Des chercheurs de Bordeaux associant l’Inserm et le CNRS viennent de découvrir qu’il est possible de diminuer les effets secondaires liés au traitement de la maladie de Parkinson.

La maladie de Parkinson est une maladie neurodégénérative qui affecte le système nerveux central. Elle se traduit par de forts troubles moteurs dus à un manque de dopamine dans le cerveau. La thérapie à base de L-dopa comble ce manque et reste le meilleur traitement connu à ce jour. Toutefois, après quelques années, les effets secondaires liés au traitement deviennent très gênants, entrainant des mouvements involontaires (dyskinésies) et des fluctuations brutales d’activité.

Dans ce nouveau travail à paraitre dans la revue Science translational medicine datée du 21 avril 2010, les chercheurs ont restauré la production d’une protéine qui contrôle le circuit des récepteurs de la dopamine : la protéine GRK6, améliorant ainsi les symptômes parkinsoniens. Ces résultats ont été obtenus chez le rat et le singe dans un modèle expérimental de la maladie de Parkinson.

Comment ça marche ?
Une personne normale possède de la dopamine dans le cerveau. Ce neurotransmetteur sert à déclencher de nombreux signaux nécessaires au bon fonctionnement de l’organisme et est notamment impliqué dans les phénomènes de contrôle des fonctions motrices. Au vu de son importance, sa libération est très finement régulée. Ce rôle est assuré par des récepteurs à la dopamine, situés à la surface des neurones. Par exemple, lorsqu’il y a trop de dopamine ou qu’elle reste trop longtemps présente dans la synapse, les récepteurs se désensibilisent, stoppent leur réponse et disparaissent de la surface des neurones. La phosphorylation des récepteurs à dopamine par la protéine GRK6 est nécessaire pour que ces évènements puissent avoir lieu.

Pour les chercheurs, une chose est claire : « cette avancée montre que nous nous intéressons à la bonne molécule. Mais nous sommes conscients que la technique que nous avons utilisée ne sera pas rapidement accessible en routine chez l’homme. Nous avons donc d’autres idées pour proposer des solutions adaptées aux patients parkinsoniens» explique Erwan Bezard. Parmi les stratégies envisagées, les chercheurs démarrent un programme de recherche pour passer au crible toutes les petites molécules qui pourraient mimer l’action de GRK6.

 Sources : Inserm/CNRS – Science translational medicine datée du 21 avril 2010

A Lire également

Diabète : un site qui répond aux questions des par... Destiné aux parents d’enfants et adolescents après l’annonce de leur diabète, le site ABCDiabete.fr a pour objectif d'apporter des réponses concrètes ...
L’Académie nationale de médecine appelle au don de... L’Académie nationale de médecine a appelé lundi au don post-mortem de cerveau. Selon les médecins, la recherche sur des maladies dégénératives comme c...
Expo « Parkinson créativité dopamine » : rencontre... Le musée grenoblois des Sciences médicales propose du 1er mars au 6 mai 2010 «Parkinson, créativité, dopamine», une exposition originale qui rassemble...
VIH /sida : l’accès au traitement en nets pr... On estime que 6,6 millions de personnes dans les pays à revenu faible et intermédiaire étaient sous traitement antirétroviral contre le VIH/sida fin 2...
Médicaments contre le rhume : attention aux effets... Dans une enquête publiée jeudi, 60 millions de consommateurs dénonce les effets secondaires de certains médicaments anti-rhume. Le magazine a passé au...
VIH : 20 stars américaines dans une même pub ; c’e... Plus de 20 stars américaines se sont réunies dans une publicité et dévoilent ce qu’elles achètent avec 40 cents: un œuf, un timbre, un chewing-gum…. M...
La Mucoviscidose en 2010 : maladie, soins, traitem... Chaque dernier dimanche de septembre, des milliers de bénévoles en France organisent les Virades de l'espoir pour Vaincre la Mucoviscidose. L’occasion...
Lymphome folliculaire : la protéine Rituximab, un ... Pour les malades atteints d’un lymphome folliculaire, la protéine Rituximab est un nouvel espoir d’une espérance de vie plus grande. Cet anticorps mon...
Homéopathie: une application i-phone pour bien sui... Le laboratoire Boiron lance la première application i-phone gratuite qui permet de suivre, jour après jour, son traitement homéopathique. Oméomémo ...
Nanisme : la croissance osseuse restaurée chez des... Un traitement expérimental prometteur a permis de restaurer une croissance osseuse normale chez des souris atteintes d'achondroplasie, la forme la plu...
Greffe rénale: deux associations dénoncent le refu... Dans une lettre ouverte à Marisol Touraine, la ministre de la Santé, Renaloo et la FNAIR (Fédération Nationale d'Aide aux Insuffisants Rénaux) o...
Maladie de Parkinson : quelles pistes d’avenir pou... A l'occasion de la Journée mondiale Parkinson, les Entreprises du Médicament ont fait l'état des lieux sur les pistes de traitements. Aujourd'hui, les...
Traitement anti-poux chez les enfants : n’ut... L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) a rappelé mercredi  qu’'un traitement antiparasit...
Un guide pour mieux comprendre la radiothérapie Vie quotidienne, déroulement des séances, effets secondaires... L’Institut National du Cancer vient de publier Comprendre la radiothérapie, un guide d...
Alzheimer, Parkinson et dépression : une web TV po... Dépression, Maladie d’Alzheimer et Maladie de Parkinson... Avec ce nouveau site, le laboratoire Lundbeck France propose aux patients, aux familles de ...
Maladie de Parkinson: quelles pistes de traitement... En France, 150 000 personnes seraient touchées par la maladie de Parkinson. Cette maladie neurologique progressive provoque  une dégénérescence des ce...