Les entreprises sont-elles prêtes à faire face à la prochaine canicule ?

C’est un fait évident, 65% des Français ont déjà subi de fortes chaleurs sur leur lieu de travail. Les épisodes de canicule ont un donc impact sur le travail des Français puisqu’ils sont ainsi 59% à déclarer ne pas pouvoir travailler efficacement en période de forte chaleur. C’est du moins ce que révèle une étude Qafa-Castalie.
Qapa.fr, partenaire emploi de tous les français, et Castalie, la société française d’eau microfiltrée, alternative aux eaux en bouteilles ou en bonbonnes, dévoilent les résultats d’un sondage* effectué auprès de 4,5 millions de personnes et plus de 135.000 recruteurs afin de savoir si leur entreprise s’est bien préparée à la prochaine vague de canicule annuelle. Une étude qui montre que malheureusement peu de choses semblent avoir été faites pour lutter contre de fortes chaleurs. 65% des Français n’arrivent plus à travailler en cas de fortes chaleurs.

  • 54% des sociétés ont pris des mesures pour faire face à de nouveaux pics de températures
  • 56% des Français n’ont qu’1 litre d’eau par personne en cas de canicule
  • 78% des Français disent que leur entreprise n’est pas préparée pour lutter contre de fortes chaleurs

Les 3 régions les mieux préparées : Auvergne-Rhône-Alpes à 14%, Île-de-France à 10% et Provence-Alpes-Côte-D’azur à 9%
Les 3 régions les moins bien préparées : Hauts-de-France, Pays-de-Loire et Grand Est à 5%
« La canicule meurtrière de 2003 a forcé les autorités à mettre en place une alerte. Une canicule est donc définie dès qu’une succession de trois jours de forte chaleur pendant la journée est enregistrée. Celle-ci peut varier entre 31° et 36°C selon les départements mais il semble, suite à ce sondage, que très peu d’entreprises soient prêtes à lutter contre la prochaine vague de chaleur ».  Stéphanie Delestre, fondatrice de Qapa.fr.
« Il est vital pour les entreprises de se prémunir contre les canicules. Les responsables doivent impérativement surveiller les bulletins météo afin de prévoir tout ce qui peut être fait en faveur des employés : mettre à disposition de l’eau à volonté. Il est recommandé de boire 1 verre d’eau toutes les 15 minutes afin d’éviter une déshydratation. » Thibault Lamarque, fondateur de CASTALIE

Trop chaud pour travailler…

C’est un fait évident, 65% des Français ont déjà subi de fortes chaleurs sur leur lieu de travail. Les épisodes de canicule ont un donc impact sur le travail des Français puisqu’ils sont ainsi 59% à déclarer ne pas pouvoir travailler efficacement en période de forte chaleur.

Avez-vous déjà subit de fortes chaleurs sur votre lieu de travail ?
Réponses Pourcentages
Oui 65%
Non 35%
En période de canicule, arrivez-vous à travailler efficacement ?
Réponses Pourcentages
Oui 41%
Non 59%

Quelles mesures ont été prises par les sociétés ?

Malgré les nombreux épisodes caniculaires alarmants de ces dernières années, les Français déclarent à seulement 54% que des mesures ont été prises sur leur lieu de travail pour faire face à de nouveaux pics de températures.

Suite aux canicules des dernières années, des mesures ont-elles été prises sur votre lieu de travail ?
Réponses Pourcentages
Oui 54%
Non 46%

Des sociétés mal préparées ?

Parmi les dispositifs additionnels mis en place en cas de fortes chaleurs, c’est l’approvisionnement en eau (bouteilles, bonbonnes ou fontaines) qui arrive en tête avec 36% de représentativité, suivie d’un simple renouvellement d’air pour 16%. Seulement 12% des entreprises ont installé des fontaines à eau sur le réseau, et qui permettent pourtant d’avoir de l’eau à volonté. Fait alarmant, 29% des entreprises semblent ne rien avoir préparé pour lutter contre une autre canicule.

Pouvez-vous citer les dispositifs que votre entreprise met à votre disposition en cas de fortes chaleurs ?
Réponses Global
Rien du tout 29%
Renouvellement de l’air 16%
Zones d’ombres 1%
Approvisionnement en eau 36%
Ventilateurs 7%
Brumisateurs 1%
Climatisation 8%
Pauses supplémentaires 1%
Surveillance des collaborateurs 1%
Consignes spécifiques face à la canicule 1%
Autre 1%

L’eau du robinet N°1

Même s’il ne s’agit pas d’un dispositif à proprement parler, c’est le robinet qui domine pour 100% des répondants pour disposer d’eau en cas de fortes chaleurs. Ensuite, 26% des sociétés proposent des bouteilles plastiques, 13% des bonbonnes et 12% des fontaines connectées au réseau.

Quels types d’eau, votre entreprise met-elle à votre disposition ?
Réponses Global
Aucune 6%
De l’eau en bouteille plastique 26%
De l’eau en bouteille de verre 2%
De l’eau en bonbonne 13%
De l’eau du robinet 100%
Une fontaine réseau 12%

Quelle quantité d’eau ?

Pour les sociétés qui distribuent des bouteilles à leurs salariés, 56% des répondants disent qu’ils bénéficient d’1 litre d’eau par personne et 12% de 2 litres. Pourtant, dans le cas de très fortes chaleurs, l’eau doit être impérativement distribuée à volonté afin de palier à toute déshydratation.

Pour les dispositifs hors réseau du robinet, en quelle quantité ?
Réponses Global
Aucune 9%
1 litre par personne 56%
2 litres par personne 12%
3 litres par personne 4%
4 litres par personne 2%
A volonté 17%

Des sociétés mal préparées

78% des Français semblent parfaitement conscients que leur entreprise n’est pas bien préparée pour lutter efficacement contre de fortes chaleurs. Parmi les sociétés les mieux organisées, ce sont les micro-entreprises (MIC) qui arrivent en tête avec 29%, juste devant les Grandes entreprises (GE) avec 25%. Les PME enregistrent 24% et sont loin devant les Entreprise de taille intermédiaire (ETI) avec seulement 12%.

Selon vous, votre entreprise est-elle parfaitement bien préparée contre de fortes chaleurs ?
Réponses Global Femmes Hommes
Oui 22% 25% 18%
Non 78% 75% 82%
Selon vous, votre entreprise est-elle parfaitement bien préparée contre de fortes chaleurs ?
Réponses Microentreprises (MIC) Petites et moyennes entreprises (PME) Entreprises de taille intermédiaire (ETI) Grandes entreprises (GE)
Oui 29% 24% 12% 25%
Non 71% 76% 82% 75%

Quelles sont les régions les mieux préparées… et les moins bien !

C’est la région Auvergne-Rhône-Alpes qui semble être celle où les entreprises sont les mieux organisées pour faire face à une succession de fortes chaleurs avec 14% de votes. Cette région faisait partie de celles ayant été les plus touchées depuis 2014. L’Ile-de-France arrive en deuxième position avec 10% de représentativité, juste devant la région Provence-Alpes-Côte-D’azur avec 9%.  En revanche, les régions Hauts-de-France, Pays-de-Loire et Grand Est enregistre les plus bas taux de participation avec seulement 5%.

Classement des entreprises les mieux préparées par régions
Régions Pourcentages
Auvergne-Rhône-Alpes 14%
Île-de-France 10%
Provence-Alpes-Côte-D’azur 9%
Nouvelle Aquitaine 9%
Occitanie / Pyrénées-Méditerranée 8%
Normandie 8%
Corse 8%
Bourgogne Franche-Comté 7%
Bretagne 7%
Centre – Val de Loire 5%
Hauts-de-France 5%
Pays-de-Loire 5%
Grand Est 5%

Des Français mal informés

A la question  » A partir de quelle température, le code du travail prévoit un droit de retrait (la possibilité de refuser de travailler) ?« , 74% des Français ne connaissent pas la bonne réponse. En effet, il n’existe pas dans le code du travail de niveau de température prévu pour refuser de travailler et cette décision doit être prise en concertation entre l’employé et l’employeur.

A partir de quelle température, le code du travail prévoit un droit de retrait (la possibilité de refuser de travailler) ?
Réponses Global Femmes Hommes
A partir de 25°C 1% 2% 1%
A partir de 30°C 6% 3% 9%
A partir de 35°C 15% 12% 19%
A partir de 40°C 52% 58% 45%
Il n’y a pas de niveau de température prévu 26% 25% 26%

*Méthodologie : sondage effectué par e-mailing et sur les réseaux sociaux auprès de 4,5 millions de personnes inscrites sur la base Qapa.fr et plus de 135.000 recruteurs (commerçants, artisans, TPE, PME, grosses entreprises), entre le 28 mai et le 6 juin 2018. Profils des personnes interrogées : 50% de femmes et 50% d’hommes. Tranches d’âges : 9% de 18-24 ans, 19% de 25-34 ans, 38% de 35-44 ans, 29% de 45-54 ans et 5% de plus de 55 ans. Toutes les informations mises en avant sont déclaratives.