Chez les adultes souffrant d’obésité, en particulier lorsqu’elle est associée à d’autres anomalies dites “métaboliques”, le déclin des facultés cognitives lié à l’âge pourrait être plus rapide que dans le reste de la population. C’est ce que suggèrent les résultats d’une étude franco-britannique récemment parue dans la revue Neurology.

L’obésité est connue pour augmenter le risque de développer de nombreuses pathologies telles que le diabète de type 2, différentes maladies cardiovasculaires ou encore certains cancers. Plusieurs études ont en outre suggéré l’existence d’un lien entre l’obésité et les démences liées à l’âge. Pour en savoir plus sur ce lien éventuel, Archana Singh-Manoux (1) et ses collaborateurs ont analysé les données relatives à plus de 6 000 personnes âgées de 50 ans en moyenne au début de l’étude. Ces volontaires ont été suivis pendant dix années. Leur mémoire, leur capacité à raisonner et d’autres compétences cognitives ont été évaluées à trois reprises au cours de cette période.

Au sein de cette cohorte, 9 % des personnes étaient obèses et 38 % présentaient un surpoids. Environ 60 % des volontaires atteints d’obésité présentaient au moins deux anomalies métaboliques telles qu’une hypertension, une hypercholestérolémie ou encore un trouble de la glycémie.

Un déclin cognitif 22,5 % fois plus rapide

L’analyse de l’ensemble des données disponibles a montré que dans ce dernier sous-groupe de volontaires (obèses présentant des anomalies métaboliques), le déclin cognitif est significativement plus rapide que dans le reste de la cohorte : en dix ans de suivi, leur score aux différents tests cognitifs a diminué 22,5 % fois plus vite que celui des volontaires dont le poids est normal et qui ne présentent pas d’anomalies métaboliques. Une accélération du déclin cognitif, moins importante, a également été notée chez les obèses ne présentant pas d’anomalies métaboliques.

Reste encore à comprendre la nature du lien mis en évidence. Parmi les hypothèses à explorer, les chercheurs pensent aux pathologies vasculaires associées à l’obésité qui pourraient induire des altérations cérébrales, ou encore aux substances sécrétées par les tissus graisseux qui pourraient accélérer le vieillissement du cerveau.

Les chercheurs souhaitent en outre étudier l’impact de la durée de l’obésité et des anomalies métaboliques sur la vitesse du déclin cognitif : est-ce qu’être obèses quelques années de sa vie puis parvenir à récupérer un poids normal permet de retrouver une évolution standard de ses capacités cognitives ? Des travaux ultérieurs devraient permettre de le savoir.

Source : Inserm

A. Singh-Manoux et coll. Obesity phenotypes in midlife and cognition in early old age. The Whitehall II cohort study

Note :

(1) Unité Inserm 1018, Centre de recherche en épidémiologie et santé des populations, Villejuif

A Lire également

Le gouvernement lance le Plan obésité 2010-2013 Le ministère de la Santé a annoncé, le 20 juillet, le lancement du Plan obésité 2010-2013. Objectif : mieux prendre en compte la complexité de l'obési...
Des propositions chocs pour mieux manger et lutter... Taxe, limitation ou interdiction de publicité, logo... Un rapport remis mardi à Marisol Touraine, la ministre de la Santé, fait des propositions chocs...
Obésité: plus de 30.000 Français ont eu recours à ... Selon un bilan publié jeudi par la Caisse nationale d''assurance maladie, les interventions chirurgicales telles que la réduction de l'estomac et la d...
Amour et obésité Amour et obésités, est le thème d'actualité en ligne aujourd'hui sur le blog du Think Tank ObésitéS. En ce jour de Saint Valentin, Sylvie Benkemoun, p...
Le diabète chez les enfants et les adolescents   Si la fréquence du diabète est en augmentation partout dans le monde, des études révèlent que les enfants courent de plus en plus de risque ...
Obésité, caries, prévention… : les enfants de 6 an... Selon les résultats de l’Enquête nationale de santé scolaire* publiée par la DREES, 12 % des enfants scolarisés en grande section de maternelle en 201...
Obésité chez l’enfant: un calcul simple pour... Les chercheurs d'une équipe internationale coordonnée par le Professeur Philippe Froguel du laboratoire Génomique et maladies métaboliques (CNRS/Unive...
Obésité : l’Afssaps demande aux médecins de ne plu... L’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a demandé aux médecins de ne plus prescrire de sibutramine, l'un des derniers...
Le manque de sommeil augmenterait le risque d’obés... Une étude américaine, publiée dans les Archives of Pediatric and Adolescent Medicine, montre que les enfants âgés de moins de 5 ans manquant de sommei...
A quoi équivaut une canette de soda par jour ? La surconsommation des boissons sucrées ne cesse de progresser alors que 30% de la population mondiale est en surpoids *. Retrouvez le point de vue en...
Obésité : le « mandomètre » pour manger moins et m... Glissée sous l'assiette pour mesurer la vitesse à laquelle on mange, une petite balance ronde reliée à un ordinateur permet de mieux contrôler l'alime...
Obésité des enfants: le niveau d’études des ... Une étude publiée dans la revue Public Health Nutrition, menée auprès de 14 426 enfants européens âgés de 2 à 9 ans, montre que ceux dont les parents ...
Le diabète chez les enfants Le diabète chez les enfants est en constante augmentation. Or, le diabète de l'enfant est souvent diagnostiqué tardivement, lorsque l’enfant affiche d...
Obésité : le message “mangez au moins cinq f... Nous connaissons tous les messages de prévention du type "Pour votre santé, mangez au moins cinq fruits et légumes par jour" diffusés au pied des publ...
Le lycopène pourrait jouer un rôle dans la prévent... Le lycopène est une substance présente dans de nombreux fruits dont la tomate. Il possède des propriétés anti-inflammatoires. Des chercheurs de l'INRA...
Obésité : le modèle alimentaire français, un exemp... Trois repas par jour pris à heure régulière et souvent en famille…  Selon une étude du Centre de recherche pour l'étude et l'observation des condition...