Selon une étude, menée par la DREES (*), trois adultes sur quatre présentent des troubles visuels en France. Cette perte d’acuité sensorielle se généralise à partir de 50 ans pour atteindre 96 % de la population. Myopie, astigmatisme, presbytie… Si ces pathologies sont très répandues, elles sont, aussi, fréquemment corrigées : sept adultes sur dix portent des lunettes ou des lentilles.

Selon les auteurs de l’étude, les conditions de vie jouent un rôle important dans l’apparition des problèmes de vue. Alors qu’ils sont généralement plus favorisés en matière de santé, les cadres et les professions intermédiaires entre 20 et 39 ans sont plus nombreux (respectivement 57 % et 58 %) que les ouvriers (32 %) à déclarer des problèmes de vue. Néanmoins, ces derniers souffrent plus de déficiences visuelles graves, comme la cécité ou la malvoyance.

Porter des lunettes ou des lentilles ne garantit pas forcément de retrouver une bonne vue. Si la correction est insuffisante ou inadaptée, ou encore, si le trouble n’est pas corrigeable, ou seulement partiellement, des problèmes vont persister. En moyenne, grâce à leurs lunettes ou leurs lentilles, les adultes récupèrent une bonne vue : 92 % des adultes n’ont plus de difficulté résiduelle à voir de près, et 96 % n’en ont plus pour voir de loin. Mais la part des personnes âgées qui restent avec des troubles non ou mal corrigés, malgré le port de lunettes ou de lentilles, est élevée : 24 % des plus de 80 ans du mal à voir les caractères d’imprimerie d’un journal, et 17 % ont du mal à distinguer un visage à quatre mètres (contre 2 % pour les 20-29 ans).

Autre constat, les troubles visuels mal corrigés se révèlent aussi plus élevés dans certaines catégories socioprofessionnelles. Parmi les 40-59 ans, 4 % des ouvriers ont des difficultés à voir de loin, après leur correction, contre 1 % des cadres. Les personnes sans complémentaire santé ou bénéficiant de la CMU-C souffrent également plus souvent de gênes résiduelles.

« Le manque de moyens financiers ou des difficultés d’accès aux aides peuvent réduire le recours à l’ophtalmologue et l’opticien. Après le dentaire, l’optique est le deuxième soin auquel les Français renoncent pour des raisons financières », soulignent les auteurs.

L’étude a été réalisée à partir de l’enquête Handicap-Santé (Insee-Drees) menée en 2008 auprès de 28 500 personnes.

(*) « Troubles de la vision », Lucie Calvet (Drees), avec la collaboration de Pauline Delance, Clément Dufaure, Victor Laliman, Benjamin Quevat (Ensai), juin 2014

A Lire également

Vague de chaleur : les précautions à prendre pour ... Alors que les dernières prévisions de Météo-France confirment une forte hausse des températures sur une grande partie du territoire, une situation app...
Conseils santé : les Français s’informent toujours... Une enquête internationale sur la santé menée dans 12 pays et réalisée par Ipsos MORI montre que 59% des internautes français déclarent utiliser le we...
Des fondations hospitalières pour collecter des fo... Le gouvernement vient de donner le feu vert à la création de fondations hospitalières par les établissements de santé, par la publication d’un décret ...
Santé: les mutuelles adressent vingt propositions ... La Mutualité Française, qui fédère la quasi-totalité des mutuelles santé en France, vient d’adresser aux candidats aux élections présidentielle et lég...
Fatigue au volant : bientôt un test de salive pour... Des chercheurs du Centre du sommeil et de la vigilance de l’Hôtel-Dieu travaillent à la mise au point d’un test salivaire permettant de mesurer la fat...
Santé : les européens peuvent mieux faire Selon le Rapport publié mercredi par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), l'Europe est en bonne voie pour atteindre la cible de la réduction de ...
La consommation d’alcool des Français reste ... Selon les données du Baromètre santé de l'Inpes, la consommation d'alcool des Français reste stable en 2014 comparé à 2010, excepté pour la consommati...
Un accès à la santé renforcé pour les enfants de 0... Pour rendre effective la visite médicale de tous les enfants avant l’âge de six ans, Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé et Jean- Mic...
Grippe : le plan ORSAN déclenché pour faire face à... Alors que plus de 2 millions de personnes auraient consulté un médecin la semaine dernière et que l’épidémie de grippe approche de son pic, Marisol To...
Vague de chaleur : la plateforme téléphonique « Ca... En raison des températures particulièrement élevées prévues à partir de ce mardi, Marisol Touraine, la ministre de la Santé, a annoncé hier l'activati...
La marche à pied est excellente pour la santé̷... Dans le cadre de la semaine européenne de la mobilité qui se déroule du 16 au 22 septembre, les ministères chargés du développement durable et de la s...
Dépression : 31% des 25-34 ans déclarent en souffr... 31% des 25-34 ans déclarent souffrir de dépression. C'est l'un des enseignements qui ressort du Baromètre de la Santé des Français d’AXA Prévention. ...
Tiers-payant, nutrition, parcours éducatif à l’éco... Généralisation du tiers-payant d’ici 2017, mise en place d'un parcours éducatif en santé à l’école, création d'un numéro d’appel unique à 3 chiffres d...
Acouphènes et hyperacousie : des solutions existen... Selon l’enquête Ifop-JNA « Acouphènes et hyperacousie : fléaux du 21e siècle » réalisée à l’occasion de la 21e édition de la Journée Nationale de l’Au...
Journée nationale de réflexion sur le don d’organe... La journée nationale de réflexion du don d’organes se déroule aujourd’hui dans toute la France avec l'objectif de sensibiliser  à l’importance du don ...
Maladies rares : les orientations d’un troisième p... A l’occasion de la journée internationale des maladies rares, Agnès BUZYN, ministre des Solidarités et de la Santé et Frédérique VIDAL, ministre de l’...