Des chercheurs de l’Inserm viennent de montrer qu’une alimentation riche en graisses augmente le risque de parodontite. Un phénomène lié à la modification de la flore bactérienne des dents, qui favorise par la suite l’apparition de diabète.

Une alimentation très grasse modifie la composition de la flore bactérienne intestinale. Elle favorise ainsi l’émergence de certaines bactéries pro-inflammatoires qui créent un terrain favorable à l’apparition d’un diabète. Des chercheurs de l’Inserm viennent de montrer que ces mêmes bactéries entrainent aussi des maladies parodontales, ces infections bactériennes qui affectent et détruisent les tissus entourant et soutenant les dents. La découverte explique pourquoi diabète et parodontite sont si souvent associés en clinique.

La parodontite, précurseur du diabète

Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs ont soumis des souris à un régime riche en graisse et ont étudié leur état de santé gingivale et leur état de santé métabolique. Ils ont constaté que les rongeurs consommant beaucoup de graisses présentaient des inflammations au niveau du tissu de soutien des dents. « Ce régime sélectionne des bactéries pathogènes comme Fusobacterium nucleatum ou encore Prevotella intermedia qui génèrent une inflammation locale » explique Rémy Burcelin, co-auteur des travaux avec le Dr Vincent Blasco (Inserm UMR 1048). Cette donnée est loin d’être anodine puisque ces mêmes bactéries passent ensuite dans le sang circulant et sont responsables de l’apparition du diabète de type 2. Ainsi, la parodontite serait donc un signal d’appel du diabète.

En poussant plus loin leurs travaux, les chercheurs ont montré que l’inflammation locale générée par les bactéries au niveau des dents, ou au niveau de l’intestin dans le cas du diabète, est en partie contrôlée par les estrogènes. Ces hormones régulent probablement le système immunitaire local.

Eduquer son propre microbiote

« Nos travaux confirment l’importance de la composition de la flore bactérienne dans la régulation du système immunitaire au cours de l’apparition de maladies métaboliques » explique le chercheur. « Pour prévenir ces risques, il est nécessaire de préserver une flore extrêmement diversifiée, que ce soit au niveau de la peau, de la bouche ou de l’intestin. Plus celle-ci est variée, plus l’immunomodulation est éduquée, plus elle est efficace contre l’inflammation et les maladies associées. Cela passe par une alimentation très diversifiée, un usage modéré des antibiotiques et une hygiène raisonnable » conclut-il.

Source : Inserm

Vincent Blasco-Baque et coll. High-Fat Diet Induces Periodontitis in Mice through Lipopolysaccharides (LPS) Receptor Signaling: Protective Action of Estrogens. PLoS ONE 7(11): e48220

A Lire également

Santé : les européens peuvent mieux faire Selon le Rapport publié mercredi par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), l'Europe est en bonne voie pour atteindre la cible de la réduction de ...
Recherche : l’apeline au secours des diabétiques... L’insuline est la clef qui permet de faire pénétrer le sucre dans nos cellules. Chez les personnes atteintes d’obésité, les mécanismes mis en jeu par ...
Maladies auto-immunes: de nouvelles perspectives d... Dans le cadre de l’essai Anrs HC21 VASCU-IL2, une équipe française a traité des patients présentant une complication auto-immune de l’hépatite C chron...
Les boissons « light » pourraient augmenter le ris... Une étude française, menée auprès de 66 188 femmes de la cohorte E3N (*), montre une relation entre boissons sucrées et diabète de type 2 et révèle po...
Diabète : des associations demandent le label Gran... A l’occasion de la Journée Mondiale du diabète du 14 novembre, la Fédération Française des Diabétiques, l’association Aide aux Jeunes Diabétiques et l...
Diabète LAB : une initiative pour que les patients... La Fédération Française des Diabétiques vient de lancer le Diabète LAB : un Living lab (*) dont l'objectif est de placer les patients au coeur de l’él...
Journée Mondiale du Diabète : mobilisation pour le... A l'occasion de la Journée Mondiale du Diabète qui se déroulera le 14 novembre, la Fédération Française des Diabétiques lance sa campagne de mobilisat...
Diabète: un gène gardien de l’horloge biolog... Des chercheurs lillois et Parisiens ont montré que des mutations du gène du récepteur de la mélatonine, l’hormone de la nuit qui induit le sommeil, au...
Maladies chroniques graves: un Français sur six to... Diabète, hypertension ou schizophrénie... Selon Les Echos qui citent un rapport transmis hier aux administrateurs de l'assurance maladie (CNAM), neuf ...
Des fesses rebondies pour une santé de fer ! Mesdames, arrêtez vos régimes ! Des fesses rebondies, un peu de graisse sur les hanches  et les cuisses seraient signe de bonne santé. C’est la conclu...
Hypertension et diabète en forte hausse selon l... Selon un rapport de l'OMS, un adulte sur trois dans le monde est atteint d’hypertension artérielle – affection responsable de près de la moitié des dé...
La santé digitale dans le diabète en infographie Aujourd’hui 20% des personnes diabétiques utilisent au moins une application mobile pour gérer leur maladie. Diabetes Care propose une infographie sur...
Diabète : l’hérédité, un facteur de risque A l’occasion de la 1ère Semaine nationale de prévention du diabète qui se déroule du 4 au 10 juin prochains, l’Association Française des Diabétiques p...
Crise d’hypoglycémie : la nouvelle solution ... Qu’elle soit réactionnelle ou diabétique, l'hypoglycémie n’est pas à prendre à la légère. Elle correspond à un taux de sucre sanguin inférieur à 0,7g ...
Sophia, le service de suivi du diabète se générali... Début 2013, le service Sophia qui compte aujourd’hui 226 000 adhérents, va se généraliser à l’ensemble du territoire français. Désormais 1,8 millions ...
Journée Mondiale du diabète : une opération de «st... A l’occasion de la Journée Mondiale du diabète, le 14 novembre prochain, un food truck stationnera à deux endroits très fréquentés de la capitale (dev...