L’organe des Nations Unies chargé des normes alimentaires vient de convenir de nouvelles réglementations – dont un niveau seuil de mélamine dans les formules lactées liquides pour nourrissons – afin de protéger la santé des consommateurs. Parmi les autres mesures adoptées figurent de nouvelles normes de sécurité sanitaire sur les fruits de mer, les melons, les figues sèches et sur l’étiquetage des aliments.

La Commission du Codex Alimentarius, administrée conjointement par la FAO et l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), fixe des normes internationales de sécurité sanitaire et de qualité des aliments pour promouvoir la disponibilité d’aliments plus sûrs et plus nourrissants destinés aux consommateurs du monde entier.

Mélamine

À forte concentration, la mélamine peut être mortelle et a été utilisée illégalement pour accroître la teneur apparente en protéines de produits alimentaires, notamment de préparations pour nourrissons et de lait en poudre. Le lait contaminé par la mélamine a provoqué des décès et des maladies. Il y a deux ans, la Commission du Codex a adopté un niveau maximum de mélamine d’1 mg/kg pour les préparations de lait en poudre pour nourrissons et de 2,5 mg/kg pour les autres aliments, y compris les aliments pour animaux. La Commission a désormais fixé le seuil maximum de mélamine à 0,15 mg/kg dans le lait liquide pour nourrissons.

La mélamine est un composé chimique utilisé, entre autres applications industrielles, dans la fabrication de vaisselle et ustensiles de cuisine. Le nouveau seuil aidera les gouvernements à protéger les consommateurs en déterminant si les niveaux décelés dérivent d’une contamination inévitable par la mélamine n’ayant pas de conséquence pour la santé, ou d’une adultération délibérée.

Figues sèches et aflatoxines

Les aflatoxines sont une variété de mycotoxines produites par les moisissures et sont connues pour être cancérigènes. On en trouve des niveaux élevés dans divers produits tels que les fruits secs, les noix, les épices et les céréales en mauvaises conditions de stockage. La Commission a convenu d’une limite de sécurité maximale de 10 microgrammes/kg pour les figues sèches, et de normes sur les modalités d’échantillonnage pour les tests.

Melons

Un problème de santé publique émergent est lié à la popularité croissante des tranches de melon prédécoupées. La pulpe exposée du fruit peut se transformer en terrain idéal pour la prolifération de bactéries. Ce problème a été mis en rapport avec les foyers de salmonelle et de listeria.

La Commission a recommandé que les melons prédécoupés soient enveloppés ou emballés et réfrigérés dans les plus brefs délais et mis sur le marché à des températures inférieures ou égales à 4⁰ C. Le refroidissement et le stockage frigorifique ont été recommandés dès que possible après la récolte, tandis que les lames de couteaux servant à trancher ou à éplucher les melons doivent être désinfectées régulièrement.

Fruits de mer et virus

L’hygiène des fruits de mer – en particulier en ce qui concerne les mollusques tels que moules et huîtres – est désormais un important problème de sécurité sanitaire. La Commission a adopté une série de mesures d’hygiène préventives visant à lutter contre les virus d’origine alimentaire. Les virus sont généralement plus résistants que les bactéries, et ceux transmis par la voie fécale-orale peuvent persister des mois durant dans les mollusques bivalves, dans le sol, l’eau et les sédiments. Ils survivent à la congélation, à la réfrigération, aux rayons UV et à la désinfection mais sont sensibles à la chaleur.

Les maladies virales communes d’origine alimentaire sont causées par le virus de l’hépatite A et les norovirus. La Commission a noté que le risque principal pour la production de mollusques tels qu’huîtres et moules était la contamination biologique des eaux dans lesquelles ils sont cultivés.

Il est par conséquent important de garantir la qualité de l’eau de mer des zones de production, a souligné la Commission. En cas de probabilité ou d’évidence de contamination virale, elle recommande la fermeture de la zone, la destruction des mollusques contaminés et /ou le traitement thermique avant la consommation de mollusques déjà récoltés.

Étiquetage nutritionnel obligatoire

Le Codex a recommandé que les industries agroalimentaires du monde entier fassent désormais figurer sur les étiquettes de leurs produits la teneur nutritionnelle dans le but de mieux informer les consommateurs. Cette recommandation est conforme à la Stratégie de l’OMS sur l’alimentation, l’activité physique et la santé et constitue un grand pas en avant pour la promotion d’une alimentation saine.

La Commission du Codex Alimentarius, créée en 1963, se réunit du 2 au 7 juillet au siège de la FAO à Rome; y participent 600 délégués représentant 184 pays, plus l’Union européenne.

Source : OMS

A Lire également

10ème Semaine du Développement Durable : focus sur... Le ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie donne rendez-vous pour la Semaine du développement durable (SDD), qui se déroule ...
Aide alimentaire: 10e édition du Programme Aliment... La dixième édition du Programme Alimentation et Insertion (PAI) a été lancée ce jeudi. Chaque année, depuis 2003, plus de 6 000 associations d’aide al...
Toujours trop de sel dans les assiettes Les adultes devraient consommer moins de 2000 mg de sodium, soit 5 grammes de sel, et au moins 3510 mg de potassium par jour, selon l’Organisation mon...
Des idées menus pour les diabétiques et leurs proc... Pour un diabétique ou pour ses proches, préparer au quotidien des repas équilibrés relève parfois du casse-tête. La diététique est en effet un élément...
Manger sain en famille, c’est possible ! À tous ceux qui ont souhaité à plusieurs reprises changer leur alimentation sans jamais franchir le cap ni tenir plus d’une semaine, Maëlle Feret, nat...
Matières grasses, sel et sucre : comment choisir s... Les matières grasses, le sel et le sucre, nous consommons ces trois éléments sans forcément nous en rendre compte. Alors comment choisir nos aliments ...
Une étude pour mieux connaître l’alimentatio... L'étude nationale « Epifane 2011-2013 » sur l'alimentation et l'état nutritionnel des enfants pendant leur première année de vie débute sa collecte de...
Tabac, alimentation, exercice physique : comment t... A l'occasion de la nouvelle année, vous avez pris de bonnes résolutions. Arrêter de fumer, moins boire, manger mieux, bouger plus… Mais votre motivati...
“Severn, la voix de nos enfants”, le n... Rio de Janeiro – 1992 : que s’est il passé en 18 ans ? Il y a deux ans, au moment où il s'apprêtait à se lancer dans la réalisation du second volet de...
« Pas de différence significative » de qualité nut... L'Anses vient de publier une étude sur la qualité nutritionnelle de l’offre alimentaire (plus de 16 000 références produits récoltées entre 2008 et 20...
Solidarité nîmoise : collecte de textiles pour lut... La Jeune Chambre Economique (JCE) organise une collecte des textiles usagés les 3, 4 et 5 juin à Nîmes. Le produit de leur vente servira à distribuer ...
Un enfant sur trois ne sait pas reconnaître un poi... Les médecins de l’Association Santé Environnement France (ASEF),ont mené une enquête auprès de plus de 910 écoliers âgés entre 8 et 12 ans pour faire ...
Nutrition : la viande fraîche victime de la crise  En 2009, les Français ont boudé la viande fraîche pour au profit des produits moins chers, comme la charcuterie, les plats préparés ou les surgelés. ...
Alimentation : un “Panier des essentielsR... D'ici à la fin avril, dans la plupart des super et hypermarchés, vous pourrez trouver une sélection de produits alimentaires qui combinera qualité et ...
Trop de sel dans l’alimentation des bébés Selon une étude britannique parue dans l’European Journal of Clinical Nutrition, 70% des enfants de moins de 8 mois consommeraient des doses trop élev...
82% des parents privilégient le « fait maison » au... La crise étant toujours d’actualité, 83% des parents trouvent que les produits tout prêts sont trop chers. Le marché des petits pots serait même en pe...