L’équipe du laboratoire AGeing, Imagery and Modeling (AGIM, CNRS/Université Joseph Fourier/Ecole pratique des hautes études Paris), dirigée par Pierre Ray et Christophe Arnoult, a identifié le gène responsable de l’un des syndromes d’infertilité masculine, la globozoocéphalie spermatique, caractérisé par la production de spermatozoïdes à tête ronde incapables de féconder l’ovule.

Ce gène s’est avéré jouer un rôle fondamental dans la spermatogénèse, et pourrait de ce fait devenir une cible pour de nouveaux contraceptifs. Un travail publié dans le numéro de mars de l’American Journal of Human Genetics.
La globozoocéphalie spermatique est une pathologie rare caractérisée par des spermatozoïdes à tête ronde dépourvus d’acrosome, la vésicule contenant les enzymes permettant au spermatozoïde de percer la membrane pellucide de l’ovocyte.

Pour en découvrir les causes génétiques, les chercheurs ont analysé, à l’aide de puces à ADN, le génome de 20 personnes atteintes de ce syndrome. Ils ont ainsi découvert que 75% des patients avaient en commun la délétion homozygote (1) d’une séquence d’ADN de 200 000 paires de bases. Sur cette séquence se trouve un seul gène : DPY19L2. La perte de cette séquence génétique est le fruit d’une « recombinaison homologue non allélique » : lors de la méiose, la division produisant deux cellules sexuelles à partir d’une cellule germinale, les chromosomes homologues s’échangent des séquences d’ADN. Ces échanges contribuent à l’évolution de notre espèce. Mais elles se produisent parfois à partir de séquences homologues localisées à différents endroits du génome, ce qui peut entraîner des duplications et des délétions de gènes comme dans le cas de la globozoocéphalie.

Cette étude a permis de découvrir que le gène DPY19L2 est nécessaire à l’élongation du spermatozoïde et à la formation de l’acrosome. On savait que chez le ver nématode C. elegans, le gène analogue à DPY19L2 joue un rôle important dans l’établissement de la polarité cellulaire, l’asymétrie dans l’organisation des composants de la cellule, indispensable au développement des embryons. Les recherches de l’équipe du laboratoire AGIM conduisent à penser que chez l’humain, DPY19L2 joue aussi un rôle fondamental dans l’établissement d’une polarité cellulaire, mais dans ce cas, lors de la formation des spermatozoïdes. Ce serait ainsi le premier gène connu remplissant cette fonction.

Ces travaux permettent de proposer un diagnostic génétique pour les patients porteurs de spermatozoïdes globozoocéphales, et, à terme, d’imaginer des solutions thérapeutiques contre ce syndrome. Par ailleurs, DPY19L2 pourrait devenir une cible pour de nouveaux contraceptifs masculins non hormonaux. En effet, en bloquant son expression, ou l’action de la protéine, on pourrait empêcher la formation de spermatozoïdes féconds. Un brevet protégeant ce concept a été déposé en novembre 2009.

Notes : (1) Délétion des 2 allèles identiques d’un gène.

Références : A recurrent deletion of the DPY19L2 gene causes infertility in man
Numéro de mars de l’American Journal of Human Genetics.

Source : CNRS

A Lire également

Cancers du sein : le point sur les prédispositions... La star hollywoodienne Angelina Jolie a révélé mardi avoir subi une ablation des seins pour prévenir un risque très élevé de cancer car elle est porte...
Maladie des mouvements en miroir congénitaux : une... Des chercheurs de l'Inserm, du CNRS, de l'UPMC et de l'AP-HP au sein du Centre de Recherche de l’Institut du Cerveau et de la Moelle (CRICM) de la Pit...
Epilepsie : des chercheurs découvrent un gène clef... Christophe Bernard, directeur de recherche Inserm et son équipe marseillaise en collaboration avec une équipe américaine viennent de découvrir un gène...
Le cola, une des causes de l’infertilité masculine... Selon des chercheurs danois, une consommation importante de cola d'au moins d’un litre par jour contribuerait à altérer la qualité du sperme. Une ...
Migraines : découverte par des chercheurs d’un gèn... Une équipe de chercheurs de l’Université de Montréal a mis en évidence un lien entre la mutation du gène KCNK 18 et des migraines avec aura. Leurs tra...
Grasses matinées : l’explication génétique ! Vous êtes sujets aux réveils difficiles ou adeptes des grasses matinées ? L’explication serait génétique... En effet, la BBC rapporte que des chercheu...
Infertilité masculine : une explication génétique... Des scientifiques de l'Institut Pasteur viennent d'identifier des mutations affectant un même gène et responsables de troubles sévères de la fertilité...
Alzheimer: découverte d’un nouveau gène impl... Un nouveau gène impliqué dans les formes précoces de maladie d’Alzheimer a été découvert par l’équipe de recherche de l’Unité Inserm « Génétique du ca...
Découverte d’un gène prédisposant à la schizophrén... Des chercheurs de l’Université de Montréal ont découvert que certaines mutations génétiques pourraient prédisposer des individus à la schizophrénie, l...
Le Wi-Fi serait nuisible à la qualité du sperme Le Wi-Fi de nos ordinateurs aurait de lourdes conséquences sur la qualité du sperme des utilisateurs selon une étude de scientifiques argentins publié...
Gènes défectueux : va-t-on pouvoir les « réparer »... La progression des connaissances laisse espérer de nombreuses possibilités thérapeutiques mais aussi des risques car la régulation des gènes apparaît ...
Diabète: un gène gardien de l’horloge biolog... Des chercheurs lillois et Parisiens ont montré que des mutations du gène du récepteur de la mélatonine, l’hormone de la nuit qui induit le sommeil, au...