L’anorexie mentale est un trouble du comportement alimentaire qui affecte 0,5 à 1 % des adolescentes. Les jeunes ne parviennent plus à s’alimenter normalement. Ce trouble psychiatrique est associé à des perturbations sociales et des complications physiques et psychologiques majeures. Il nécessite parfois une hospitalisation, conséquence d’une sévérité extrême et ayant pour corollaire un mauvais pronostic.

La thérapie familiale peu pratiquée en France

Pour les patientes, la prise en charge classique est coordonnée par un psychiatre qui rencontre alternativement la jeune fille seule ou accompagnée de ses parents, à un rythme lié à son état. Il évalue son état de santé physique et mental, l’interroge sur son alimentation, son environnement psychosocial et guide les parents dans l’accompagnement de leur enfant.

La thérapie familiale consiste à impliquer parents et fratrie autour des relations familiales ; elle est également proposée depuis les années 60 mais elle se fraie difficilement un chemin dans ce programme de soins. En 2004, seulement 3 % des patientes hospitalisées à l’Institut mutualiste Montsouris en bénéficiaient.

Les relations intrafamiliales au coeur de la thérapie

Des travaux britanniques, parus à la fin des années 80, avaient montré que la thérapie familiale permettait de renforcer l’état de santé des jeunes filles anorexiques en comparaison à une thérapie individuelle. Cependant, les soins classiques proposés en France sont plus intensifs qu’une seule thérapie individuelle. “La question était donc de savoir si l’adjonction d’une thérapie familiale améliorerait les soins proposés pour des patientes atteintes de formes sévères. C’est ce que nous avons voulu vérifier à l’Institut Montsouris”, explique le Dr Nathalie Godart (1), coauteur des travaux.

Ainsi, il a été proposé aux jeunes filles récemment hospitalisées de suivre le parcours de soins classique, associé ou non à une thérapie familiale dans le cadre d’un essai randomisé. Au total, 60 jeunes filles d’Ile de France âgées de 13 à 19 ans ont été recrutées. Seulement la moitié d’entre elles bénéficie de ce dispositif pendant 18 mois en plus des soins usuels. “La thérapie familiale associe les parents et les frères et soeurs de plus de 6 ans. Elle ne prend pas en compte l’alimentation en tant que telle mais seulement les relations et la dynamique intrafamiliales, explique Nathalie Godart. Une fois par mois, les membres de la famille sont réunis pendant une heure trente autour d’un thérapeute qui travaille autour de plusieurs axes ; l’histoire intergénérationnelle de la famille, ses relations actuelles ou encore le vécu de l’anorexie par les différentes personnes”.

Reprise de poids et des menstruations

Au terme des 18 mois, les résultats montrent que les jeunes filles qui ont suivi une thérapie familiale se portent mieux que les autres. Elles ont 3,2 fois plus de chance d’aller “bien” ou “à peu près bien” que dans le groupe avec le seul traitement classique selon un indice incluant plusieurs critères dont le poids, la présence de règles ou encore l’association d’autres troubles alimentaires comme la boulimie. Elles sont deux fois plus nombreuses à être sorties du stade critique de l’anorexie en terme de poids et davantage d’entre elles ont retrouvé leurs règles. “Ces travaux sont très en faveur de la thérapie familiale. Depuis ces résultats, nous proposons systématiquement à toutes les patientes hospitalisées un suivi classique associé à une thérapie familiale. Certaines familles peuvent être un peu réticentes à associer les frères et soeurs à cette prise en charge mais d’autres sont très demandeuses pour faire face à la maladie”, précise Nathalie Godart.

En outre, ces bons résultats pourraient bien se confirmer à plus long terme avec un bénéfice qui semble se maintenir à 5 ans selon les travaux toujours en cours au sein de l’Institut.

Source : Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM)

Godart et coll., A Randomized Controlled Trial of Adjunctive Family Therapy and Treatment as Usual Following Inpatient Treatment for Anorexia Nervosa Adolescents. PLoS ONE January 2012, Volume 7, Issue 1, e28249

Note :

(1) Unité Inserm 669 “Troubles du comportement alimentaire de l’adolescent”

A Lire également

Livre : ados en vrille, mères en vrac En vrille. Les ados le sont devant nos yeux lorsqu’ils titubent et balbutient, ivres d’alcool et de drogue, ou qu’ils "pètent les plombs" sans raison,...
Addictions : il n’y a pas que l’alcool ou la drogu... Simplement « accro » ? Plus ? Dans votre entourage, quelqu’un est-il victime d’une ou plusieurs addictions comportementales ? Il ne s’agit pas des ...
Des mesures pour prévenir les troubles du comporte... Deux textes visant à prévenir les troubles du comportement alimentaire et en particulier l’anorexie, notamment chez les jeunes, viennent d'être publié...
Peindre l’anorexie pour mieux la guérir Souad Gojif, qui souffre de troubles du comportement alimentaire, ne supporte plus les odeurs d’épices et de cuisine. Sauf quand elle peint. Découvrez...
Anorexie mentale : pourquoi il faut agir vite La Haute Autorité de Santé publie* de nouvelles recommandations pour la prise en charge de l’anorexie mentale, trouble du comportement alimentaire qui...
Addictions comportementales : achats compulsifs, b... Simplement « accro » ? Plus ? Dans votre entourage, quelqu’un est-il victime d’une ou plusieurs addictions comportementales ? Il ne s’agit pas des ...
Conséquences d’un trouble alimentaire sur les dent... L’état de nos dents n’est pas seulement conditionné par une bonne hygiène dentaire. Il l’est également par le comportement alimentaire que nous observ...
Anorexie infantile : un nombre alarmant de cas che... L’anorexie toucherait de plus en plus d'enfants au Royaume Uni. C’est le constat alarmant d’experts britanniques dont l’enquête révèle qu’une centaine...
Addictions comportementales : du jeu pathologique ... Simplement « accro » ? Plus ? Dans votre entourage, quelqu’un est-il victime d’une ou plusieurs addictions comportementales ? Il ne s’agit pas des tox...
Enfants-adolescents: les troubles psychiatriques e... Médecins scolaires pas assez nombreux, nombre de lits en nette régression, carences de dépistage… Le Conseil économique, social et environnemental dre...