qui empêchent leur réutilisation.  Les seringues sont aussi équipées de dispositifs qui protègent les agents de santé contre les piqûres d’aiguille à l’origine d’infections. Une gaine ou un capuchon descend le long de l’aiguille et la recouvre entièrement après l’injection pour éviter que l’utilisateur ne se blesse accidentellement et ne s’expose ainsi à un risque d’infection.

Source : OMS

A Lire également

L’Europe menacée par une épidémie d’ob... L'Organisation mondiale de la santé (OMS) met en garde l’Europe contre la montée de l'obésité. Selon l’OMS, le vieux continent "va être confrontée à u...
Journée mondiale de l’hygiène des mains, le 5 mai ... Chaque année, à  l’occasion de la Journée de l’hygiène des mains, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) organise le 5 mai la campagne « Pour sauve...
« Vous faites quoi demain de 5 à 7 ? » : le nouvea... La Ville de Paris renforce son offre de dépistage VIH en étant la première collectivité à proposer des tests rapides d’orientation diagnostique (TROD)...
Sida : 1 tiers des étudiants ne se protègerait jam... Pour la Journée Mondiale de la lutte contre le SIDA, la SMEREP rappelle les comportements à risque des étudiants : un tiers déclare ne jamais utiliser...
Sidaction : un DVD poétique pour protéger l’amour... La Boîte à papillons, éditions de créations insolites qui allient la poésie aux causes humanitaires, lance, en partenariat avec Sidaction « Rumeurs à ...
Sidaction lance son application Iphone Sidaction poursuit son ascension vers les nouvelles technologies et arrive sur l’Iphone à travers une application simple et pratique. Avec plus d’1 6...
L’OMS recommande de réduire les apports en sucre c... L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) vient de recommander de ramener l’apport en sucres libres à moins de 10% de la ration énergétique totale che...
VIH/Sida : vrai ou faux ? la transmission du virus... « Comment attrape-t-on le sida ? » récapitulatif en huit questions sur les modes de transmissions du virus. Objectif : distinguer les situations da...
Sidaction 2011 : Joël, rétrogradé parce que séropo... A l'occasion du Sidaction 2011, Joël et Catherine, séropositifs, témoignent des ravages de la maladie dans leur vie professionnelle et sociale. En Fra...
Alcool: 3,3 millions de décès par an selon l’... Un rapport publié par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) alerte sur les dangers de la consommation excessive d'alcool. En 2012, l'usage nocif d...
Préservatif : le Pape admet son utilisation “... Pour la première fois, un pape, Benoît XVI, a admis dans un livre d'entretiens à paraître mardi, l'utilisation du préservatif "dans certains cas", "po...
SIDA : une nouvelle campagne en faveur du dépistag... A l'occasion de la Journée mondiale de lutte contre le SIDA, ce mardi 1er décembre 2015, Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, de la Santé...
Sidaction 2011 : comment faire un don ? Le Sidaction 2011 démarre aujourd'hui. Les 1er, 2 et 3 avril, 13 chaînes de télévision et 3 radios unissent une nouvelle fois leurs efforts : les prés...
VIH / Sida: devenez le messager du « geste qui sau... A l'occasion de la Journée Mondiale de lutte contre le Sida du 1er décembre, l'opération Clic’n test vous propose de devenir le messager du « geste qu...
Sidaction 2010 : 26, 27 et 28 mars 2010 Le Sidaction est un événement unique en Europe qui a lieu tous les ans le dernier week-end de mars. Cette opération permet de multiplier les messages ...
VIH : « On est tous à un moment ou un autre concer... A l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le Sida 2009, l’Inpes lancent une campagne télévisée pour rappeler « qu’on est tous à un moment ou...