Hépatite B et C, VIH…  Partout dans le monde, l’utilisation de la même seringue ou de la même aiguille pour faire des injections à plusieurs personnes contribue à la propagation d’un certain nombre de maladies infectieuses meurtrières.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) vient de lancer une nouvelle politique de sécurité des injections dans le but d’aider tous les pays à parer au problème universel des injections à risque. En effet, des millions de personnes pourraient être protégées contre les infections transmises par des injections à risque si tous les programmes de soins de santé utilisaient des seringues à usage unique. 

Selon une étude réalisée en 2014 avec le parrainage de l’OMS, on estime que jusqu’à 1,7 million de personnes ont été contaminées par le virus de l’hépatite B, jusqu’à 315 000 par le virus de l’hépatite C et pas moins de 33 800 par le VIH à la suite d’une injection à risque.

L’OMS fait ainsi des recommandations détaillées et insiste sur l’utilité des dispositifs de sécurité des seringues, y compris ceux qui protègent les agents de santé contre les piqûres d’aiguille accidentelles et, partant, contre le risque d’infection.

Réduire le nombre d’injections superflues

L’OMS souligne également la nécessité de réduire le nombre d’injections superflues pour réduire le risque d’infection. Chaque année, 16 milliards d’injections sont effectuées. Environ 5% de ces injections sont destinées à vacciner les enfants et les adultes et 5% servent à d’autres actes comme la transfusion sanguine et l’administration de contractifs injectables.

Les 90% restants des injections sont pratiquées dans le muscle (voie intramusculaire) ou dans la peau (voie sous-cutanée ou intradermique) pour administrer des médicaments. Dans bien des cas, elles ne sont pas nécessaires et pourraient être remplacées par l’administration par voie orale.

Utiliser des seringues «intelligentes» d’ici 2020

L’OMS exhorte ainsi les pays à passer, d’ici 2020, à l’usage exclusif des nouvelles seringues «intelligentes», sauf dans les rares circonstances où une seringue autobloquante empêcherait d’effectuer un acte médical, par exemple lorsque qu’une personne est sous pompe intraveineuse utilisant une seringue.

Ces nouvelles seringues «intelligentes» recommandées par l’OMS pour les injections dans le muscle ou la peau sont pourvues de dispositifs qui empêchent leur réutilisation.  Les seringues sont aussi équipées de dispositifs qui protègent les agents de santé contre les piqûres d’aiguille à l’origine d’infections. Une gaine ou un capuchon descend le long de l’aiguille et la recouvre entièrement après l’injection pour éviter que l’utilisateur ne se blesse accidentellement et ne s’expose ainsi à un risque d’infection.

Source : OMS

A Lire également

“Sea, sex and test” contre le VIH et l... Comment succomber sans prendre de risque aux plaisirs de l’été ? Un slogan ouvertement inspiré du tube de Serge Gainsbourg lancé par les départeme...
Pollution atmosphérique : l’OMS dénombre 2 million... La pollution atmosphérique atteint des niveaux dangereux pour la santé dans de nombreuses villes, selon les données sur la qualité de l’air publiées h...
Marisol Touraine confirme le projet de loi pour la... La ministre de la Santé Marisol Touraine a confirmé au congrès de AIDES que la loi de Santé Publique, promise par le candidat Hollande, sera proposée ...
Hépatite B aiguë: entre 1.000 et 1.600 nouveaux ca... Selon une enquête menée par des chercheurs de l'Institut national de veille sanitaire (INVs) et publiée mardi par le Bulletin épidémiologique hebdomad...
Sida : le nombre de décès d’adolescents a triplé e... Selon des données publiées par l’Unicef, le nombre de décès d’adolescents imputables au Sida aurait triplé au cours des 15 dernières années. Aujour...
L’autotest VIH de AAZ finalement disponible ... La société française AAZ a annoncé mardi le report de la disponibilité de son autotest VIH® dans les pharmacies françaises au 15 septembre prochain. ...
Tuberculose : la maladie fait 4400 décès par jour ...  Selon l'Organisation Mondiale de la Santé, la mortalité due à la tuberculose a baissé près de moitié depuis 1990. Néanmoins, 1,5 million de personnes...
Journée mondiale contre le cancer, le 4 février 20... A l'occasion de la journée mondiale contre le cancer, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) rappelle que les cancers figurent parmi les principale...
Les cas de démence devraient tripler d’ici 2050 Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), près de 35,6 millions de personnes dans le monde sont atteintes de démence. Ce nombre devrait doubler...
Journée mondiale contre l’hépatite : le 28 j... La première Journée mondiale officielle de l'OMS contre l'hépatite sera célébrée pour sensibiliser davantage au problème de l'hépatite virale et aux m...
Sida : Marisol Touraine va poursuivre la procédure... Marisol Touraine, Ministre des Affaires sociales et de la Santé, a annoncé vendredi dans un communiqué qu'elle poursuivait la procédure d’évaluation c...
La pollution atmosphérique classée cancérigène pou... Le Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC) de l’Organisation mondiale de la santé vient de classer la pollution atmosphérique dans le g...
Qualité de l’air dans les villes : l’O... Selon l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), près de 80% des personnes installées dans des zones urbaines seraient confrontés à la pollution aux p...
Sidaction 2011 : comment faire un don ? Le Sidaction 2011 démarre aujourd'hui. Les 1er, 2 et 3 avril, 13 chaînes de télévision et 3 radios unissent une nouvelle fois leurs efforts : les prés...
Alcool: 3,3 millions de décès par an selon l’... Un rapport publié par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) alerte sur les dangers de la consommation excessive d'alcool. En 2012, l'usage nocif d...
VIH : 20 stars américaines dans une même pub ; c’e... Plus de 20 stars américaines se sont réunies dans une publicité et dévoilent ce qu’elles achètent avec 40 cents: un œuf, un timbre, un chewing-gum…. M...