Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, et Philippe Martin, ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, ont annoncé lundi la consultation publique pour une stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens.

Les perturbateurs endocriniens sont des substances chimiques d’origine naturelle ou synthétique qui interfèrent avec le fonctionnement des systèmes endocriniens. Le dysfonctionnement peut toucher différentes fonctions telles que les fonctions reproductrices, la croissance, le développement, le comportement et la production, l’utilisation ou le stockage de l’énergie. L’exposition à de telles substances est susceptible de porter atteinte à la santé humaine et à l’environnement.

Cette consultation s’organise sur la base des propositions du rapport du groupe de travail missionné à la suite de la Conférence environnementale de septembre 2012, dont la stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens est l’un des engagements. Chacun pourra ainsi s’informer et apporter sa contribution en ligne, en consultant jusqu’au 20 septembre 2013 l’adresse : http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/rapport-du-groupe-de-travail-relatif-a-l-elaboration-d-une-strategie-nationale-sur-les-perturbateurs-endocriniens.

Le rapport est le résultat d’une intense concertation menée durant 6 mois au sein d’un groupe de travail réunissant des élus des Parlements français et européens, des organismes publics de recherche et d’expertise, des organisations non gouvernementales, des fédérations d’entreprises, et des personnalités qualifiées..

Certains produits ou objets d’usage quotidien, tels que détergents, matières plastiques, cosmétiques, textiles, peintures, contiennent en effet des substances chimiques soupçonnées d’être des perturbateurs endocriniens, susceptibles de porter atteinte à la santé humaine et à l’environnement.

Limiter l’exposition de l’environnement et de la population, en particulier celle des populations sensibles, femmes enceintes et jeunes enfants, pour réduire les conséquences sanitaires, environnementales, mais également économiques et sociales des perturbateurs endocriniens, est crucial.

Le rapport propose notamment d’accentuer les efforts de recherche, en particulier sur les effets sanitaires (faibles doses, effets cocktails, effets transgénérationnels), les effets sur la biodiversité et les solutions de substitution. Il propose d’expertiser au moins 5 substances par an pour évaluer leur caractère perturbateur endocrinien et de gérer au mieux les risques qu’elles présentent.

Selon ce rapport, la future stratégie nationale doit aussi être un moteur pour l’innovation : l’industrie a un rôle majeur à jouer, afin de participer activement à la recherche et à la mise en œuvre de solutions de substitution, notamment via l’organisation de plateformes d’échanges d’informations. Elle doit également aider le consommateur et le travailleur à se protéger des risques liés aux perturbateurs endocriniens : meilleure information du public, poursuite de l’étude d’étiquetages spécifiques, formation des professionnels…

“La stratégie sera définitivement arrêtée par le gouvernement à l’issue de cette consultation et en lien avec l’action communautaire et internationale sur ces sujets, où la France est motrice”, indiquent les deux ministères.

Source : Ministère des Affaires sociales et de la Santé

A Lire également

Phtalates et parabènes: les députés veulent interd... Vote surprise à l'Assemblée nationale qui a adopté mardi en première lecture (236 voix contre 222) et contre l'avis du gouvernement, une proposition d...
Les enfants français trop sédentaires Selon un sondage réalisé par Odoxa pour la MNH, le Figaro et France Inter*, plus de 6 Français sur 10 (61%) constatent que les enfants de leur entoura...
Perturbateurs endocriniens : 70% des Français sont... Selon un sondage réalisé par Odoxa pour la MNH, le Figaro et France Inter*, les perturbateurs endocriniens inquiètent les Français. Aujourd’hui, le...
85% des Françaises aux commandes de la santé famil... Selon un sondage LIR-Ipsos-Steria*, 85% des Françaises se chargent des questions de santé au sein de la famille. Rendez-vous chez le médecin, soins à ...
Les applis santé ont la côte chez les Français !... Applications smartphones pour gérer son poids, contrôler son cholestérol ou mesurer sa tension… 52% des Français déclarent utiliser ou avoir déjà util...
Ophtalmologistes : de nouvelles mesures pour obten... Marisol Touraine, la ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, vient d’annoncer de nouvelles mesures afin de raccourcir le...
Télémédecine: les Français montrent un intérêt cro... Les résultats du 10ème baromètre FHF/TNS Sofres soulignent l’intérêt des Français pour les nouvelles technologies pour traiter et diagnostiquer à dist...
Fatigue au volant : bientôt un test de salive pour... Des chercheurs du Centre du sommeil et de la vigilance de l’Hôtel-Dieu travaillent à la mise au point d’un test salivaire permettant de mesurer la fat...
Femme enceinte : un pictogramme d’avertissem... Suite à un récent rapport de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST), le sénat recommande la mise en pl...
Expositions aux UV artificiels : aucun bénéfice po... L'Institut national du cancer (INCa) a été saisi par la Direction générale de la santé pour apporter un éclairage scientifique à certains messages, pa...
Sondage : plus les Français vieillissent, moins il... Selon un sondage Ifop / GlaxoSmithKline (*), les Français rient en moyenne 4,6 fois par jour. Un chiffre qui baisserait avec l’âge : un jeune de moins...
Hôpital public : 84% des Français en ont une bonne... Selon les résultats de l'Observatoire de l’égalité d’accès aux soins de la Fédération hospitalière de France (FHF), 84% des Français ont aujourd’hui u...
Angine, otite, rhino : traitement par antibiotique... Le traitement dépend de l'origine virale ou bactérienne de l'angine. Grâce au Test de diagnostic rapide (T.D.R.), votre médecin peut identifier sans d...
Le soutien-gorge mauvais pour la tenue des seins ? Selon une étude menée au CHU de Besançon sur 130 poitrines, l'absence de soutien-gorge serait,contrairement à ce qu’on l’on pourrait croire, bénéfique...
Les produits sans gluten ne seraient pas plus sain... Dans son numéro de février 2016, la revue 60 millions de consommateurs a comparé les compositions d’aliments courants en version classique d’un côté, ...
Tabagisme : 54% des français pour l’augmentation d... Selon le dernier baromètre santé réalisé par Odoxa pour la MNH, le Figaro et France Inter, 54% des français se prononcent pour l’augmentation du prix ...