Depuis 2004, la France a mis en place un dépistage organisé du cancer du sein afin de permettre à toutes les femmes de 50 à 74 ans d’accéder à une prise en charge précoce et de qualité. Ce dispositif national coexiste avec un dépistage individuel. Il ne bénéficie, huit ans plus tard, qu’à la moitié des femmes concernées. Les recommandations que publie aujourd’hui la Haute Autorité de Santé, à la demande de la Direction générale de la santé, visent à améliorer cette situation.

 Malgré une nette augmentation depuis 2004, la participation au dépistage organisé (DO) du cancer du sein reste inférieure à l’objectif cible de 80% au niveau national et varie très fortement selon les départements. En France, les femmes de 50 à 74 ans ont la possibilité de réaliser une mammographie de dépistage soit à la demande du médecin, voire à leur propre initiative, dans le cadre du dépistage dit individuel (DI), soit dans le cadre d’un programme mis en place par l’Etat, sur invitation par courrier, c’est le dépistage organisé (DO). La moitié seulement des 4,3 millions de femmes concernées chaque année se fait dépister via le dépistage organisé du cancer du sein et environ 10% dans le cadre du dépistage individuel.

 Le dépistage organisé est d’une qualité supérieure au dépistage individuel
Dans son rapport publié aujourd’hui, la HAS fonde ses recommandations sur un principe : dès lors que les femmes, clairement informées des avantages et inconvénients, souhaitent se faire dépister, elles doivent bénéficier des meilleures garanties de qualité. Le contrôle des mammographes et l’évaluation des pratiques professionnelles s’appliquent, comme pour tout examen radiologique, en dépistage individuel comme en dépistage organisé. Mais ce dernier présente des garanties supplémentaires dans son cahier des charges :

– la seconde lecture des mammographies qui identifie 9% des cancers dans le dépistage organisé, soit environ 1 300 cancers chaque année ;
– l’agrément et la formation continue spécifique des radiologues ;
– l’égal accès au dépistage pour toutes les femmes garanti par le système d’invitation systématique ;
– l’assurance qualité et le suivi des résultats.

 Par ailleurs, la HAS relève que le dépistage individuel s’accompagne fréquemment d’échographies « en excès » susceptibles de générer des sur-diagnostics voire des sur-traitements, que ce dépistage n’est pas pris en charge à 100% comme l’est le dépistage organisé et qu’il fait souvent l’objet de dépassements d’honoraires à la charge des femmes.

 La HAS privilégie le dépistage organisé et identifie plusieurs leviers
Pour ces raisons, la HAS plaide pour que le dépistage organisé devienne progressivement la modalité unique de dépistage du cancer du sein pour les femmes de 50 à 74 ans. En l’état actuel des choses, la HAS ne recommande pas le déremboursement des mammographies réalisées dans le cadre du dépistage individuel afin d’éviter une démobilisation des femmes. Elle propose plutôt la mise en œuvre de mesures incitatives fortes en faveur du dépistage organisé auprès des femmes et des professionnels de santé.

 · Renforcer la place des professionnels de santé
Avec les radiologues, les médecins généralistes et les gynécologues sont les contacts privilégiés des femmes. Ils doivent devenir acteurs à part entière du dépistage organisé. La HAS recommande de les associer étroitement aux étapes d’invitation et de suivi des résultats du dépistage. Elle préconise, par exemple, que les médecins prescrivent directement et systématiquement des mammographies de dépistage organisé plutôt que des mammographies de dépistage individuel.

 · Etendre la gratuité à l’échographie médicalement justifiée dans le dépistage organisé
La HAS recommande que l’échographie immédiate réalisée quand elle est nécessaire selon les indications du cahier des charges du dépistage organisé puisse être prise en charge à 100%, ce qui n’est pas le cas actuellement.

 · Informer les femmes de la qualité supérieure du dépistage organisé
Il importe de compléter le niveau de connaissance et d’information des femmes de manière personnalisée, c’est-à-dire avec les messages les plus adaptés à leurs caractéristiques et à leurs habitudes vis-à-vis du dépistage (non participantes, pratiquant le DI, etc.).

 En conclusion, pour la HAS, le dépistage organisé offre la possibilité d’inscrire les femmes dans un véritable parcours de prévention qui optimise le nombre d’actes diagnostiques dans le temps. Ainsi, les mesures incitatives préconisées doivent permettre d’améliorer la participation des femmes au dépistage et garantir ainsi un accès plus équitable à la prévention pour toutes les femmes entre 50 et 74 ans.

Source : HAS

A Lire également

Prédispositions génétiques au cancer du sein : un ... Un nouveau test en cours de développement pourrait être utilisé comme un complément indispensable aux méthodes actuelles de dépistage, selon les résul...
Cancer du sein : certains antihypertenseurs pourra... Selon une étude américaine publiée lundi par le JAMA Internal Medicine, les femmes ménopausées qui ont pris durant 10 ans ou plus un inhibiteur calciq...
Cancer du sein : l’ARC fait le point sur les nouve... Aujourd’hui, le cancer du sein est l’un des cancers pour lequel le taux de survie est le plus élevé, on guérit plus de 70% des cancers du sein. Ceci e...
Cancer du sein : mieux informer Une femme sur 8 sera touchée par un cancer du sein dans sa vie. Avec 49 000 nouveaux cas estimés, en France, en 2012, ce cancer est le plus fréquent c...
ALD : les guides pratiques pour les patients Afin de mieux informer les patients et leurs familles sur les maladies classées ALD (affection de longue durée) , la Haute Autorité de Santé met à leu...
Prothèses mammaires PIP : l’Afssaps renforce ses r... Un cas de cancer du sein (adénocarcinome) a été déclaré le 5 décembre 2011 à l’Afssaps chez une patiente portant des prothèses PIP depuis plusieurs an...
Cancer du Sein & Octobre Rose : transformez v... Depuis 21 ans qu'Octobre Rose se mobilise en faveur de la recherche contre le cancer du sein, l'opération suscite un soutient de plus en plus nombreux...
Cancer du sein : le plus fréquent des cancers fémi... Avec près de 50 000 nouveaux cas estimés en 2005 en France, le cancer du sein représente 36,7 % de l’ensemble des nouveaux cas de cancers chez la femm...
Ralph Lauren et la lutte contre le cancer du sein Depuis plus de 20 ans, la Fondation Ralph Lauren lutte contre le cancer du sein. En effet, à la fin des années 1980, Ralph Lauren a été diagnostiqué a...
« Bougez contre le cancer du sein » : les patiente... Une  première enquête nationale épidémiologique sur la pratique d’une activité physique après un cancer du sein vient d’être lancée  par la Mutualité ...
Maladie d’Alzheimer: des médicaments à l&rsq... La Haute Autorité de Santé vient de révéler les résultats de sa réévaluation et conclut à un intérêt thérapeutique faible des médicaments de la maladi...
Cancer du sein et traitement de la ménopause : com... Commencer un traitement hormonal peu de temps après l’installation de la ménopause plutôt que quelques années plus tard ne limite pas le risque de can...
Une étude fait le lien entre cancer du sein et pol...  Alors que la pollution de l'air a déjà été associée à de multiples problèmes de santé, des chercheurs démontrent que les femmes vivant dans les zones...
Cancer du sein : plus de 2,5 millions de femmes dé... A l’occasion d’octobre rose, Santé publique France publie une infographie sur les dernières données sur l’incidence et le dépistage du cancer du sein ...
Vers un dépistage volontaire et généralisé du VIH ... Dans ses dernières recommandations, la Haute Autorité de Santé (HAS) suggère que le dépistage du virus du sida soit proposé à toute la population de 1...
Cancers du sein : leur nombre en forte hausse dans... Selon les dernières statistiques du Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC), l’agence spécialisée de l’Organisation mondiale de la sant...