40% des chimiothérapies pourraient être évitées pour les cancers du sein dépistés à un stade précoce sans atteinte ganglionnaire. C’est ce que nous révèle l’Assistance Publique des Hôpitaux de Marseille (AP-HM).

Les marqueurs tissulaires développés depuis 15 ans à l’AP-HM permettent de déterminer si oui ou non une chimiothérapie est nécessaire pour traiter un cancer du sein dépisté à un stade précoce sans envahissement ganglionnaire. Ce traitement lourd et coûteux s’avère inutile dans 40% des cas !

Un test avant la chimiothérapie

En France, 80 à 90 % des femmes soignées pour un cancer du sein localisé, sans atteinte ganglionnaire, subissent une thérapie adjuvante de type chimiothérapie. Pour une grande majorité d’entre elles, ce traitement lourd est inutile car leur risque de récidive est très faible.

Le taux de chimiothérapies n’est que de 40 à 50 % dans d’autres pays européens tels que l’Allemagne, le Danemark ou les Pays-Bas. En effet, ces pays utilisent largement un test diagnostic permettant d’analyser la quantité dans la tumeur de deux biomarqueurs (uPA et PAI-1). Ces marqueurs permettent d’identifier des sous-groupes en fonction du risque de récidive.

Les femmes à faible risque de récidive peuvent, dans certaines conditions, éviter d’être traitées par une chimiothérapie. C’est ce qui ressort notamment de l’étude de la Société française de sénologie et de pathologie mammaire (SFSPM), en collaboration avec l’Institut national du cancer (InCA), présentée à Lyon en novembre 2009 (*).

Un test pourtant moins cher

Ce fameux test « uPA/PAI » est encore peu utilisé en France alors qu’il est beaucoup moins onéreux (90 euros environ, remboursés par la sécurité sociale) que d’autres tests multigéniques (2 000 à 3 000 euros, non remboursés). Ce test est pourtant le seul à avoir obtenu le “Level of evidence 1″, le plus haut niveau de preuve justifiant son utilisation en routine.

Rappelons aussi que le cancer du sein frappe chaque année près de 54 000 femmes en France et provoque plus de 11 000 décès. Il est la première cause de mortalité par cancer chez les femmes.

Source : AP-HM
*”Rapport 2009 sur l’état des connaissances relatives aux biomarqueurs tissulaires uPA-PAI-1, Oncotype DXTM et Mammaprint® dans la prise en charge du cancer du sein – Traitements, soins et innovation”.

 

A Lire également

La vitamine D pourrait prévenir le risque de cance... Selon une vaste étude menée par des chercheurs de l'Institut de cancérologie Gustave Roussy, les femmes affichant un taux sanguin élevé en vitamine D ...
Cancer du sein : l’ARC fait le point sur les nouve... Aujourd’hui, le cancer du sein est l’un des cancers pour lequel le taux de survie est le plus élevé, on guérit plus de 70% des cancers du sein. Ceci e...
L’Institut Curie, centre de référence européen pou... L’Institut Curie et le Centre René Huguenin ont annoncé mardi leur décision de fusionner à partir du 1er janvier 2010. Un rapprochement qui a pour ob...
Cancer du sein : un « diagnostic en un jour » à l’... Depuis 2004, l’Institut Gustave Roussy a mis en place un programme de « diagnostic en un jour » du cancer du sein. Près de 9000 femmes ont pu bénéfici...
Octobre rose 2013 : Paris se mobilise pour le dépi... À l’occasion de la campagne « Octobre rose », la Ville de Paris et ses partenaires se mobilisent tout au long du mois d’octobre. Cette sensibilisation...
Octobre rose : le site communautaire Chaîne rose f... Il y a un an, pour la précédente édition d'octobre rose, Roche lançait en partenariat avec Rose Magazine le premier site communautaire dédié au ...
Cancer du sein : le plus fréquent des cancers fémi... Avec près de 50 000 nouveaux cas estimés en 2005 en France, le cancer du sein représente 36,7 % de l’ensemble des nouveaux cas de cancers chez la femm...
« Le Cancer du Sein, Parlons-en ! » aussi dans les... Les parfumeries Marionnaud soutiennent l'association « Le Cancer du Sein, Parlons-en! ». Durant tout le mois d’octobre, l'enseigne met à disposition s...
Cancer du sein: vers une prévention médicamenteuse... Les résultats d’une grande étude internationale, MAP.3, montrent que chez les femmes ménopausées à risque élevé, l’exemestane (Aromasine®), inhibiteur...
Le “Tweeting Bra” : un soutien-gorge q... Un nouveau type de soutien-gorge fait parler de lui : le "Tweeting Bra". Créé afin de promouvoir la prévention contre le cancer du sein, ce soutien-go...
La reconstruction mammaire après un cancer du sein... Après un cancer du sein, certaines femmes doivent subir une mastectomie, c'est-à-dire une chirurgie mammaire non conservatrice où le sein est retiré. ...
Odysséa-Paris 2013 : 350 000 euros pour la recherc... Près de 32 000 participants se sont donné rendez-vous dimanche sur l'Esplanade du Château de Vincennes. Le résultat de la collecte, 420 000 euros dont...
Cancer du sein : un recul modeste de la mortalité ... Selon une analyse du Centre international de recherche sur le cancer de l’OMS sur l’évolution de la mortalité par cancer du sein dans 30 pays de l’Eur...
Cancer du sein : La Roche-Posay organise une journ... A l’occasion d’octobre rose, le mois de sensibilisation autour du cancer du sein , la société thermale de La Roche Posay  organise le samedi 9 octobre...
Dépistage du cancer du sein : plus que quelques jo... L'Institut National du Cancer (INCa) rappelle que la voix des femmes compte pour que demain le dépistage du cancer du sein s’améliore. Jusqu'au 31 mar...
Une batterie mobile ruban rose pour soutenir la lu... PNY Technologies renouvelle en 2014 son soutien à l’association « Cancer du Sein, Parlons-En ! » et lance une batterie portable pour smartphones, tabl...