Face à la dangerosité du tabac, un centaine de médecins ont signé un appel relayé le 15 novembre dans Le Parisien pour dénoncer les « idées fausses (qui) se font jour » autour de la cigarette électronique. Leur constat est simple : cette dernière serait toujours moins dangereuse que les produits issus de la combustion du tabac.

Ces signataires estiment en effet que trop peu de médecins conseillent la cigarette électronique à leurs patients qui souhaitent arrêter le tabac. « Les caractéristiques doivent toujours être comparées à celles de la cigarette conventionnelle ». Et « s’il persiste des doutes et des débats sur la parfaite innocuité à long terme de certains de ses composants, ils doivent être confrontés à la certitude absolue de la dangerosité du tabac. », soulignent-ils.

Pour les signataires de cet appel relayé par le Parisien, le potentiel des e-cigarettes « en terme de santé publique est réel » . Ils rappellent que c’est « la combustion du tabac qui est dangereuse pour la santé des fumeurs, pas la nicotine ». « Il est ainsi bien établi que les substituts nicotiniques ne sont pas dangereux pour la santé des fumeurs désireux de quitter le tabac. Il en est de même pour la nicotine contenue dans les e-cigarettes », soulignent-ils.

De même, ils estiment que « les dangers des cigarettes électroniques sont infiniment moindres que ceux du tabac, dès lors que leur vapeur ne contient ni CO, ni goudrons, ni particules fines ». Enfin, ils estiment qu’elle serait « moins addictive que la cigarette conventionnelle et participe ainsi à un sevrage rapide ou progressif du tabac ».

Des raisons qui poussent ces médecins à affirmer que  « la cigarette électronique peut être conseillée à tout fumeur désireux d’arrêter de fumer » et qu’elle peut « peut tout à fait faire l’objet d’une association avec des patchs, voire avec d’autres traitements du sevrage tabagique.

Source : Le Parisien

Rendez-vous sur Hellocoton !