24hSanté
Suivez nous sur Twitter !Facebook

Astuces du Dr Marie-France Bordet pour préparer votre organisme et éviter la rhinite allergique

Éternuements, yeux qui piquent ou qui rougissent, nez qui coule : avec le printemps vous voila redevenu un vrai détecteur de pollens ! Astuces et conseils du Docteur Marie-France Bordet pour vous préparer et limiter les symptômes

L’allergie est une réaction anormale de l’organisme à une substance généralement bien tolérée : en effet, pour la majorité d’entre nous, respirer des pollens ne pose aucun problème. Si votre organisme réagit c’est parce que votre système immunitaire identifie – à tort ! – les pollens comme des agresseurs potentiels. Une substance – l’histamine – est libérée dans l’organisme. Elle provoque des éternuements en salves, des picotements et douleurs de la muqueuse nasale, une irritation oculaire, un larmoiement et parfois une conjonctivite. L’inflammation s’installe en quelques heures, entraînant un écoulement nasal clair et important mais aussi des phases d’obstruction obligeant à respirer par la bouche. Cet état dure pendant toute la période d’exposition aux pollens responsables de l’allergie.

4 règles pour préparer votre organisme pour éviter la rhinite allergique
Règle n°1 : Fuyez les allergènes
Limitez les contacts avec la – ou les – plantes auxquelles vous êtes sensibilisé. Evitez de vous promener dans les champs et près des zones boisées, en particulier les jours de vent.
En saison pollinique, abstenez-vous de sortir en fin d’après-midi, lorsque l’air est le plus chargé en pollens.
Si vous êtes en voiture, roulez fenêtres fermées et faites entretenir les filtres anti-pollens de votre véhicule.
Règle n°2 : Favorisez une atmosphère saine
Aérez votre habitation le matin de bonne heure et gardez portes et fenêtres fermées le reste de la journée.
Faites des lavages de nez au sérum physiologique au moins deux fois par jour.
Evitez les atmosphères polluées et les ambiances enfumées.
Règle n°3 : Soignez-vous dès les premiers symptômes
Soignez-vous dès que la gêne s’installe, avant que la rhinite allergique ne prenne de l’ampleur. Les médicaments homéopathiques, en période aiguë, diminuent la réaction de l’organisme au contact des pollens et atténuent les symptômes gênants provoqués par l’allergie.
Règle n°4 : Limitez les récidives
Votre médecin peut envisager un traitement de fond à base de médicaments homéopathiques. Cette stratégie permet, au fil du temps, de diminuer – voire de supprimer – votre sensibilité aux pollens.

Astuces :
Jardinez malin
!

– Ne plantez pas d’espèce réputée allergisante.
– Si possible, demandez à quelqu’un de s’occuper de la tonte du gazon.
– Il existe parfois une allergie croisée avec les moisissures : ne ramassez pas les feuilles mortes.
En particulier, évitez de planter : mimosa, noisetier, cyprès, bouleau, aulne, frêne, troène, charme, peuplier, saule.
Arrachez l’ambroisie avant juillet, ne laissez pas cette plante envahir votre terrain.
Privilégiez les plantes à fleurs dont le pollen est peu allergisant (lilas, hortensias, rhododendrons, magnolias).
Calendrier pollinique
Ce calendrier est indicatif et peut présenter des variations importantes selon les régions et d’une année sur l’autre en fonction des conditions météorologiques notamment.

VégétauxPériodes à haut risqueRégions
Bouleauavril – maiNord de la Loire
Cyprèsfévrier –mars – avrilSud de la France
PlataneavrilToute la France
Châtaignierjuin – juilletSud de la France
Graminéesmai – aoûtToute la France
Ambroisieaoût – septembreRhône-Alpes

Le Réseau National de Surveillance Aérobiologique (RNSA) étudie le contenu de l’air en particules présentes dans l’atmosphère susceptibles de déclencher des allergies et propose des cartes de France du risque allergique ainsi qu’un bulletin hebdomadaire allergopollinique.

Source : laboratoires Boiron / Dr Marie-France Bordet

Rendez-vous sur Hellocoton !

16 avril 2012