Environ 7 millions de personnes auraient consommé des benzodiazépines anxiolytiques en 2014 en France dont 16 % en traitement chronique (plusieurs années). La Haute Autorité de Santé (HAS) vient de décider de maintenir un intérêt thérapeutique important pour ces produits, soulignant qu’ils restent “une solution temporaire” du fait de leur effets indésirables et du risque de dépendance lors de leur utilisation prolongée.

 “Efficaces sur une courte période, la Commission de la Transparence a estimé que leur intérêt thérapeutique était toujours important. Cet avis est une recommandation au maintien du taux de remboursement à 65%”, a annoncé la HAS dans un communiqué.

La Commission de la Transparence a ainsi réévalué l’intérêt thérapeutique des benzodiazépines utilisées dans cette indication : alprazolam (XANAX), bromazépam (LEXOMIL), clobazam (URBANYL), clorazépate (TRANXENE), clotiazépam (VERATRAN), diazépam (VALIUM), loflazépate (VICTAN), lorazépam (TEMESTA), nordazépam (NORDAZ), oxazépam (SERESTA), prazépam (LYSANXIA) et leurs génériques.

“Toutefois les nombreux effets indésirables de ces produits (troubles de la vigilance, chutes, troubles de la mémoire…) et leur utilisation parfois prolongée, exposant au risque de dépendance”, ont ainsi mené la HAS à publier parallèlement une fiche mémo pour aider les médecins à réduire les prescriptions au long cours des benzodiazépines, que ce soit dans l’anxiété ou dans l’insomnie.

Une consommation chronique encore trop fréquente

“De façon générale, les benzodiazépines anxiolytiques sont efficaces à court terme (8 à 12 semaines) mais leurs effets indésirables et le risque de dépendance qu’elles induisent doivent conduire à inscrire leur prescription dans une stratégie à court terme, soit dans un contexte de crise aigüe d’angoisse, soit en seconde intention dans les troubles anxieux ou les troubles de l’adaptation.”, estime ainsi la HAS.
“Il est donc important que dès l’instauration d’un traitement par benzodiazépines dans la prise en charge de l’anxiété comme dans celle de l’insomnie, le médecin puisse impliquer le patient dans une démarche d’arrêt de ce traitement.”, poursuit-elle.

Pour contribuer à cette démarche, la HAS publie aujourd’hui une fiche dédiée aux modalités d’arrêt des benzodiazépines en population générale. Celle-ci recommande “d’évaluer la dépendance au traitement du patient et son degré d’attachement à ces produits pour décider avec lui d’une stratégie adaptée à sa situation”.

Source : HAS

A Lire également

Aspartame : pas de risques pour la santé “au... L'aspartame est-il mauvais pour la santé ? Non, a tranché mardi 10 décembre l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) qui publie les résul...
Des conseils pour baigner bébé en toute sécurité c... Alors que 25% des parents utilisent encore des bouées pour baigner leur bébé malgré la dangerosité du système, l’Association Française de Pédiatrie Am...
Dépendance : comment rendre son logement accessibl... Lapeyre, la chaîne de magasins spécialistes de l'aménagement durable de la maison, propose un tout nouveau site qui regroupe aides techniques, solutio...
Un nouveau site pour Maladies Rares Info Services Maladies Rares Info Services vient de lancer « Effets Indésirables Info Services ». Pour mettre en avant ce nouveau service, le site internet maladies...
Les patients peuvent déclarer directement les effe... La déclaration d’un effet indésirable lié à un médicament peut désormais être effectuée directement par le patient et les associations de patients. L’...
Santé : 60 % des Français estiment le parcours de ... Un sondage réalisé par Viavoice pour Harmonie Mutuelle montre que les Français aspirent à être de plus en plus accompagnés dans leur parcours de santé...
Pilule : connaître les précautions d’emploi et les... L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) vient de publier  un document destiné aux femmes : « Vous et… vos contrac...
Les Français s’inquiètent pour le financement de l... Selon le 5e baromètre sur les Français, la santé et l’argent réalisé par LH2 pour l’assureur AG2R La mondiale, les Français sont particulièrement préo...
Vaccins H1N1 : des effets indésirables sous survei... L’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a présenté son dispositif de pharmacovigilance des effets indésirables qui se...
Les médicaments aux extraits de Ginkgo biloba peu ... Lors de sa séance du 3 novembre 2011, la Commission d’Autorisation de mise sur le marché (AMM) de l'Affsaps a conclu que le rapport bénéfice / risque ...
“Les vacances c’est la santé !” ... Le petit guide idéal à glisser dans sa valise cet été pour piocher tous les bons conseils afin de maximiser les bienfaits des vacances, découvrir les ...
Maladie de Parkinson : mieux comprendre les médica... A l’occasion de la Journée Mondiale de la maladie de Parkinson, l’Afssaps diffuse un document d’information à destination des patients et de leur ento...
85% des Françaises aux commandes de la santé famil... Selon un sondage LIR-Ipsos-Steria*, 85% des Françaises se chargent des questions de santé au sein de la famille. Rendez-vous chez le médecin, soins à ...
Les ados français ont une vie amicale assez riche Selon les données françaises de l’enquête internationale Health Behaviour in School-aged Children (HBSC) 2010, les adolescents ont globalement une vie...
Santé : plus d’un étudiant sur trois renonce à des... Selon une enquête* de la Mutuelle des Etudiants (LMDE) publiée mercredi, 35% des étudiants ont renoncé à consulter un médecin au cours des douze derni...
Ondes des portables et santé : les gestes à adopte... Aujourd’hui, le téléphone portable est omniprésent dans notre quotidien : 90 % des Français en possèdent un. Or les usagers de mobiles entendent « tou...