Une étude menée par des chercheurs américains et présentée au Congrès européen d’endocrinologie à Dublin montre qu’une alimentation trop riche en sel pourrait retarder la puberté.

Pour arriver à cette conclusion, des scientifiques de l’Université du Wyoming aux Etats-Unis ont étudié la santé reproductive d’un groupe de rats en proposant à certains d’entre eux une alimentation en sodium avec un taux trois ou quatre fois supérieur aux recommandations médicales quotidiennes pour l’homme.

« Notre étude montre que les rats qui reçoivent une alimentation à forte teneur en sel rencontreront un retard de puberté», a indiqué le Pr Dori Pitynski, chercheuse au département de neuroscience de l’Université du Wyoming, et auteur de l’étude. “La forte consommation de sel des populations occidentales actuelles a le potentiel de considérablement affecter la santé reproductive et justifie une attention accrue”, poursuit-elle.

Néanmoins, exclure le sel de son alimentation n’est pas forcément une bonne idée. En effet, le sel pourrait également jouer un rôle dans le déclenchement de la puberté. En effet, les rats privés sel affichaient également des retards de puberté.

De son côté, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande d’en consommer 2 grammes par jour. Consommer trop de sel peut conduire (ou contribuer) à l’hypertension, ou élévation de la pression sanguine, et augmente fortement le risque de maladie cardiaque et d’AVC.

En moyenne, les gens consomment autour de 10 grammes de sel par jour, soit environ le double de la quantité recommandée par l’OMS en provenance de l’ensemble des sources, y compris les aliments transformés, les plats prêts à consommer et les aliments préparés à domicile (moins de 5 grammes ou d’une cuillère à café par jour). L’OMS recommande que les enfants de 2 à 15 ans consomment une quantité de sel encore moindre, adaptée à leurs besoins en énergie pour la croissance.

Comment réduire sa consommation de sel ?

Parmi les stratégies permettant aux individus et aux familles de réduire les apports en sel, l’OMS recommande :

– la lecture des étiquettes lors des achats d’aliments transformés pour vérifier leur teneur en sel;
– la demande de produits contenant moins de sel lors de l’achat d’aliments préparés;
– le retrait des salières et des flacons de sauce des tables de repas;
– la limitation de la quantité de sel ajoutée dans la préparation domestique des repas à un cinquième de cuillère à café au maximum sur une journée;
– la limitation de la fréquence de consommation des produits très salés;
– l’éducation des papilles gustatives des enfants par un régime alimentaire composé principalement d’aliments non transformés sans sel ajouté

A Lire également

Tabac, alimentation, exercice physique : comment t... A l'occasion de la nouvelle année, vous avez pris de bonnes résolutions. Arrêter de fumer, moins boire, manger mieux, bouger plus… Mais votre motivati...
Ecologie et gourmandise : un livre pour écogourman... Un nouvel ouvrage pour se régaler tout en respectant la nature : « Planète Cuisine ». Lutter contre les dérèglements climatiques, la dégradation de la...
Alimentation : la France lance son dispositif de n... Nouveaux aliments, aliments enrichis, compléments alimentaires… L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation de l’environnement et du tr...
Alimentation : le système d’information à 5 ... Alors que le Haut conseil de la Santé publique (HCSP) vient de rendre son avis, une publication de l'Equipe de Recherche en Epidémiologie Nutritionnel...
La puberté commence à 7 ans pour les jeunes filles...  Selon une étude  publiée dans la revue Pediatrics, les petites filles américaines seraient de plus en plus précoces. En effet, 15 % d'entre elles mon...
Alimentation : les nouvelles recommandations pour ... L’Anses vient d'actualiser les repères de consommations alimentaires pour la population française adulte. L'agence recommande notamment de donner une ...
Toujours trop de sel dans les assiettes Les adultes devraient consommer moins de 2000 mg de sodium, soit 5 grammes de sel, et au moins 3510 mg de potassium par jour, selon l’Organisation mon...
Alimentation : un nouveau portail web pour tout sa... Pour mieux informer les consommateurs sur leur alimentation et sur les actions du ministère de l’agriculture  en la matière, un nouveau portail intern...
Alimentation et substances chimiques : l’Ans... Plomb, cadmium, arsenic inorganique ou encore acrylamide… L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation vient de réaliser la plus large p...
Masturbation chez l’adolescent : respectez s... Vous avez surpris votre fils ou votre fille se masturbant ? Situation gênante mais normale. Pas de panique : à l’âge de 18 ans, 93 % des garçons et 45...
Cancers : il n’y a pas d’aliments miracles s... L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) publie aujourd'hui un rapport d'expertise « Nutrition et cancer : légitimité de rec...
Alimentation : une pétition pour simplifier l̵... Des sociétés savantes, des professionnels de santé et de la nutrition, des consommateurs et de patients ont lancé une grande pétition citoyenne pour q...
Alimentation : l’arrêté recommandant l’utilisation... Le gouvernement vient de signer l’arrêté portant sur le Nutri-score, dispositif d’étiquetage nutritionnel pour les produits alimentaires. Auchan, Lecl...
Guide nutrition : toutes les familles d’aliments d... Concilier plaisir et santé, c’est tout à fait possible ! Il n'y a pas vraiment de bons ou de mauvais aliments, et aucun n’est interdit. Certains sont ...
Trop de sel dans l’alimentation des bébés Selon une étude britannique parue dans l’European Journal of Clinical Nutrition, 70% des enfants de moins de 8 mois consommeraient des doses trop élev...
Roman pour ado : « L’été où je suis devenue jolie... Comme chaque été, Belly, sa mère et son frère passent les vacances chez Susannah et ses deux fils, Conrad et Jeremiah. Belly est très attirée par le s...