Le télésuivi très apprécié des patients apnéiques du sommeil

En France, 1 à 3 millions de personnes souffriraient d’apnée du sommeil. L’Assurance Maladie rembourse dans certains cas un traitement d’apnée du sommeil appelé PPC. Une étude vient de démontrer que 92% des patients apnéiques du sommeil suivant ce traitement PPC avec télésuivi se déclarent satisfaits. Explications.
Qu’est-ce que le traitement PPC pour lutter contre l’apnée du sommeil ?
Le traitement par pression positive continue (PPC) repose sur le port d’un masque appliqué sur le nez durant la nuit pour envoyer un flux d’air dans la gorge. Aujourd’hui, ce sont près de 550 000 personnes en France qui utilisent la PPC. Ces traitements sont prescrits par des médecins et sont mis en œuvre auprès des patients par les Prestataires de santé à domicile (PSAD).
Sous quelles conditions l’Assurance Maladie rembourse-t-elle ce traitement ?
apnée du sommeilDepuis le janvier 2013, de nouvelles règles sont appliquées en France pour le remboursement des patients qui démarrent un traitement. Pour être considéré comme observant, le patient doit utiliser son appareil au moins trois heures par nuit, pendant au moins vingt jours par mois. S’il n’y parvient pas, le prestataire, en lien avec le médecin du patient, met tout en œuvre pour l’aider à améliorer son « observance ». Au bout de 6 mois (9 mois en cas de démarrage du traitement), si le patient reste « non–observant », l’Assurance Maladie met fin au remboursement de son traitement. De son côté, le patient peut poursuivre le traitement, mais cette fois-ci à ses frais.
> lire l’arrêté du 22 octobre 2013 portant modification des modalités d’inscription et de prise en charge du dispositif médical à pression positive continue pour traitement de l’apnée du sommeil et prestations associées
Comment intervient le télésuivi dans le traitement contre l’apnée du sommeil ?
Ces observations sont rendues possibles par une nouvelle génération d’appareil incluant un système de télésuivi. « Avec ces appareils, toutes les données d’observance sont envoyées par modem de façon quotidienne au PSAD, indique Jean-Philippe Alosi, délégué général de la Fédération des prestataires de santé à domicile. Grâce à ce “télésuivi”, il est possible de savoir régulièrement, si le patient applique bien son traitement. Il peut alors être relancé par son médecin ou son prestataire qui seront en mesure de lui proposer un accompagnement pour l’aider à mieux suivre son traitement »
Comment ce traitement est-il perçu des patients ?
La Fédération des PSAD a donc souhaité connaître la perception qu’ont les patients de ces nouveaux dispositifs et de la perception qu’ils ont de leur traitement. C’est pourquoi elle a confié à OpinionWay le soin de réaliser la première enquête de satisfaction patients sous PPC avec télésuivi. Plus de 1 000 patients ont été interrogées sur une base de près de 10 000 personnes, équipés par 8 prestataires privés ou associatifs.
Résultat : 92% de satisfaits contre seulement 5% d’insatisfaits (3% ne se prononçant pas)
Si l’on pouvait craindre quelques appréhensions des patients à la perspective d’un déremboursement par l’Assurance Maladie en cas de sous utilisation prolongée de leur dispositif, il n’en est rien : 88 % jugent le système acceptable (et plus de la moitié des patients interrogés, très acceptable).
M.B. Source : Fédération des PSAD