Afin d’améliorer la stratégie de dépistage actuelle de l’hépatite B, la Haute Autorité de Santé (HAS) recommande l’utilisation des tests rapides d’orientation diagnostique (TROD) comme outil complémentaire au dépistage biologique classique qui reste la méthode de référence. Environ 280 000 personnes seraient atteintes d’hépatite B aujourd’hui en France et plus de la moitié d’entre elles ignorerait leur statut. 

Aujourd’hui, le dépistage repose sur un test sanguin réalisé en laboratoire (test Elisa) à partir d’une prise de sang et qui recherche trois marqueurs de l’infection. L’objectif est double : d’une part, repérer les personnes porteuses du virus afin de les prendre en charge rapidement et d’autre part, proposer une vaccination à celles qui n’ont jamais été infectées mais qui sont exposées au risque. “Ce dispositif est toutefois insuffisant : 55% des personnes atteintes d’hépatite B en France ignoreraient qu’elles sont infectées”, souligne l’agence sanitaire.

En pratique, la réalisation d’un TROD ne nécessite qu’une goutte de sang prélevée par microponction au bout du doigt, ce qui rend sa réalisation plus facile et plus acceptable qu’un prélèvement veineux pour les personnes à dépister. “Les TROD présentent en outre l’avantage de pouvoir être utilisés dans un cadre non médicalisé, par le biais de structures associatives et médico-sociales, qui agissent au plus près des personnes à risque et qui sont les plus à mêmes d’atteindre les populations éloignées des structures de soins”, met en avant la HAS.

Hépatite B : l'utilisation des tests rapides recommandés par la HASUn outil complémentaire au test sanguin classique
La HAS vient ainsi de conclure que les TROD constituent un outil complémentaire au dépistage biologique classique qui reste la méthode de référence. En cas de résultat positif, le résultat devra toujours être confirmé par un test sanguin classique (si le résultat est confirmé, une prise en charge spécialisée devra être proposée et la vaccination envisagée pour l’entourage familial). En cas de résultat négatif, une confirmation par test sanguin classique devra être encouragée afin de savoir si la personne peut bénéficier d’une vaccination.

La HAS estime par ailleurs que les tests rapides devraient faire partie d’un dépistage combiné avec les TROD du VIH et de l’hépatite C. En effet, ces populations sont souvent co-infectées par plusieurs de ces virus et ont en commun certains facteurs de risque de contamination (par voie sanguine et sexuelle).

La HAS recommande qu’un plus grand nombre d’associations volontaires puissent participer au dépistage et disposer de formations élargies aux infections sexuellement transmissibles (IST) et à la vaccination.

Source : HAS

A Lire également

Hépatite B : des parents encore réticents vis-à-vi... A l’occasion de la Journée mondiale contre l’hépatite, le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de l'InVS a publié les résultats d’une enquête* ...
Un cancer sur six serait dû à une infection Deux millions de nouveaux cas de cancer –sur un total de 12,7 millions dans le monde (soit 16,1%)– en 2008 étaient imputables à des infections telles ...
Journée mondiale contre l’hépatite : l’OMS s... Alors que la Journée mondiale contre l’hépatite se déroule le 28 juillet 2015, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) lance un appel pour que les p...
Hépatite B aiguë: entre 1.000 et 1.600 nouveaux ca... Selon une enquête menée par des chercheurs de l'Institut national de veille sanitaire (INVs) et publiée mardi par le Bulletin épidémiologique hebdomad...
Une semaine pour rappeler l’importance des vaccins... La semaine européenne de la vaccination se déroule du 21 au 27 avril 2012. En France, les récentes « flambées épidémiques » de rougeole et de coqueluc...
Infections sexuellement transmissibles : le bon te... Nouvelle recommandation de l’Inpes et du Ministère de la santé : l’expression IST doit désormais remplacer MST. Objectif : inciter au dépistage. Le t...
Maladies infectieuses : l’OMS appelle à utiliser d... Hépatite B et C, VIH...  Partout dans le monde, l’utilisation de la même seringue ou de la même aiguille pour faire des injections à plusieurs personn...
VIH : l’ANSM met en garde contre la vente de... L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a mis en garde mercredi le grand public contre l'achat des autotests du V...
Toxoplasmose et rubéole : les conditions d’un dépi... La Haute Autorité de Santé (HAS), a rendu public son rapport sur la surveillance et la prévention de la toxoplasmose et de la rubéole durant la grosse...
Hépatite B : les enfants mieux vaccinés, mais des ... Selon une étude publiée en ligne par le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH Web), la couverture vaccinale des enfants contre l'hépatite B a pro...
Vaccins : obligatoires ou recommandés ? On parle beaucoup de la vaccination contre  la grippe A/H1N1 : mais d’autres vaccins sont-ils simplement préventifs ou obligatoires ? Etes-vous à jour...
Rougeole, hépatite B : les enfants ne sont pas suf... Les enfants en bas âge ne sont pas correctement vaccinés contre la rougeole et l'hépatite B selon des estimations publiées par le Bulletin épidémiolog...
Vaccinations et rappels : des étapes essentielles ... Les Français se vaccinent de moins en moins, ils oublient de faire leurs rappels : l’insuffisance de couverture vaccinale s’accentue avec l’âge et res...