Environ 7 millions de personnes auraient consommé des benzodiazépines anxiolytiques en 2014 en France dont 16 % en traitement chronique (plusieurs années). La Haute Autorité de Santé (HAS) vient de décider de maintenir un intérêt thérapeutique important pour ces produits, soulignant qu’ils restent “une solution temporaire” du fait de leur effets indésirables et du risque de dépendance lors de leur utilisation prolongée.

 “Efficaces sur une courte période, la Commission de la Transparence a estimé que leur intérêt thérapeutique était toujours important. Cet avis est une recommandation au maintien du taux de remboursement à 65%”, a annoncé la HAS dans un communiqué.

La Commission de la Transparence a ainsi réévalué l’intérêt thérapeutique des benzodiazépines utilisées dans cette indication : alprazolam (XANAX), bromazépam (LEXOMIL), clobazam (URBANYL), clorazépate (TRANXENE), clotiazépam (VERATRAN), diazépam (VALIUM), loflazépate (VICTAN), lorazépam (TEMESTA), nordazépam (NORDAZ), oxazépam (SERESTA), prazépam (LYSANXIA) et leurs génériques.

“Toutefois les nombreux effets indésirables de ces produits (troubles de la vigilance, chutes, troubles de la mémoire…) et leur utilisation parfois prolongée, exposant au risque de dépendance”, ont ainsi mené la HAS à publier parallèlement une fiche mémo pour aider les médecins à réduire les prescriptions au long cours des benzodiazépines, que ce soit dans l’anxiété ou dans l’insomnie.

Une consommation chronique encore trop fréquente

“De façon générale, les benzodiazépines anxiolytiques sont efficaces à court terme (8 à 12 semaines) mais leurs effets indésirables et le risque de dépendance qu’elles induisent doivent conduire à inscrire leur prescription dans une stratégie à court terme, soit dans un contexte de crise aigüe d’angoisse, soit en seconde intention dans les troubles anxieux ou les troubles de l’adaptation.”, estime ainsi la HAS.
“Il est donc important que dès l’instauration d’un traitement par benzodiazépines dans la prise en charge de l’anxiété comme dans celle de l’insomnie, le médecin puisse impliquer le patient dans une démarche d’arrêt de ce traitement.”, poursuit-elle.

Pour contribuer à cette démarche, la HAS publie aujourd’hui une fiche dédiée aux modalités d’arrêt des benzodiazépines en population générale. Celle-ci recommande “d’évaluer la dépendance au traitement du patient et son degré d’attachement à ces produits pour décider avec lui d’une stratégie adaptée à sa situation”.

Source : HAS

A Lire également

Mobilisation le 22 juin contre l’ambroisie, une pl...  A l’initiative de l’association internationale de l’ambroisie (International Ragweed Society, IRS), a été créée en 2012 une journée internationale de...
Dépendance : une mission pour prévenir et traiter ... A la veille du lancement de l’Année européenne du « Vieillissement actif et de la solidarité entre les générations », Nora Berra a missionné le Profes...
Dépendance : Orange lance le « Tiers Payant Social... Avec le service « Tiers Payant Social », Orange accompagne les Conseils généraux dans la gestion de l’aide sociale (allocation personnalisée d’autonom...
Les compléments alimentaires inutiles ? Selon une étude américaine publiée dans la revue Annals of Internal Medicine, les compléments alimentaires n'auraient aucune utilité pour notre organi...
L’Assistant Santé MAAF : une application gratuite ... MAAF met à disposition une nouvelle version de son application gratuite sur iPhone : l’Assistant Santé. Une version enrichie qui tient compte des rema...
Les produits sans gluten ne seraient pas plus sain... Dans son numéro de février 2016, la revue 60 millions de consommateurs a comparé les compositions d’aliments courants en version classique d’un côté, ...
Boissons au soja: rappel de briques Auchan contena... Prenez garde si vous avez une intolérance ou une allergie au lait. Des briques de boisson bio au soja Auchan viennent d'être retirées de la vente du f...
Dépression: les liens entre environnement, psychol... Les troubles tels que l'anxiété ou la dépression ont des causes à la fois psychologiques et environnementales, ainsi qu'une composante génétique. Tout...
Produits de comblement des rides : quelles précaut... Les produits injectables destinés au comblement des rides, recourant en majorité à l’acide hyaluronique, sont injectés sous la peau afin de lisser le ...
34% des étudiants déclarent avoir renoncé à des so... Alors que François Hollande, Président de la République, fait de la jeunesse une priorité de son quinquennat,  la Mutualité Française et la Mutuelle d...
Santé : 86 % des Français acceptent les risques de... Selon un sondage Odoxa pour la MNH, 89% des Français sont convaincus qu’un jour la science et la technologie permettront de guérir des maladies graves...
Santé : le budget des ménages s’envole de pl... Selon une étude publiée ce mardi par l'association de défense des consommateurs UFC-Que Choisir,  le budget annuel des ménages consacré à leur santé s...
Opération “Sentez-vous sport, santé vous bie... Ce week-end, les Français de tous âges se mettent à l'heure du sport avec l'opération "Sentez-vous sport, santé vous bien !". Rendez-vous dans les que...
Compléments alimentaires : les autorités de santé ... L’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa, aujourd'hui Anses) annonçait fin 2009 le lancement d’un dispositif national de vigilance...
Vaccination : une concertation citoyenne en trois ... La ministre de la santé, Marisol Touraine, a présenté mardi 12 janvier 2016 son plan d’action afin de rénover de la politique vaccinale en France. La ...
Le ministère de la Santé a un nouveau site web Disponible en ligne, le nouveau site Internet du ministère, www.social-sante.gouv.fr, présente l’action de l’Etat dans le vaste champ des affaires soc...