Après un cancer du sein, certaines femmes doivent subir une mastectomie, c’est-à-dire une chirurgie mammaire non conservatrice où le sein est retiré. Même si ce n’est pas systématique, la plupart d’entre elles optent pour une reconstruction mammaire. Différentes solutions existent alors en fonction des cas.

La perte d’un sein peut être un choc psychologique difficile. Si certaines femmes acceptent cette étape de la maladie, d’autres la vivent comme une mutilation. Au quotidien, cela peut être ressenti comme une perte de féminité compliquée à assumer. La reconstruction du sein immédiate est parfois pratiquée en même temps que le traitement du cancer mais dans bien des cas, la patiente se dirigera vers une reconstruction mammaire dite différée. Comprenez par là que l’intervention chirurgicale sera réalisée une fois le traitement du cancer terminé. Elle donne notamment le temps à la patiente de choisir la technique de reconstruction la plus adaptée et réalisée par un chirurgien de son choix.

Pour une reconstruction mammaire différée, il est essentiel de choisir un chirurgien expert et reconnu en tant que tel par le Conseil National de l’Ordre des Médecins. Vos différents entretiens vous permettront de déterminer si vous vous sentez en confiance mais également d’étudier quelle technique opératoire vous conviendra le mieux. N’oublions pas que ce type d’intervention chirurgicale est longue. Elle se déroule en plusieurs étapes, des consultations médicales aux opérations elles-mêmes. Cela dure en moyennent entre six à douze mois.

L’objectif est de reconstruire votre sein comme vous l’avez toujours connu, aussi bien dans sa forme que dans son volume, mamelon et aréole inclus. Les premières consultations permettront de déterminer la technique opératoire envisagée. Si la prothèse mammaire est la plus connue, elle n’est pas la seule. Votre chirurgien plasticien peut utiliser un lambeau de peau prélevé au niveau de votre dos ou de votre ventre (voir le schéma opératoire proposé par le Dr Arnaud Petit pour mieux comprendre). Dans certains cas, il vous proposera la technique du lipofilling mammaire qui consiste à injecter de la graisse. La technique composite, quant à elle, consiste à réunir celles du lambeau, du lipoffilling et de la prothèse. Elle suppose plusieurs étapes.

Dans tous les cas, pour bien vivre une reconstruction mammaire, renseignez-vous au maximum, prenez le temps de réfléchir et choisissez la technique qui répond le mieux à vos besoins personnels.

A Lire également

Cancers du sein : 40% des chimio pourraient être é... 40% des chimiothérapies pourraient être évitées pour les cancers du sein dépistés à un stade précoce sans atteinte ganglionnaire. C’est ce que nous ré...
Cancer du sein : le plus fréquent des cancers fémi... Avec près de 50 000 nouveaux cas estimés en 2005 en France, le cancer du sein représente 36,7 % de l’ensemble des nouveaux cas de cancers chez la femm...
Reconstruction mammaire : les nouvelles alternativ... Sur les 45 000 nouveaux cas de cancer du sein en France chaque année, 15 000 subissent une ablation du sein et 5 000 bénéficient d’une reconstruction ...
Cancer du sein : le dépistage organisé, comment ça... Le dépistage organisé est un programme national mis en place par pouvoirs publics, en lien avec l’Assurance Maladie et les professionnels de santé, au...
Dépistage organisé du cancer du sein: 2,5 millions... Près de 2 500 000 femmes ont eu recours au dépistage organisé du cancer du sein en 2012, ce qui représente 52,7 % de la population cible, a indiqué ve...
Cancer : l’Institut Curie et le Centre René Huguen... L’Institut Curie et le Centre René Huguenin fusionneront à partir du 1er janvier 2010. Un rapprochement qui a pour objectif d’amplifier leurs capacité...
Octobre rose : le site communautaire Chaîne rose f... Il y a un an, pour la précédente édition d'octobre rose, Roche lançait en partenariat avec Rose Magazine le premier site communautaire dédié au ...
Cancer du sein : une nouvelle formulation injectab... Un médicament du laboratoire pharmaceutique suisse Roche, qui réduit le temps d’administration grâce à une nouvelle formulation injectable (par voie s...
Cancer du sein: le dépistage organisé en léger rec... Le taux de participation au dépistage organisé du cancer du sein a légèrement baissé entre 2009 et 2010, d'après les données publiées aujourd'hui par ...
Cancer du sein, cancer colorectal, mélanome : où e... Ces trois cancers sont exemplaires de la difficulté et des obstacles que rencontre la recherche. Lorsque le cancer est localement avancé ou que des mé...
Cancer du sein : un recul modeste de la mortalité ... Selon une analyse du Centre international de recherche sur le cancer de l’OMS sur l’évolution de la mortalité par cancer du sein dans 30 pays de l’Eur...
Cancer du sein: l’ARC fait dialoguer cherche... A l’occasion d’Octobre Rose, le mois de sensibilisation et de mobilisation contre le cancer du sein, l’ARC ouvre sur Internet une plateforme d’échange...
Cancer du sein : 8ème édition du Ruban de l’... Le Ruban de l'Espoir entamera le 1 octobre 2015 sa 8ème édition de sensibilisation au cancer du sein avec pour thématiques : le bien-bouger, le bien-m...
« Le Cancer du Sein, Parlons-en ! » aussi dans les... Les parfumeries Marionnaud soutiennent l'association « Le Cancer du Sein, Parlons-en! ». Durant tout le mois d’octobre, l'enseigne met à disposition s...
Cancer du sein et traitement de la ménopause : com... Commencer un traitement hormonal peu de temps après l’installation de la ménopause plutôt que quelques années plus tard ne limite pas le risque de can...
“Be Pink !” pour Octobre Rose Pour la campagne 2014 de lutte contre le cancer du sein Octobre Rose, Radisson Blu lance l’initiative « Be Pink ! ». C’est au travers de chambres d'hô...