Cette anomalie vasculaire qui se développe chez le nourrisson dans les premières semaines de sa vie est bénigne. Cependant, lorsque des complications surviennent, une prise en charge médicale est préconisée. Le traitement de référence utilisé en première intention est la corticothérapie par voie générale.

En 2007, la découverte fortuite de l’effet d’un autre médicament sur les hémangiomes infantiles a conduit le CHU de Bordeaux à se pencher plus en détails sur son efficacité. Suite aux résultats publiés par l’équipe du service de dermatologie pédiatrique du CHU de Bordeaux en 2008¹ et dans le cadre d’un programme de développement conclu avec les Laboratoires Pierre Fabre Dermatologie, une étude clinique est en cours afin d’évaluer l’efficacité d’une forme pédiatrique adaptée de ce médicament dans le traitement des hémangiomes infantiles.

Pour plus d’informations sur l’étude clinique en cours, les parents peuvent se renseigner auprès de leur médecin traitant ou sur les sites www.notre-recherche-clinique.fr en tapant « hémangiomes » (dans l’encart « Rechercher un essai clinique ») et www.clinicaltrials.gov en tapant « hemangiol ».

Comment reconnaît-on un hémangiome ?
Il existe 2 formes cliniques d’hémangiome :

– L’hémangiome « nodulaire » (75% des cas) est un hémangiome qui prend l’aspect d’un fruit rouge posé sur la peau d’où l’appellation « fraise ».
– L’hémangiome segmentaire (25% des cas) , qui ressemble à une tache de vin

A quel âge apparaît un hémangiome ?
Un hémangiome est toujours présent avant l’âge de 1 an. A la naissance, la peau peut être normale ou marquée par des petites taches pâles qui se développent en quelques semaines. Il ne se manifeste jamais chez un adulte.

Quelle est la cause d’un hémangiome ?
Actuellement, on ne connaît pas la cause exacte des hémangiomes. Ils ne sont pas héréditaires, cependant on les retrouve dans les antécédents familiaux de 10 % des nourrissons affectés.

Existe-t-il des prédispositions à cette pathologie ?
Certains facteurs ont été identifiés comme favorisant la survenue d’un hémangiome infantile :

• une grande prématurité
• un petit poids à la naissance (moins d’1,5 kg)
• des lésions du placenta survenues pendant la grossesse (décollement ou biopsie pour diagnostic anténatal
• être une fille (plus l’hémangiome est grave, plus le ratio filles/garçons est élevé)
• un âge élevé de la mère
• une grossesse multiple
• avoir une ascendance caucasienne.

A quels endroits du corps apparaît un hémangiome ?
Dans 60 % des cas, l’hémangiome se trouve sur la tête et le cou ; dans 25 % des cas, au niveau du tronc et dans 15 % des cas, sur les bras et les jambes. Il est en majorité (80 %) unique sur le corps. Lorsqu’il y en a plusieurs (au moins 4), les hémangiomes peuvent se développer sur un organe interne tel que le foie, les poumons, le tube digestif ou même le cerveau.

Est-ce une pathologie grave ?
La majorité des hémangiomes ne nécessite pas de traitement spécifique et l’hémangiome se résorbera de lui-même la plupart du temps, avec ou sans séquelles. Mais pour 10 % des nourrissons touchés par un hémangiome, soit 1 % des naissances, des complications locales peuvent survenir sous forme d’ulcération, de localisation critique (yeux, voies aériennes supérieures) et de déformation du visage. Plus rarement, peut survenir une hémorragie interne ou une insuffisance cardiaque (hémangiome interne). Ces formes compliquées définissent ainsi les formes graves d’hémangiome qui nécessitent une attention particulière et une prise en charge médicale immédiate.

Comment évolue un hémangiome ?
L’hémangiome infantile apparaît généralement quelques semaines après la naissance et évolue en 3 phases :

• une phase de croissance : c’est la période durant laquelle l’hémangiome se développe assez rapidement (de 6 mois à 1 an) en surface et en volume
• une phase de stabilisation : elle dure quelques mois
• une phase de régression : c’est la période durant laquelle l’hémangiome va régresser spontanément. Elle peut durer plusieurs années (de 1 à 7 ans). La régression est complète chez 70 % des enfants à l’âge de 7 ans, avec ou sans séquelles. Entre 10 et 12 ans, cette phase est toujours terminée. Au terme de cette involution, l’hémangiome ne récidive jamais.

Quand doit-on consulter un médecin spécialiste ? Et vers quel type de spécialiste se tourner ?
Les hémangiomes présentent une grande variété de formes et de tailles. Quelles qu’en soient les caractéristiques, ils nécessitent un suivi médical par un médecin de famille ou un pédiatre qui déterminera s’il est nécessaire de consulter un médecin spécialiste des anomalies vasculaires. Les dermatologues spécialisés en pédiatrie sont les mieux placés pour faire ce type de suivi.

Quels sont les traitements actuels ?
Les hémangiomes nécessitant un traitement concernent aujourd’hui uniquement les formes les plus graves :

• Les hémangiomes menaçant le pronostic vital ou fonctionnel
• Les hémangiomes entraînant de graves complications
• Les hémangiomes laissant des séquelles esthétiques et fonctionnelles.
Le traitement médicamenteux de référence utilisé en première intention est la corticothérapie par voie générale.

Source : Pierre Fabre

1 Léauté-Labrèze C, Dumas de la Roque E, Hubiche T et al., Propranolol for severe hemangiomas of infancy, New Engl J Med 2008; 358 (24) : 2649-51.

A Lire également

Puériculture “gain de place” : les tab... Quand on pense table à langer, on pense souvent aux tables traditionnelles posées au sol. Pourtant, il existe des tables à langer murales qui permette...
Pas de laits de soja, d’amandes ou de de riz... Dans son dernier avis, l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) estime que les boissons végétales de type soja, amandes,ou encore de  riz, ne ...
Baby gym, massage, portage… le programme de rentré... Les bébés aussi ont le droit à leur rentrée ! Profitez d’un univers dédié à bébé et ses parents en plein centre-ville de Marseille. Au programme : bab...
Toux du nourrisson : les recommandations de l’Afss... Que faire face à un bébé qui tousse ? L'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), qui a mené une réévaluation des médica...
Sucer la tétine de votre bébé pour réduire ses ris... Une étude suédoise publiée dans la revue Pediatrics montre que les enfants dont les parents sucent la tétine avant de leur remettre dans la bouche ser...
Salon virtuel Baby en 3D : 12 bonnes raisons pour ... Aujourd’hui, avec le salon baby virtuel permanent, les futurs et les jeunes parents ont enfin tous la même chance, de se plonger dans un monde dédié à...
Bébé et papa entretiennent leur peau avec BcomBio... BcomBio, vous connaissez ? Après leur gamme de produits de beauté et d’hygiène pour les femmes, la marque entend bien séduire toute la famille avec de...
Maladie rare : les Epidermolyses Bulleuses Hérédit... Le Centre de Référence Maladies Rares pour les Epidermolyses Bulleuses Héréditaires du CHU de Nice vient d'inaugurer ses nouveaux locaux. L’occasion d...
Les couches lavables deviennent aussi pratiques qu... Des couches lavables, il en existe un paquet sur le marché. Certaines mamans ont même décidé de les fabriquer elles-mêmes. C’était peut-être sans comp...
Que faire quand bébé semble enrhumé ? Bébé a le nez qui coule. Comment savoir s'il s'agit juste d'un rhume ? Faut-il l'emmener aussitôt chez le médecin ? Quels sont les bons gestes à avoir...
Comment bien manger pendant ma grossesse, de la co... Comment bien manger à chaque moment clé d’une maman, depuis la conception aux 2 ans de bébé, en passant par l’étape du fœtus ou du nouveau-né ? Béatri...
VIH/Sida : 1er cas de guérison fonctionnelle chez ... Des chercheurs américains ont annoncé, dimanche à la 20e conférence annuelle sur les rétrovirus et les infections opportunistes (CROI) à Atlanta, le 1...
Des couches lavables spéciales… Coupe du monde de ... Pour promouvoir l’utilisation de couches lavables, la société Lyllou lance les couches lavables spéciales Coupe du monde de Football !!! Vous n’ave...
Baby boom “Devenir père” mardi 30 août... Pendant près d'un mois, 40 caméras ont filmé 24h/24 le quotidien de la maternité du centre hospitalier intercommunal de Poissy-Saint-Germain, la plus ...
Les parents parviennent à reconnaître les pleurs d... Selon une étude publiée dans le journal en ligne Nature Communication, les parents seraient en mesure de reconnaître les pleurs de leur bébé parmi ceu...
Gastro-entérite : l’Afssaps recommande la suspensi... L'Agence européenne du médicament (EMA) a été informée par les laboratoires GlaxoSmithKline de la présence dans des lots de vaccin buvable Rotarix® di...