Réparer le muscle cardiaque et reconstituer le tissu cardiaque après un infarctus par injection des cellules de la moelle osseuse du patient, c’est l’approche thérapeutique développée par l’étude française BONAMI(1) coordonnée par le Pr Patricia Lemarchand (Unité Inserm 915, l’Institut du thorax, Nantes) dont les résultats viennent d’être publiés dans The European Heart Journal.

Cette étude a été réalisée grâce à un réseau qui réunit les CHU de Nantes, de Toulouse, de Lille, de Créteil, de Montpellier et de Grenoble, et l’unité Inserm 915 au sein de l’institut du thorax. Elle a bénéficié d’un financement du programme national hospitalier de recherche clinique (ministère de la santé), de la Fondation de France et de l’AFM grâce aux dons du Téléthon.

Mené entre 2005 et 2009, l’essai BONAMI a inclus 101 patients de moins de 75 ans, hospitalisés pour un premier infarctus du myocarde, grave et récent. L’infarctus est provoqué par l’obstruction des artères qui mènent au coeur et qui ne peuvent plus l’oxygéner correctement. Tous les patients ont été traités par angioplastie*. La moitié d’entre eux ont reçu en plus une injection de leurs propres cellules de la moelle osseuse (cellules autologues) pour tenter de réparer la zone du muscle cardiaque lésée lors de l’infarctus. La moelle osseuse a été prélevée, sous anesthésie locale, chez ces patients sur un os du bassin, le 9ème jour après l’infarctus. Les cellules ont été concentrées puis réinjectées directement dans l’artère coronaire.

Résultat : la thérapie cellulaire cardiaque a eu un effet bénéfique sur le muscle cardiaque, 3 mois après l’infarctus. Les patients ayant reçu le traitement par thérapie cellulaire ont eu une meilleure récupération de leur muscle cardiaque que les patients qui n’ont pas été traités par thérapie cellulaire. Ceci suggère que les cellules injectées ont stimulé et augmenté les capacités physiologiques de réparation post-infarctus du muscle cardiaque. L’étude a également identifié les facteurs prédictifs de réussite de cette thérapie cellulaire selon le profil des malades. Une analyse comparant les sous-groupes de patients a ainsi permis de souligner le rôle néfaste du tabagisme ainsi que de la présence d’obstruction des petits vaisseaux du muscle cardiaque à l’IRM, un signe de gravité de l’infarctus. Un essai clinique européen recrutant uniquement des patients non-fumeurs permettra de confirmer l’intérêt de la thérapie cellulaire chez ces patients.

La thérapie par greffe de cellules autologues présente, en effet, un plusieurs avantages pour les malades : Cette thérapie ne nécessite pas d’intervention chirurgicale. Les cellules sont obtenues sous simple anesthésie locale et ré-administrées au patient dans les heures qui suivent, limitant ainsi les manipulations. Les propriétés biologiques de ces cellules sont, en outre, bien connues puisqu’elles sont utilisées depuis plus de 40 ans pour des greffes de moelle osseuse dans le traitement de leucémies.

Parallèlement à cette stratégie destinée à limiter les séquelles d’infarctus, une autre stratégie est développée par l’équipe du Pr Lemarchand en collaboration avec le Pr Roncalli au CHU de Toulouse. Il s’agit, chez des patients au stade d’insuffisance cardiaque chronique très évoluée d’injecter une sous-population de cellules souches autologues de la moelle osseuse (cellules souches mésenchymateuses) directement dans le muscle cardiaque, pour améliorer les performances fonctionnelles cardiaques. Cette stratégie est actuellement en cours d’évaluation dans un petit groupe de patients (essai MESAMI).

Si ces différents résultats se confirment, cette nouvelle approche par greffe de cellules souches autologues pourrait offrir à des milliers de personnes victimes d’infarctus du myocarde grave chaque année une nouvelle perspective thérapeutique, permettant de diminuer les séquelles potentielles de l’infarctus en assurant une meilleure récupération du muscle cardiaque.

Notes
(1) BONe marrow cells in Acute Myocardial Infarction
(*) Intervention sous anesthésie locale qui consiste à introduire un ballonnet pour dilater l’artère à l’endroit du rétrécissement

Source  : Inserm
“Intracoronary Autologous Mononucleated Bone Marrow Cell Infusion for Acute Myocardial Infarction: Results of the Randomized Multicenter BONAMI Trial”

A Lire également

Gestes de premiers secours: Xavier Bertrand signe ... La « Charte du Coeur » créée par l’Association RMC/BFM présidée par Isabelle Weill et L’Oréal, représenté par Jean-Claude Le Grand, Directeur Mondial ...
L’infarctus serait responsable d’insom... Une équipe de chercheurs de l’Université de Montréal et de l’Hôpital du Sacré-Coeur a mis en évidence un processus inflammatoire qui détruit des neuro...
Médicaments : une campagne d’information sur « les... Cancer, infarctus, vaccination, greffe, douleur… Les Entreprises du Médicament (Leem) ont lancé depuis fin octobre une campagne d’information montrant...
Tabac et pilule : un cocktail mortel pour le cœur ... Première cause de mortalité chez les femmes, les maladies cardio-vasculaires sont à l'origine de 54 % des décès, dont 22 % d'origine coronarienne (inf...
Infarctus : plus de mauvais diagnostics chez les f... Une étude réalisée par des chercheurs de l'Université McGill de Montréal et publiée lundi dans le Journal de l'Association médicale canadienne, révèle...
Manger du poisson est bénéfique pour le cœur des f... Une étude danoise publiée lundi dans  la revue de l’American Heart Association montre que les risques de développer des problèmes cardiaques sont plus...
Crise cardiaque : un risque multiplié par six pour... Des travaux présentés au congrès de congrès de l’ESC (European Society of Cardiology) montrent que les jeunes femmes diabétiques auraient six fois plu...
Cholestérol: les Français négligent le dépistage... Du 2 au 14 mai 2011, dans 5 villes de France, des professionnels de santé iront à la rencontre des Français pour délivrer des conseils personnalisés a...
Campagne « infarctus : la course pour la vie» Pourquoi les personnes victimes d’un infarctus du myocarde tardent-elles à appeler les secours ? Cette question, les urgentistes et les cardiologues s...
Les Parcours du Coeur se déroulent les samedi 5 et... Les 5 et 6 avril prochains se déroulera dans toute la France, la 39ème édition des Parcours du Coeur. Cet événement organisé à l’initiative de la Fédé...
Journée Européenne de l’Insuffisance Cardiaque, le... À l’occasion de la Journée Européenne de l’Insuffisance Cardiaque le 7 mai prochain, le groupe de travail « Insuffisance Cardiaque et Cardiomyopathies...
Insuffisance cardiaque : idées fausses et vraies r... « L’insuffisance cardiaque signifie que le coeur s’est arrêté de battre ». Faux. L’insuffisance cardiaque ne signifie pas que le coeur s’est arrêté ...
Infarctus chez la femme : des symptômes encore tro... A l’occasion de la Journée mondiale du cœur, la Fédération Française de Cardiologie dévoile une campagne qui alerte les femmes sur des symptômes pouva...
Le cap des 5.000 greffes d’organes franchit en Fra... Selon le bilan de l'Agence de la biomédecine, pour la première fois le cap symbolique des 5.000 greffes d'organes a été franchi en France en 2012. ...
35èmes Parcours du Coeur : les 24 et 25 avril à Br... Le week-end des 24 et 25 avril prochain se déroule  la 35ème édition des Parcours du Coeur, organisée par la Fédération Française de Cardiologie et pa...
Stress au travail et infarctus: un risque de 23% p... Aujourd'hui, des chercheurs français et européens confirment, par une analyse à grande échelle sur près de 200 000 individus en Europe, l'association ...