Dans le cadre de l’essai Anrs HC21 VASCU-IL2, une équipe française a traité des patients présentant une complication auto-immune de l’hépatite C chronique avec de faibles doses d’interleukine-2. En stimulant une population précise de lymphocytes T, le traitement a permis d’obtenir une amélioration clinique marquée chez la majorité des patients. Ces résultats, publiés dans le NEJM du 30 novembre 2011 (1), ouvrent des perspectives nouvelles pour le traitement des maladies auto-immunes et inflammatoires.

Parmi les quelque 300 000 personnes chroniquement infectées par le virus de l’hépatite C (VHC) en France, 5% à 10% développent des complications auto-immunes atteignant les vaisseaux sanguins, appelées vascularites. Ces complications inflammatoires touchent notamment la peau, les articulations, les nerfs et les reins, avec une symptomatologie pouvant être sévère.

Les équipes des Professeurs Patrice Cacoub et David Klatzmann (service de Biothérapies et service de Médecine Interne de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, Paris) ont montré il y a quelques années que les patients atteints de vascularites induites par le VHC présentent un déficit en lymphocytes T régulateurs (Tregs). Ces cellules du système immunitaire ont notamment pour fonction de prévenir l’apparition des maladies auto-immunes. Les chercheurs ont également montré qu’une fois les patients guéris de leur hépatite C, le taux des Tregs revient à la normale parallèlement à la guérison de la vascularite. Cela les a conduits à évaluer une approche thérapeutique originale visant à faire remonter le taux des Tregs chez des patients atteints de vascularites liées à une hépatite C chronique résistante aux traitements antiviraux. C’est l’objet de l’essai Anrs HC21 VASCU-IL2, dont les résultats sont publiés cette semaine dans The New England Journal of Medicine.

L’approche des chercheurs repose sur l’administration d’interleukine-2 (IL-2). Cette molécule est évaluée depuis plus de vingt ans pour le traitement de maladies pour lesquelles un renforcement des lymphocytes T est souhaité. Cependant, son efficacité est modeste et son usage est aujourd’hui limité à quelques indications, comme le cancer du rein ou le mélanome. Dans ces indications, l’IL-2 est administrée à fortes doses, entraînant des effets indésirables importants.

L’utilisation de l’IL-2 dans les maladies auto-immunes est a priori paradoxale. La survenue de ces maladies est en effet souvent due à l’attaque des tissus sains par une population particulière de lymphocytes T dits effecteurs (Teffs). A l’état normal, ces cellules ne s’attaquent pas aux cellules saines car elles sont contrôlées par les Tregs. La crainte des chercheurs était qu’en administrant de l’IL-2, les deux types de lymphocytes soient stimulés, avec un risque d’aggravation de la maladie auto-immune. C’est pourquoi les chercheurs ont choisi d’administrer l’lL-2 à très faibles doses, espérant activer uniquement les Tregs et non les Teffs.

L’essai réalisé a inclus 10 patients présentant des vascularites induites par une hépatite C chronique résistante à un traitement antiviral. Ils ont reçu quatre cures de cinq jours d’IL-2, à trois semaines d’intervalle, à des doses 10 à 20 fois plus faibles que celles habituellement utilisées en oncologie. Après six mois de suivi, le traitement par IL-2 à faibles doses se révèle très bien toléré, il a induit une stimulation significative des Tregs chez tous les patients, sans activation des Teffs, et il a entraîné une amélioration clinique marquée chez huit patients.

Ces résultats montrent pour la première fois chez l’homme que l’IL-2 à faibles doses a des effets thérapeutiques dans le contexte d’une maladie auto-immune, ouvrant la voie à ce type de traitement dans des maladies comme le diabète, la polyarthrite rhumatoide, la sclérose en plaque, le lupus…. Des essais de traitement par l’IL-2 du diabète de type 1 sont déjà en cours à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière.

Cet essai thérapeutique a été financé par l’Agence nationale de recherches sur le sida et les hépatites virales (ANRS), avec la participation de l’AP-HP (hôpital Pitié-Salpêtrière), du centre d’Investigation clinique en Biothérapies impliquant l’AP-HP, l’Université Pierre et Marie Curie, le CNRS (UMR 7211) et l’Inserm (Unité 959).

(1) David Saadoun, Michelle Rosenzwajg, Florence Joly, Adrien Six, Fabrice Carrat, Vincent Thibault, Damien Sene, Patrice Cacoub, David Klatzmann. Efficacy of low-dose IL-2 in HCV-vasculitis. N Engl J Med 2011;365:2067-77.

Source : Inserm

A Lire également

Maladie de Parkinson : quelles pistes d’avenir pou... A l'occasion de la Journée mondiale Parkinson, les Entreprises du Médicament ont fait l'état des lieux sur les pistes de traitements. Aujourd'hui, les...
Grippe saisonnière : un parcours vaccinal simplifi... La campagne de vaccination contre la grippe saisonnière a débuté le 6 octobre. Elle concerne plus de 12 millions de personnes pour qui la grippe repré...
Cancer et prise en charge de la douleur Une enquête, réalisée sous l'égide de l'INCa en 2010 avec l'Institut BVA, a été menée auprès de 1507 patients atteints de cancer traités en ambulatoir...
Maladies graves : le nombre des « affections longu... 8,3 millions de personnes bénéficient du régime des affections de longue durée -ALD- (cancer, diabète, etc.) soit 280.000 de plus en un an. Préoccupé ...
Cancer du col de l’utérus : une étude rassurante s... L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et l’Assurance Maladie viennent de publier les résultats d'une étude mené...
Journée Mondiale du Diabète : mobilisation pour le... A l'occasion de la Journée Mondiale du Diabète qui se déroulera le 14 novembre, la Fédération Française des Diabétiques lance sa campagne de mobilisat...
Semaine nationale du diabète pour lutter contre l&... La semaine nationale de prévention du diabète se déroule jusqu'au 9 juin. Pourquoi toute une semaine de sensibilisation pour une maladie connue de tou...
Diabète : le service d’accompagnement Sophia lancé... Pour mieux vivre avec le diabète... A l'occasion de la Journée mondiale du diabète le 14 novembre 2010, l'Assurance Maladie de la Côte-d'Or (Cpam) pré...
Alimentation et maladies non transmissibles: un ap... Plus de 25 ministres de la Santé se sont réunis à Vienne (Autriche) pour débattre du rôle de la nutrition dans la lutte contre les maladies non transm...
Des fesses rebondies pour une santé de fer ! Mesdames, arrêtez vos régimes ! Des fesses rebondies, un peu de graisse sur les hanches  et les cuisses seraient signe de bonne santé. C’est la conclu...
Journée mondiale du diabète : Marisol Touraine app... A l’occasion de la journée mondiale du diabète qui s'est déroulée jeudi du 14 novembre, Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Sant...
Ménopause : la HAS se prononce pour le maintien du... La HAS (Haute Autorité de Santé) vient de se prononcer en faveur du maintien du service médical rendu (SMR) important des traitements hormonaux des sy...
Diabète: création de la 1ère lignée de cellules pa... Des chercheurs de l’Inserm et du CNRS viennent de créer des cellules β pancréatiques humaines, ces cellules défectueuses dans les deux types de diabèt...
Rétinopathie diabétique : 1 000 diabétiques par an... Le diabète peut rendre aveugle sans suivi ophtalmologique régulier. C’est le message qu’entendent faire passer l’Association Valentin Haüy (AVH) et l’...
Diabète : une semaine de dépistage du 6 au 13 juin... La Semaine du Dépistage du Diabète, organisée par la Fédération Française des Diabétiques, se déroule du 6 au 13 juin 2015. Objectif : inciter le plus...
ALD : les guides pratiques pour les patients Afin de mieux informer les patients et leurs familles sur les maladies classées ALD (affection de longue durée) , la Haute Autorité de Santé met à leu...