Une étude menée par des chercheurs américains et présentée au Congrès européen d’endocrinologie à Dublin montre qu’une alimentation trop riche en sel pourrait retarder la puberté.

Pour arriver à cette conclusion, des scientifiques de l’Université du Wyoming aux Etats-Unis ont étudié la santé reproductive d’un groupe de rats en proposant à certains d’entre eux une alimentation en sodium avec un taux trois ou quatre fois supérieur aux recommandations médicales quotidiennes pour l’homme.

« Notre étude montre que les rats qui reçoivent une alimentation à forte teneur en sel rencontreront un retard de puberté», a indiqué le Pr Dori Pitynski, chercheuse au département de neuroscience de l’Université du Wyoming, et auteur de l’étude. “La forte consommation de sel des populations occidentales actuelles a le potentiel de considérablement affecter la santé reproductive et justifie une attention accrue”, poursuit-elle.

Néanmoins, exclure le sel de son alimentation n’est pas forcément une bonne idée. En effet, le sel pourrait également jouer un rôle dans le déclenchement de la puberté. En effet, les rats privés sel affichaient également des retards de puberté.

De son côté, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande d’en consommer 2 grammes par jour. Consommer trop de sel peut conduire (ou contribuer) à l’hypertension, ou élévation de la pression sanguine, et augmente fortement le risque de maladie cardiaque et d’AVC.

En moyenne, les gens consomment autour de 10 grammes de sel par jour, soit environ le double de la quantité recommandée par l’OMS en provenance de l’ensemble des sources, y compris les aliments transformés, les plats prêts à consommer et les aliments préparés à domicile (moins de 5 grammes ou d’une cuillère à café par jour). L’OMS recommande que les enfants de 2 à 15 ans consomment une quantité de sel encore moindre, adaptée à leurs besoins en énergie pour la croissance.

Comment réduire sa consommation de sel ?

Parmi les stratégies permettant aux individus et aux familles de réduire les apports en sel, l’OMS recommande :

– la lecture des étiquettes lors des achats d’aliments transformés pour vérifier leur teneur en sel;
– la demande de produits contenant moins de sel lors de l’achat d’aliments préparés;
– le retrait des salières et des flacons de sauce des tables de repas;
– la limitation de la quantité de sel ajoutée dans la préparation domestique des repas à un cinquième de cuillère à café au maximum sur une journée;
– la limitation de la fréquence de consommation des produits très salés;
– l’éducation des papilles gustatives des enfants par un régime alimentaire composé principalement d’aliments non transformés sans sel ajouté

A Lire également

29% des enfants de 0 à 3 ans mangent devant un écr... Selon une étude TNS Sofres pour le Syndicat français des aliments de l'enfance (SFAE), 15% des bébés de quinze jours à trois mois mangent déjà devant ...
Journée mondiale de la santé: comment diminuer sa ... Réduire la consommation de sel est l’un des moyens les plus faciles pour faire baisser la tension artérielle et, par conséquent, diminuer les risques ...
Concours de Air’Musique : deviens guest-star du pr... A la méthode des Simpsons, South Park..., le centre commercial Les Quatre Temps accueille les premiers castings du concours national Garage Club (Nick...
Quand fixer la première visite chez le gynéco ? La première visite chez le gynécologue n’a rien à voir avec l’âge et ne signifie pas non plus que vous avez débuté une vie sexuelle ou que vous compte...
Alimentation : l’arrêté recommandant l’utilisation... Le gouvernement vient de signer l’arrêté portant sur le Nutri-score, dispositif d’étiquetage nutritionnel pour les produits alimentaires. Auchan, Lecl...
Manger sain en famille, c’est possible ! À tous ceux qui ont souhaité à plusieurs reprises changer leur alimentation sans jamais franchir le cap ni tenir plus d’une semaine, Maëlle Feret, nat...
Bébés : attention aux laits végétaux Laits de soja, d'amandes, de riz... L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) pointe dans un avis publié aujourd'hui les risques liés à l’alime...
Besoin d’aide avec bébé ? Des professionnels vous ... Allo Parents Bébé, 1er Numéro Vert national anonyme et gratuit, est une ligne d’écoute pour les parents, dès la grossesse et jusqu’aux 3 ans de l’enfa...
Cancers : il n’y a pas d’aliments miracles s... L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) publie aujourd'hui un rapport d'expertise « Nutrition et cancer : légitimité de rec...
Journée mondiale de la santé 2013 : l’hypertension... La Journée mondiale de la santé 2013, qui se déroule le dimanche 7 avril 2013 est placée sous le thème de la tension artérielle élevée, ou hypertensio...
Journée mondiale du cœur: l’OMS appelle à ré... Alors que la Journée mondiale du cœur se déroule le 29 octobre, l’OMS appelle les pays à prendre des mesures contre la consommation excessive de sel a...
Tabac, alimentation, exercice physique : comment t... A l'occasion de la nouvelle année, vous avez pris de bonnes résolutions. Arrêter de fumer, moins boire, manger mieux, bouger plus… Mais votre motivati...
La puberté commence à 7 ans pour les jeunes filles...  Selon une étude  publiée dans la revue Pediatrics, les petites filles américaines seraient de plus en plus précoces. En effet, 15 % d'entre elles mon...
Aide alimentaire: 10e édition du Programme Aliment... La dixième édition du Programme Alimentation et Insertion (PAI) a été lancée ce jeudi. Chaque année, depuis 2003, plus de 6 000 associations d’aide al...
Nutrition: les ordonnances du Dr Chevallier «Trop d'additifs sur une étiquette ? Changez de rayon », dit en substance le Dr Laurent Chevallier, médecin nutritionniste praticien attaché aux hôpit...
Obésité : le « mandomètre » pour manger moins et m... Glissée sous l'assiette pour mesurer la vitesse à laquelle on mange, une petite balance ronde reliée à un ordinateur permet de mieux contrôler l'alime...