95% des médicaments génériques vendus en France sont produits en Europe

Alors qu’un sondage Ifop, publié lundi, montre que la défiance des Français vis-à-vis des médicaments génériques a augmenté en 2012, le Gemme, association qui réunit les industriels du médicament générique, rappelle que 95% des génériques dispensés en France sont fabriqués en Europe et 55% en France.
« Les obligations et les niveaux de contrôle sont les mêmes pour tous les laboratoires quel que soit le médicament, générique ou princeps », précise le Gemme dans un communiqué. « Dans ce contexte les laboratoires pharmaceutiques, qu’ils soient génériques ou princeps, contrôlent toutes les étapes de la fabrication selon les critères de Bonne Pratique de Fabrication définies par les autorités de santé européennes », ajoute-t-il.
Pour le Gemme, les « craintes » exprimées ne s’appuient en effet sur aucun élément factuel. « Depuis plus de 10 ans, la qualité et l’efficacité du médicament générique en France n’ont jamais été remises en cause par les autorités de santé. La France peut ainsi se féliciter d’avoir un modèle de développement du médicament générique particulièrement sûr, modèle qui s’est toujours appuyé sur des critères de santé publique », estime l’association.
« Ces dernières années, le contrôle et les audits réguliers permettant de maitriser la qualité des matières premières entrant dans la composition des médicaments, quels que soient leur statut et leur origine géographique, ont également été renforcés. Il est tout à fait rassurant de constater que, depuis plus de 10 ans, les contrôles des laboratoires, de l’AFSSAPS puis de l’ANSM ont permis de prévenir tout problème sur les spécialités génériques en France », poursuit le Gemme.
Concernant la question de l’origine des principes actifs, l’association rappelle que la réglementation européenne a intégré  » l’obligation pour toutes les substances actives utilisées dans la fabrication des médicaments d’être fabriquées selon les critères européens de bonne fabrication ».
Enfin, pour le Gemme,  « cette nouvelle manifestation d’une crise de confiance sur le médicament générique » justifie sa campagne de communication qui sera lancée par le GEMME début 2013.
Source : Gemme