Cette pathologie, bien que beaucoup plus rare que chez les adultes, est grave : elle présente 10% de mortalité dans la période d’un mois après l’accident. C’est également la 1ère cause de handicap acquis de l’enfant : 2 tiers des jeunes victimes garderont des séquelles.

C’est pourquoi, le ministère chargé de la santé vient de consacrer, dans le cadre du plan ministériel AVC 2010-14, la création d’un centre national de référence de l’AVC de l’enfant.

Les causes de l’AVC de l’enfant, très différentes de celles de l’adulte, sont multiples : cardiaques, malformatives, hématologiques, inflammatoires, dues à une maladie rare… Souvent tardivement diagnostiqué en raison de sa rareté, l’AVC de l’enfant est une urgence médicale : tout comme chez l’adulte, il nécessite la mobilisation de compétences hautement spécialisées – neurologie pédiatrique, néonatalogie, réanimation, neurovasculaire, neurochirurgie, réadaptation fonctionnelle… – et l’organisation d’une filière de prise en charge spécifique allant de la phase aigüe à celle de la réadaptation.

Chez l’enfant, il n’existe pas de traitement standard de l’AVC, la prise en charge étant spécifiquement adaptée aux causes identifiées de l’affection. Si les rechutes sont rares, une attention particulière doit en revanche être portée à la prise en charge des séquelles – motrices, épileptiques, cognitives… – pour permettre à l’enfant, futur adulte, de stimuler au maximum ses capacités, mêmes amoindries.

C’est pour toutes ces raisons que le ministère chargé de la santé vient de consacrer, dans le cadre du plan ministériel AVC 2010-14, la création d’un centre national de référence de l’AVC de l’enfant.

Missions principales : fédérer et animer, au niveau national, les filières régionales de prise en charge, améliorer les connaissances sur la maladie, cordonner la recherche, assurer un recours pour les cas complexes – avec expertise sur place ou à distance via la télémédecine –, développer l’information et la formation des professionnels de santé, des patients et des proches.

Labellisé pour 5 ans à la suite d’un appel à candidatures, le centre national de référence est placé sous la coordination du Dr Stéphane Chabrier, médecin pédiatre au centre hospitalier universitaire (CHU) de Saint-Etienne. Le centre est multi-sites afin de mutualiser l’ensemble des compétences nécessaires, en l’occurrence celles du service de médecine et de réadaptation pédiatrique du CHU de Saint-Etienne, du pôle imagerie de l’hôpital de Bicêtre, du service de neuropédiatrie et de neurochirurgie pédiatrique de l’hôpital Necker-Enfants malades (assistance publique – hôpitaux de Paris), du service de réanimation pédiatrique et néonatale du CHU de Grenoble, du service de médecine et de réadaptation pédiatrique des hospices civils de Lyon, du service de rééducation des pathologies neurologiques acquises de l’enfant de l’hôpital de Saint-Maurice.

Dès à présent, le centre sera l’interlocuteur privilégié du ministère, des agences régionales de santé (ARS), des professionnels de santé en région impliqués dans la prise en charge de l’AVC de l’enfant, ainsi que des représentants des patients et des usagers.

Source: Ministère de la santé

A Lire également

Hormone de croissance chez l’enfant: la HAS ... La Haute Autorité de Santé (HAS) a réévalué les traitements par l'hormone de croissance prescrits aux enfants non déficitaires. La HAS, au regard de l...
1,7 million de familles nombreuses en France Selon une étude de l'Insee, on dénombre en France métropolitaine 1,7 million de familles avec trois enfants ou plus dont au moins un mineur. Ainsi, un...
Enfants: pas assez de médicaments adaptés dans cer... Selon l'Académie nationale de pharmacie, les médicaments spécialement adaptés aux enfants sont encore trop peu nombreux, notamment dans le traitement ...
AVC, cancer, diabète… : 16 millions de décès... Maladies cardiaques ou pulmonaires, accident vasculaire cérébral, cancer ou encore diabète... L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) vient de publi...
Comment se portent les enfants en grande section d... Le ministère de la Santé vient de publier les résultats d’un cycle d’enquêtes mené en 2005- 2006 sur plus de 23 000 enfants de grande section de mater...
Diarrhée chez les petits enfants: comment éviter l... Selon l’Institut de veille sanitaire (InVS), l’incidence des gastroentérites aiguës augmente bien que le seuil épidémique ne soit pas encore atteint. ...
Prévention des noyades des enfants: la surveillanc... Sept enfants de moins de 12 ans sont morts noyés durant les sept derniers jours en France. Entre le 1er juin et le 9 août 2012, l’Institut de veille s...
106 millions d’enfants vaccinés en 2008, un record... Inversant une tendance à la baisse, les taux de vaccination n’ont jamais été aussi élevés que maintenant et le développement des vaccins est en plein ...
Concours « Asthme, Tram, Gram » : quand les enfant... Pour la 3ème édition du concours de créations, l’association Asthme & Allergies invite les enfants asthmatiques et leurs proches – parents, famill...
Maladies cardiaques et AVC: 1ères causes de mortal... Environ la moitié des femmes en France ne savent pas que les maladies cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux sont la première cause de mort...
Psoriasis : Théo et les Psorianautes, un serious g... A destination des enfants de 6 à 11 ans, « Théo et les Psorianautes est un jeu éducatif proposé par France Psoriasis qui a pour objectif d’aider les e...
Dans le cerveau de mon enfant Grâce aux neurosciences cognitives, il est désormais possible de connaître et de comprendre les grandes lignes du développement cérébral de l'enfant. ...
Prévention de l’AVC : un site pour répondre ... Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) sont la deuxième cause de décès en France juste après les cancers, mais remontent en première place chez les...
Boissons énergisantes : 18 % des enfants en ont dé... Alors que l’Anses s’apprête à publier un avis sur les risques associés aux boissons énergisantes, la CLCV (Consommation Logement et Cadre de Vie) ...
Le goûter : un repas qui n’est pas réservé q... Si près de 80% des enfants de 3 à 14 ans prennent régulièrement un goûter*, 43% des femmes et 30% des hommes ont cette habitude au quotidien**. Commen...
Les enfants français trop sédentaires Selon un sondage réalisé par Odoxa pour la MNH, le Figaro et France Inter*, plus de 6 Français sur 10 (61%) constatent que les enfants de leur entoura...