Viral_flu (influenza)L’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a présenté son dispositif de pharmacovigilance des effets indésirables qui sera mis en place dès le début de la campagne de vaccination.

A cette occasion, l’Afssaps a rappelé que « l’utilisation des vaccins peut engendrer, comme pour tout médicament, des effets indésirables, la plupart du temps bénins et transitoires et beaucoup plus rarement graves ». Le dispositif de surveillance mis en place à l’occasion de la prochaine campagne de vaccination devra donc « permettre de suivre attentivement et en temps réel ses effets afin d’être en mesure de détecter et d’analyser tout signal significatif qui s’écarterait de ce que l’on peut attendre en fonction des caractéristiques de ces vaccins ».

Des modalités de déclaration pour les patients

En premier lieu, des modalités spécifiques de déclaration et d’analyse des événements indésirables seront opérationnelles dès le début de la campagne de vaccination. Les professionnels de santé pourront déclarer au système de pharmacovigilance, selon les modalités habituelles ou en utilisant le formulaire accessible sur le site de l’Afssaps.

Mais en outre, les patients eux-mêmes auront la possibilité de déclarer des éventuels effets indésirables graves en utilisant un formulaire téléchargeable sur le site internet de l’Afssaps et en envoyant leur déclaration au centre régional de pharmacovigilance (CRPV) territorialement compétent.

L’Agence analysera en continu l’ensemble des déclarations en s’appuyant sur le concours des centres régionaux de pharmacovigilance dont plusieurs ont été désignés spécialement pour effectuer ce travail d’analyse avec l’Afssaps. L’Agence pourra également utiliser pour cette démarche de surveillance et d’analyse des informations qui permettront notamment, pour chaque cas d’effets indésirables, de connaître précisément le vaccin reçu et le numéro de lot.

Des suivis de cohortes propres à la France

Outre l’exploitation des déclarations spontanées, la surveillance s’appuiera également sur une série d’études de cohortes de sujets vaccinés qui seront suivis pendant 6 mois après la vaccination. Certaines de ces cohortes, comportant plusieurs milliers de patients, ont été demandées par l’Agence Européenne (EMEA) dans le cadre des demandes d’AMM. Il s’agit du dispositif de plan de gestion des risques que peuvent exiger soit l’EMEA soit l’Agence Nationale selon la nature de la procédure centralisée ou pas, lors de la délivrance de l’AMM.

Source : Affsaps

A Lire également

E-santé : les Français de plus en plus connectés... Une enquête PHR/IFOP (*) montre que plus d’un Français sur dix possède déjà un objet connecté de santé.  Pour 59% des Français, les objets connectés d...
IVG: mise en garde des autorités de santé contre u... La Direction générale de la Santé (DGS) et l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) ont mis en garde lundi les consomm...
La Semaine mondiale de la vaccination débute le 20... La Semaine mondiale de la vaccination – qui débute le 20 avril – a pour objectif de promouvoir l’utilisation de vaccins pour protéger ou «immuniser» l...
La vaccination en questions / réponses Si les Français ont globalement une bonne connaissance et une bonne opinion de la vaccination, cependant, certaines questions, craintes et idées reçue...
Grippe : la campagne de vaccination débute aujourd... La nouvelle campagne de vaccination contre la grippe saisonnière se déroule du 24 septembre 2010 au 31 janvier 2011.  Cette année le vaccin anti-gripp...
Canicule et fortes chaleurs : le dispositif de sur... Alors que les phénomènes météorologiques de fortes chaleurs s’avèrent chaque année de plus en plus fréquents et intenses en France métropolitaine, Agn...
Le blanchiment des dents ne doit pas être pratiqué... Alors qu'un nombre croissant de personnes a recours à la pratique du blanchiment des dents, soit à domicile au moyen de produits destinés à être appli...
H1N1 : la liste des personnes prioritaires à la va... Le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) a publié la liste des personnes prioritaires pour le vaccin H1N1. Parmi elles : les personnels de santé, m...
L’Afssaps renonce à promouvoir une ancienne ... L'Agence française de sécurité sanitaire et des produits de santé (Afssaps) a renoncé mercredi à promouvoir une ancienne experte des laboratoires Serv...
Objectif 100 % d’enfants vaccinés : l’UNICEF... Objectif 100 % d’enfants vaccinés. Cette nouvelle campagne de l’UNICEF France vise à collecter des fonds pour permettre la vaccination des 20% d’enfan...
Prothèses mammaires PIP : l’Afssaps renforce ses r... Un cas de cancer du sein (adénocarcinome) a été déclaré le 5 décembre 2011 à l’Afssaps chez une patiente portant des prothèses PIP depuis plusieurs an...
Grippe saisonnière : la campagne de vaccination es... La campagne de vaccination contre la grippe saisonnière se déroulera cette année  du 11 octobre 2013 au 31 janvier 2014. Plus de 10 millions de person...
Antitranspirants: pas de lien entre cancer et expo... Selon l’Afssaps (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé), « l’analyse des données épidémiologiques et des études chez l’animal n...
Le Primpéran® contre-indiqué chez les moins de 18 ... L’Afssaps a décidé de contre-indiquer le Primpéran® (métoclopramide ) et ses génériques chez les moins de 18 ans. Une décision prise après avoir procé...
La vaccination antigrippale H1N1 efficace à la foi... En pleine campagne de vaccination 2011-2012 contre la grippe saisonnière, les résultats de l'étude clinique PREFLUVAC menée pendant la pandémie grippa...
Accoucher dans l’eau : dangereux pour le bébé ?... Selon une étude réalisée par l’Académie américaine de pédiatrie et le collège des gynécologues obstétriciens, donner naissance dans l’eau pourrait, da...