On estime que la migraine touche 20% de la population générale soit, 11 millions de personnes en France. Pour la première fois, Tobias Kurth, directeur de recherche à l’unité Inserm 708 “Neuroépidémiologie” et ses collaborateurs internationaux, ont identifié trois gènes pour lesquels une variation génétique est associée à un risque accru de migraine dans la population générale.

Ces résultats, obtenus à partir de données génétiques de 23 230 femmes migraineuses et non migraineuses puis confirmés par d’autres analyses incluant hommes et femmes, suggèrent l’existence de mécanismes communs aux différentes formes de migraines. Les résultats sont publiés dans la revue Nature Genetics.

La migraine est une variété de maux de tête récurrents caractérisée par une forte intensité des douleurs et la survenue fréquente d’autres symptômes tels que des nausées et/ou une sensibilité à la lumière et au bruit. Elle touche 3 à 4 fois plus souvent les femmes que les hommes. Bien qu’une composante génétique ait été soupçonnée depuis très longtemps, seules des formes rares de migraine ont, jusque-là, été associées à l’expression de gènes.

Grâce à l’analyse des données génétiques de plus de 23 000 femmes qui ont participé à l’étude “Women’s Genome Health Study”, dont plus de 5.000 migraineuses, Tobias Kurth, directeur de recherche à l’Inserm et ses collaborateurs ont identifié des associations entre la migraine et des variants de trois gènes : TRPM8, LRP1 et PRDM16. Ces associations génétiques ont été confirmées par l’analyse des données de trois études européennes indépendantes incluant des hommes et des femmes. “Les personnes présentant ces variations ont donc plus de risque de développer une migraine. Cette association est observée pour les différentes formes de migraines, ce qui montre l’importance de ces résultats de portée générale“, affirme Tobias Kurth.

Parmi ces trois gènes, deux gènes sont clairement associés à la migraine: d’une part, le gène TRPM8, exprimé dans les neurones, dont le rôle a été mis en évidence dans la sensibilité au froid et la douleur (une des composantes de la migraine), et d’autre part, le gène LRP1, exprimé dans tout le corps, qui interagit dans le système nerveux avec d’autres protéines qui modulent la transmission de signaux entre les neurones. Le 3e gène, PRDM16, semble jouer un rôle aussi bien dans la migraine que dans les autres maux de têtes.

Bien que les mécanismes de la migraine restent mal compris et ses causes sous-jacentes difficiles à cerner, l’identification de ces dénominateurs communs permet d’éclairer les origines biologiques de cette affection fréquente et invalidante” souligne Tobias Kurth. Les chercheurs encouragent désormais la communauté scientifique à mener des études qui permettraient d’expliquer les contributions précises de ces gènes car “cette pathologie pourrait être due à la perturbation de voies de signalisation communes aux différentes formes de migraines” conclue-t-il.

Source

“Genome-wide association study reveals three susceptibility loci for common migraine in the general population” ; Nature Genetics, 12 juin 2011

Source : Inserm

A Lire également

L’Afssaps réservée sur le Desernil®, un médi... La commission d'autorisation de mise sur le marché (AMM) de l'agence du médicament, réunie le 2 février dernier, a conclu à un rapport bénéfice/risque...
Migraine: une pathologie héréditaire ? Une étude, menée par des chercheurs européens et australiens et publiée dans la revue Nature Genetics, a permis  de localiser quatre nouveaux gènes as...
Migraine : “Pas ce soir, chéri …” … J’ai ma migraine »… C’est la rengaine la plus citée pour ironiser sur cette pathologie mal cernée donc difficile à soigner. La migraine est une form...
Le Botox contre la migraine ? La Grande-Bretagne a... Le groupe pharmaceutique américain Allergan a annoncé vendredi que le Botox avait été autorisé en Grande-Bretagne pour la prévention des maux de tête ...
Migraine : des progrès sensibles « Pas ce  soir, chéri, j’ai ma migraine »… Cette vieille réplique du théâtre de boulevard aura-t-elle un jour vécu? La grande nouveauté est l'appariti...
Migraine: les femmes plus sensibles à la douleur ?... Selon une étude américaine réalisée par des chercheurs de Harvard, et relayée mardi par Le Figaro, les femmes seraient plus sensibles à la douleur que...
Migraine : pourquoi et comment La migraine est une forme particulière de mal de tête (céphalée) : elle se distingue notamment du mal de tête « ordinaire » par sa durée et son intens...
Migraine : une origine génétique ? Des chercheurs britanniques, dont l’étude est parue dimanche dans Nature Genetics, viennent de découvrir un premier lien génétique dans les formes de ...
Ado : j’ai trop mal à la tête ! Pour les ados qui souffrent de mal de tête, l'association Sparadrap et le Centre de la migraine de l’enfant et de l’adolescent viennent de publier un ...
Le projet i-Share va étudier la santé de 30 000 ét... Les universités de Bordeaux et de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines viennent de lancer le projet « i-share ». Objectif : étudier sur une période de...
Migraines : découverte par des chercheurs d’un gèn... Une équipe de chercheurs de l’Université de Montréal a mis en évidence un lien entre la mutation du gène KCNK 18 et des migraines avec aura. Leurs tra...
Migraine : une nouvelle application Iphone pour su... Date, heure, intensité, facteurs déclenchants, troubles associés… Le laboratoire AstraZeneca vient de mettre à disposition des personnes souffrant de ...