Vaccins : obligatoires ou recommandés ?On parle beaucoup de la vaccination contre  la grippe A/H1N1 : mais d’autres vaccins sont-ils simplement préventifs ou obligatoires ? Etes-vous à jour ? Vos enfants sont-ils eux aussi jour ? Tour d’horizon des vaccins obligatoires et recommandés.
 Les vaccins obligatoires

Diphtérie, Tétanos, Poliomyélite (DTP)
Le schéma vaccinal est le suivant : trois injections à 1 mois d’intervalle, un rappel un an après puis un rappel tous les 5 ans jusqu’à 21 ans. Par la suite, un rappel tétanos/polio est à faire tous les 10 ans. A noter que le développement des loisirs « verts », comme le jardinage peut entraîner une recrudescence du tétanos : soyez à jour de votre vaccination avant de manipuler terre, plantes et outils. Le plus souvent, ces vaccins sont combinés à ceux de la coqueluche, de l’haemophilus et prochainement de l’hépatite B.

Les vaccins recommandés

Coqueluche
Le vaccin existe sous deux formes : à germes entiers et acellulaire. Ce vaccin peut être responsable de fortes fièvres (moins marquées avec la forme acellulaire), ce qui peut contre-indiquer une nouvelle injection. Comme pour le DTP, trois injections à 1 mois d’intervalle et un rappel à 1 an sont nécessaires, puis un autre à 11-13 ans. La coqueluche est une maladie grave chez le petit (quintes de toux asphyxiantes), souvent contaminé par un adulte de son entourage (chez qui la maladie prend plutôt l’allure d’une toux trainante).

 Rougeole-Oreillons-Rubéole (ROR)
Ces trois maladies peuvent avoir des conséquences graves (atteintes neurologiques pour la rougeole (1 cas sur 1000 à 2000 rougeoles) et pour les oreillons, stérilité masculine pour les oreillons, malformations fœtales pour la rubéole touchant une femme enceinte). La vaccination protège donc l’enfant vacciné et son entourage. Une injection à partir de 12 mois est proposée puis une dose de rattrapage entre 3 et 6 ans (seulement 95% des patients sont immunisés après la 1ere injection).

 Pneumocoque
Le pneumocoque est une bactérie responsable de nombreuses infections ORL peu graves, mais aussi de méningites, de septicémies et de pneumonies sévères, qui touchent principalement l’enfant de moins de 2 ans. Cette bactérie est devenue ces dernières années de plus en plus résistante aux antibiotiques classiques. La vaccination contre le pneumocoque protège contre les formes graves de cette maladie. Elle est préconisée, entre autres, chez l’enfant sain gardé en collectivité.
Le schéma vaccinal dépend de l’âge de l’enfant.

 Grippe
Le vaccin contre la grippe peut être proposé dès 6 mois. La vaccination est notamment préconisée chez l’enfant asthmatique (la grippe pouvant être à l’origine de décompensations de l’asthme), en cas de bronchiolites ou d’otites à répétition, chez l’enfant prématuré ou ayant une maladie chronique.
La 1ère année, 2 injections à 1 mois d’intervalle sont nécessaires, puis 1 seule les autres années (à la même période que pour les adultes).

 BCG
Le BCG obligatoire des enfants et des adolescents a été supprimé en 2007. Mais la vaccination par BCG est fortement recommandée dès les premiers mois de la vie, uniquement chez les enfants à risque élevé de tuberculose (enfants d’origine de pays à forte endémie de tuberculose ou en contact avec des personnes d’origine de ces pays, enfant résidant en Ile de France ou vivant dans un habitat précaire)

 Infections à papillomavirus humains
La vaccination contre les infections à papillomavirus (HPV) est désormais recommandée à toutes les jeunes filles de 14 ans, afin de les protéger avant qu’elles ne soient exposées au risque d’infection à HPV. Ce vaccin protège efficacement contre les cancers du col de l’utérus. 3 doses sont nécessaires à 0, 2 mois et 6 mois d’intervalle. Les jeunes femmes peuvent être vaccinées avant le premier rapport sexuel et au maximum 1 an après la date du premier rapport.

• Ces vaccins diminuent le risque de cancer du col de l’utérus mais ils ne protègent en aucun des maladies sexuellement transmissibles. Il est donc important d’utiliser des préservatifs en cas de rapports sexuels.

• Ces vaccins permettent de diminuer de 70% le risque de cancer du col de l’utérus, donc malgré la vaccination, il est nécessaire de réaliser des frottis cervico-vaginaux tous les 3 ans.

 En savoir plus : www.pasteur.fr et www.invs.sante.fr

A Lire également

Hépatite B : l’utilisation des tests rapides... Afin d’améliorer la stratégie de dépistage actuelle de l’hépatite B, la Haute Autorité de Santé (HAS) recommande l'utilisation des tests rapides d’ori...
Semaine de la vaccination du 25 au 30 avril 2016 La Semaine européenne de la vaccination (SEV), créée à l’initiative de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), mobilise chaque année plus de 200 pa...
Epidémie de rougeole en France: vigilance pour les... Selon le dernier bulletin de l'InVS, on note une augmentation du nombre de cas déclarés de rougeole au cours des dernières semaines de décembre 2011, ...
Cancer du col de l’utérus : 400 médecins lan... Le Journal du Dimanche rapporte que plus de 400 médecins viennent de lancer une pétition qui réclame la mise en place d' "une mission parlementaire su...
Méningite B: feu vert européen pour le vaccin Bexs... Le laboratoire pharmaceutique Novartis a annoncé mardi que la Commission européenne avait autorisé l'utilisation de Bexsero® (vaccin contre le méningo...
Grippe A : plus de 4,6 millions de personnes vacci... Pendant la semaine du 21 au 27 décembre, le dispositif de vaccination contre la grippe H1N1 a permis de vacciner  254 929 personnes, portant  le nombr...
Femme enceinte : vers un vaccin contre le paludism... Des chercheurs du CNRS et de l'Institut Pasteur viennent de franchir une première étape vers l'élaboration d'un vaccin contre le paludisme gestationne...
1 calendrier 2012, c’est 150 doses de vaccin... Pourquoi les bonnes résolutions 2012 commenceraient-elles pas par un acte solidaire avec l’UNICEF ! Acheter 15 euros le calendrier mural Unicef 2012 c...
Des épidémies de rougeole dans toute l’Europe Trente pays de la Région européenne de l’OMS ont signalé une forte hausse des cas de rougeole, avec 6 500 cas jusqu’à présent en 2011. Les enquêtes ép...
Grippe H1N1 : près de deux-tiers des Français n’on...  65% des français déclarent ne pas avoir l’intention de se faire vacciner contre la grippe A (H1N1). Et un Français sur deux estime que le vaccin pré...
VIH / sida : les espoirs de la recherche vaccinale A l’Institut Pasteur, de nombreux travaux sont menés sur les interactions virus-hôte, le traitement de l’infection ou l’étude de candidats-vaccins. N...
Hausse du nombre de cas de rougeole en France Avec plus de 1.525 cas de rougeole en France en 2009, le nombre de cas a plus que doublé par rapport à 2008. C’est en tout cas ce qui ressort d’un  bi...
Hépatite B : les enfants mieux vaccinés, mais des ... Selon une étude publiée en ligne par le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH Web), la couverture vaccinale des enfants contre l'hépatite B a pro...
Vaccins H1N1 : bientôt disponibles en pharmacie Les vaccins contre le virus grippal H1N1 seront disponibles dans les 22.000 pharmacies de France début février. Dans quelques jours, près de 6 million...
Grossesse : pourquoi me faire vacciner contre la g... Pourquoi me faire vacciner ? Enceinte, j’ai plus de risque de développer une forme grave de la grippe A(H1N1). Je fais partie d’une catégorie « à ris...
Vaccination grippe H1N1 : les médecins du travail ... Brice Hortefeux, le ministre de l'Intérieur et président de la Cellule Interministérielle de Crise et Roselyne Bachelot, la ministre de la santé , ont...