Un consortium de recherche international a découvert que des variations communes dans l’ADN contribuent au risque à la fois de schizophrénie et de troubles bipolaires. Ces études apportent de nouvelles preuves, au niveau moléculaire, que 11 régions présentent une association forte avec ces pathologies.

Ces observations, rapportées par le consortium PGC (Psychiatric Genome-Wide Association Study Consortium) auquel participe l’équipe Inserm dirigée par Marion Leboyer (Institut Mondor de Recherches Biomédicales), sont publiées en ligne dans deux articles de la revue Nature Genetics. Ils constituent des avancées considérables dans la compréhension des causes de ces pathologies chroniques, sévères et invalidantes.

 La schizophrénie et le trouble bipolaire sont des maladies cérébrales fréquentes, chroniques et associées à un handicap sévère. Certains des principaux symptômes de la schizophrénie sont des illusions sensorielles persistantes, des hallucinations et des problèmes cognitifs. Le trouble bipolaire (ou psychose maniaco-dépressive) est caractérisé par l’alternance d’épisodes de manie (exaltation) et de dépression.

 Des antécédents familiaux fréquents
Ces deux pathologies touchent environ 1% de la population mondiale et débutent habituellement à la fin de l’adolescence ou au début de l’âge adulte. Bien qu’il existe des traitements, ces maladies ont une évolution généralement chroniques et la réponse au traitement souvent incomplète, avec pour conséquences une invalidité prolongée et une grande souffrance. Les antécédents familiaux, signes d’une composante génétique, constituent un facteur de risque élevé de schizophrénie et de trouble bipolaire ; on suppose généralement que des douzaines de gènes, associés à des facteurs environnementaux, contribuent au risque.

Des dizaines de milliers de patients étudiés
 Le consortium PGC, créé en 2007, est le plus vaste consortium qui ait jamais existé dans le domaine de la psychiatrie. Plus de 250 chercheurs, travaillant dans plus de 20 pays, se sont rassemblés afin de coopérer pour faire progresser notre connaissance des causes génétiques des maladies mentales. Un élément clé de la réussite de ce projet a été la volonté de nombreux groupes de partager les données génétiques de dizaines de milliers de patients, collectées au fil des années.

Ces travaux ont été financés par de nombreux organismes européens, dont l’Inserm, américains et australiens, et le fond de coordination du consortium a été apporté par l’US National Institute of Mental Health (Institut national américain de la santé mentale).

Source Inserm

The Schizophrenia Psychiatric Genome-Wide Association Study (GWAS) Consortium. Genome-wide association study identifies five new schizophrenia loci. Nat Genet. 2011 Sep 18. doi: 10.1038/ng.940.

 Psychiatric GWAS Consortium Bipolar Disorder Working Group. Large-scale genome-wide association analysis of bipolar disorder identifies a new susceptibility locus near ODZ4. Nat Genet. 2011 Sep 18. doi: 10.1038/ng.943.

A Lire également

Polémique: le jeu Skyzos retiré du marché Ces cartes et figurines qui s'échangent dans les cours de récréation présentaient des personnages à deux personnalités, l'une bonne, l'autre méchante....
Schiz’ose : une approche globale pour mieux vivre ... Les résultats d'une enquête IFOP menée auprès de 501 professionnels de santé toutes spécialités médicales confondues, confirment que la schizophrénie ...
Nouvelle version du site web Schizophrenia24x7 Une nouvelle version du site Web Schizophrenia24x7 , dirigé par le laboratoire pharmaceutique Janssen et visité par plus de 260.000 personnes de 190 p...
Maladies chroniques et qualité de vie : où en est-... On estime à 15 millions le nombre de personnes atteintes en France de maladies chroniques et à 5 millions le nombre d’« aidants », proches ou familiau...
Maladies chroniques graves: un Français sur six to... Diabète, hypertension ou schizophrénie... Selon Les Echos qui citent un rapport transmis hier aux administrateurs de l'assurance maladie (CNAM), neuf ...
Cancers de la peau : les facteurs de risques Les principaux facteurs de risques des cancers de la peau sont l’exposition solaire (surtout pendant l’enfance), le facteur génétique (dans 5 à 10% de...
« Et si c’était mon coeur ? » : comment reconnaîtr... Grâce à des modifications du style de vie et l’observance des traitements, il est tout à fait possible pour une personne atteinte d’insuffisance cardi...
Qu’est-ce que la schizophrénie ? La schizophrénie est un trouble psychique caractérisé par une perturbation du processus de la pensée, du comportement et des émotions. Issu du grec sc...
Troubles psychiques : 9 000 appels traités en 2013... Selon l’association Unafam, le nombre d’appels reçus par son service téléphonique Ecoute-famille, destiné aux proches des personnes souffrant d’un tro...
Découverte d’un gène prédisposant à la schizophrén... Des chercheurs de l’Université de Montréal ont découvert que certaines mutations génétiques pourraient prédisposer des individus à la schizophrénie, l...
Enfants-adolescents: les troubles psychiatriques e... Médecins scolaires pas assez nombreux, nombre de lits en nette régression, carences de dépistage… Le Conseil économique, social et environnemental dre...
Schizophrénie : deux associations de patients dema... La société Panini France distribue actuellement des jeux sous le nom de "Skyzos" : albums, images, petits personnages. Ces personnages ont la particul...
Dépression : l’appli « Happli Day » recompen... L’application Smartphone « Happli Day » a été récompensée par le « trophée de la Santé Mobile 2014 » de la meilleure application à destination des pat...
Santé mentale : schizophrénie, cette maladie qui f... D’après l’enquête IFOP/Institut Lilly réalisée à l’occasion de la 21eme semaine d’information sur la santé mentale, près des trois quarts des médecins...