Selon l’Académie nationale de médecine, l’obligation  d’apposer  le pictogramme « Grossesse » sur les boîtes de médicaments est une mesure à « l’intention louable » mais aux « conséquences incertaines ».

Depuis fin octobre 2017, un décret complété par deux arrêtés impose aux titulaires d’autorisations de mise sur le marché (AMM) d’apposer un pictogramme spécifique sur le conditionnement extérieur des médicaments tératogènes ou foetotoxiques. Deux modèles sont prévus : un modèle « Médicament + Grossesse = Danger. À ne pas utiliser sauf en l’absence d’alternative thérapeutique » et un modèle « Médicament + Grossesse = Interdit » pour les médicaments « formellement contre-indiqués en cas de grossesse, même s’il n’existe pas d’alternative thérapeutique ».

Dans un communiqué publié vendredi, l’Académie nationale de médecine considère « que la mise en œuvre de cette mesure qui résulte de la juste nécessité de mieux alerter prescripteurs et patientes sur les médicaments dangereux en cours de grossesse, nécessite plus ample réflexion ». « En effet, alors qu’une quinzaine seulement de substances sont connues comme tératogènes chez l’humain (en dehors des antimitotiques) et une quarantaine comme foetotoxiques, 60 à 70 % des spécialités pharmaceutiques pourraient, dans les faits, se voir apposer un pictogramme « Interdit » ou « Danger ». Une telle discordance pose problème », estime l’Académie.

« L’absence de précision, dans ces textes, sur un certain nombre de points cruciaux introduit une difficulté d’interprétation et une confusion qui inciteront les firmes à élargir le champ de l’apposition des pictogrammes dans une optique de protection médico-légale », poursuit elle.

L’Académie nationale de médecine considère qu’en l’état ces dispositions sont susceptibles d’avoir » des effets préjudiciables et contreproductifs dont une vague d’inquiétude infondée, puisque ce sont 60 à 70 % des spécialités qui pourraient être concernées au lieu de 10 % ». L’académie craint notamment qu »un bruit de fond qui ne permettra pas de claire distinction entre les niveaux de risque des substances puisse entrainer « une perte de chances pour les patientes qui pourraient préférer s’abstenir de tout traitement, même indispensable ».  Elle regrette également « la libre décision laissée aux firmes pharmaceutiques d’apposer le pictogramme de leur choix, quelle que soit la nature des éléments présents dans le RCP, leur gravité, leur extrapolabilité à l’humain et les alternatives disponibles ».

Selon l’académie de  médecine, il semble « justifié de redéfinir le périmètre du décret afin d’en conserver l’intention initiale ». Seules les substances ayant fait la preuve de leur effet délétère pour la grossesse humaine devraient être visées par une action de communication de cette nature, avec apposition d’un pictogramme « Interdit » pour les autres substances, aucun pictogramme ne devrait être apposé : des échanges entre prescripteurs, pharmaciens et patientes sur la base des informations médicales disponibles et de la notice des conditionnements devraient suffire, évitant de surcroît des effets d’alerte inutiles et contre-productifs », conclut-elle.

Source : Académie de médecine

A Lire également

Armoire à pharmacie : pour qui, pour quoi, jusqu’à... Les  7 règles d’or relatives à l’armoire à pharmacie et aux médicaments que vous conservez dans votre maison. Source : www.leem.org
Médicaments: une nouvelle signalétique pour les pr... Un nouveau système vient d’être mis en place dans toute l’Union Européenne (UE) afin de formaliser l’identification des médicaments faisant l’objet d’...
Médicaments: les Français toujours champions d’Eur... Selon les résultats d'une étude publiée hier par l'Assurance-maladie et portant sur les 8 principales familles de médicaments dans 7 pays (France, All...
Vente de médicaments sur internet : l’Autori... L’Autorité de la concurrence a publié mercredi un avis défavorable sur le projet d’arrêté du gouvernement concernant la vente en ligne de médicaments....
Médicaments: un nouveau logo pour les messages aux... A partir du mardi 21 mai 2013, les entreprises pharmaceutiques ont mis en place un nouveau dispositif d’envoi des lettres d’information aux profession...
“La Vérité sur vos médicaments” : un o...  L'ouvrage sorti jeudi est le résultat de l'expérience croisée de 32 spécialistes et de l’analyse d’essais cliniques d’envergure mondiale. Ce livre en...
Previscan 20 mg et Lisinopril EG 20 mg : attention... L’Afssaps attire l’attention sur le risque de confusion entre deux médicaments, Previscan 20 mg et Lisinopril EG 20 mg, dont la présentation en compri...
Saisie record de faux médicaments Interpol vient de communiquer le bilan de l’opération internationale « Pangea VIII  », visant à lutter contre la vente illicite de médicaments sur int...
Les accouchements à domicile en nette augmentation... Selon le journal belge La Capitale, le nombre de femmes qui ont choisi d'accoucher à domicile à Bruxelles, a doublé pour l'année 2010. Christine Jo...
Les venins des serpents n’ont pas livré tous leurs... Depuis plusieurs décennies, les venins de serpents sont utilisés en pharmacologie pour créer de nouveaux médicaments. Mais une équipe de pharmacologis...
Vente en ligne de médicaments : quelles précaution... Marché en plein essor, la vente de médicaments en ligne peut réserver sur certains sites de mauvaises surprises aux internautes. Selon l’OMS, environ ...
Le Palmarès des 50 médicaments les plus recherchés... Le portail de vente en ligne de produits de santé 1001Pharmacies.com a révélé lundi  les résultats de son premier "baromètre sur le classement des méd...
Médicaments : la base de données publique sur inte... Composition et substances actives, conditions de prescription, indications ou encore prix de vente public... A partir du 1er octobre 2013, le ministèr...
Médicaments buvables : « Ne vous mélangez pas les ... Pipettes, gobelet, compte-gouttes ou cuillères-mesure.... L'agence française du médicament (ANSM) a lancé une campagne de sensibilisation : « Ne vous ...
La collecte des médicaments non utilisés baisse lé... La collecte des Médicaments Non Utilisés (MNU) des ménages accuse une légère baisse de 1% par rapport à l'année dernière qui avait enregistrée une for...
Médicaments : un site internet européen sur les ef... L'Agence européenne du médicament (EMA) vient de mettre en ligne un site internet d'information sur les effets secondaires des médicaments autorisés d...