L’annonce du lancement, cette semaine, d’une nouvelle mixture destinée à atténuer les effets de l’alcool risque de ne pas être du goût des acteurs de la santé publique : la boisson gazeuse Outox, dont le prix n’a pas été communiqué, se veut révolutionnaire.

 « Elle accélère de façon très importante la réduction du taux d’alcool dans le sang et permet aux individus de retrouver plus rapidement un état normal », assure la marque, qui espère séduire les consommateurs, notamment les jeunes, grâce à ce « safety drink » dont la présentation — l’orange et le noir de la canette et le nom en écriture stylisée — évoque les boissons énergisantes des adolescents.

Fournie par la société belge Lifestyle Drinks SA, l’Outox, qui sera largement proposée dans les grandes surfaces, espère convaincre que ses principes actifs permettent effectivement de limiter l’effet « gueule de bois ». Outox prétend en effet que ses résultats d’études et de tests cliniques prouvent que l’on peut absorber de l’alcool en minimisant ses inconvénients grâce à son produit.

Le problème est que ces « garanties » n’ont pas été fournies aux autorités compétentes, à savoir l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa), l’instance à même de formuler un avis sur ce type de boisson. Marie Favrot, directrice de l’évaluation des risques nutritionnels et sanitaires à l’Afssa explique dans les colonnes du « Parisien » qu’un produit présentant de telles allégations peut être dangereux et nous y sommes très opposés. Il va à l’encontre de toutes les politiques de prévention sur l’alcool au volant. »

Outox pourrait donc s’exposer aux foudres de l’agence, voire de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), qui peut, elle, décider de faire retirer le produit de la vente. Pour l’heure, aucune décision de ce type ne vise directement la mixture belge, mais les services de l’Etat veillent : il se peut que Outox soit bientôt obligé de revoir sa communication.

« A la fin de l’année, le règlement européen mettra au point une liste d’allégations possibles dans laquelle les entreprises devront puiser. Et elles seront obligées de prouver ce qu’elles avancent », rappelle la DGCCRF.

Source : http://www.leparisien.fr

A Lire également

Fichiers abusifs : Acadomia mis au piquet par la C... Le « Parisien » a révélé que la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés) a adressé un avertissement public à la société AIS 2, ex...
Risque de bactérie : le groupe Mars procède à un r... Le groupe Mars a annoncé dans un communiqué avoir procédé à un rappel volontaire de certains lots de quatre de ses produits à boire : Mars Milk, Snick...
La boisson « anti-gueule de bois » Outox n’apporte... Selon, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses), « l'allégation relative à la baisse de l'...
Pépinelle, la première boisson pétillante rosée, b... Nichée dans le pays d’Auge, la Maison LE PAULMIER élabore une gamme de produits innovants et savoureux, travaillés avec le fruit des vergers, selon le...
La consommation d’alcool en hausse chez les adoles... Selon les résultats de l’enquête Espad menée tous les 4 ans dans plus de 35 pays européens, l’usage du tabac et du cannabis est en baisse chez les ado...
Tabagisme passif : la nocivité serait « inexistant... Pneumologue de réputation mondiale, président de l’Institut de recherche Necker, le Pr Philippe Even, aujourd’hui à la retraite, connu pour ses prises...
Médicaments : la liste des produits déremboursés c... Selon le « Parisien/Aujourd’hui en France », la liste des 170 médicaments concernés par la baisse de remboursement de 35 à 15% sera publiée dans une s...
La boisson Outox commercialisée aujourd’hui sur In... Outox, la boisson au cœur de la polémique et censée "accélérer la chute du taux d'alcool dans le sang",  vient d'être lancée officiellement ce vendred...