Le Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC) de l’OMS vient de classer l’insecticide lindane comme cancérogène pour l’homme, le DDT comme probablement cancérogène et l’herbicide 2,4-D comme peut-être cancérogène pour l’homme.

L’OMS rappelle que bien que la plupart des utilisations du DDT aient été interdites dans les années 1970, le produit peut se retrouver dans l’environnement et dans les tissus animaux et humains dans le monde entier.

Le lindane a été largement utilisé pour lutter contre les insectes
Après avoir soigneusement passé en revue la littérature scientifique disponible la plus récente, un groupe de travail de 26 experts venus de 13 pays différents, réunis par le Programme des Monographies du CIRC, a classé l’insecticide lindane comme cancérogène pour l’homme du fait d’indications suffisantes de la cancérogénicité du lindane chez l’homme, pour le lymphome non hodgkinien (LNH).

Le lindane a été largement utilisé pour lutter contre les insectes, y compris dans l’agriculture et pour le traitement des poux et de la gale chez l’homme. Des expositions élevées ont été rapportées chez les Le DDT classé comme probablement cancérogène par le CIRCtravailleurs agricoles et les applicateurs de pesticides; cependant, l’utilisation du lindane est désormais interdite ou limitée dans la plupart des pays. De grandes études épidémiologiques sur les expositions en milieu agricole aux Etats-Unis et au Canada ont montré une augmentation du risque de 60% de LNH chez les personnes exposées au lindane.

La plupart des utilisations du DDT interdites dans les années 1970
L’insecticide DDT a quant à lui été classé comme probablement cancérogène pour l’homme, sur la base d’indications suffisantes selon lesquelles le DDT provoque le cancer chez l’animal de laboratoire, et d’indications limitées de sa cancérogénicité pour l’homme. Les études épidémiologiques mettaient en évidence des associations positives entre l’exposition au DDT et le LNH, le cancer des testicules et le cancer du foie. Le groupe disposait aussi de données expérimentales probantes de ce que le DDT peut affaiblir le système immunitaire et perturber les hormones sexuelles. Cependant, dans l’ensemble, il n’y avait pas d’association entre le cancer du sein et les niveaux de DDT mesurés dans les échantillons de sang ou de graisse.

Le DDT a d’abord été utilisé pour lutter contre les maladies vectorielles au cours de la Seconde Guerre mondiale et il a plus tard été largement appliqué dans l’agriculture et pour éradiquer le paludisme. Bien que la plupart des utilisations du DDT aient été interdites dans les années 1970, le DDT et ses produits de dégradation sont très persistants et peuvent se retrouver dans l’environnement et dans les tissus animaux et humains dans le monde entier. L’exposition au DDT existe toujours, principalement par le biais de l’alimentation. L’utilisation restante et essentielle du DDT concerne la lutte anti-vectorielle, principalement pour le paludisme. Cette utilisation est strictement limitée en vertu de la Convention de Stockholm.

 Le 2,4-D largement utilisé pour lutter contre les mauvaises herbes
Enfin, l’herbicide 2,4-D a quant à lui été classé comme peut-être cancérogène pour l’homme, sur la base d’indications insuffisantes chez l’homme et d’indications limitées chez l’animal de laboratoire. Le Groupe disposait de fortes indications selon lesquelles le 2,4-D induit le stress oxydatif, un mécanisme qui peut se produire chez l’homme, et d’indications modérées selon lesquelles le 2,4-D provoque une immunodépression, sur la base d’études in vivo et in vitro. Cependant, les études épidémiologiques ne mettaient pas en évidence de hausses importantes ou uniformes du risque de LNH ou d’autres cancers par rapport à une exposition au 2,4-D.
Depuis son introduction en 1945, le 2,4-D a été largement utilisé pour lutter contre les mauvaises herbes en agriculture, en foresterie et en milieu urbain et résidentiel. Les expositions professionnelles au 2,4-D peuvent survenir lors de la fabrication comme de l’application, et la population générale peut être exposée par le biais des aliments, de l’eau, de la poussière ou d’applications résidentielles, et pendant la pulvérisation.

Source : CIRC

A Lire également

Cancer info : le service public d’information pour... Afin de mieux faire connaitre ce service public d’information dédié au cancer, l’Institut national du cancer, en partenariat avec la Ligue nationale c...
Cancer : 78 000 euros collectés grâce à la 1ere Ma... La Marche des Lumières, la première marche de solidarité en France organisée par l’Institut Curie pour faire reculer le cancer, a eu lieu samedi 23 no...
Cancer du sein, cancer colorectal, mélanome : où e... Ces trois cancers sont exemplaires de la difficulté et des obstacles que rencontre la recherche. Lorsque le cancer est localement avancé ou que des mé...
Une application iPhone pour les patients sous chim... I-CHEMO DIARY est la première application iPhone qui permet aux patients sous chimiothérapie de suivre facilement l’évolution des effets indésirables ...
Tumeurs cérébrales: vers de nouvelles thérapies ci... L'Association pour la Recherche sur le Cancer (ARC) soutient de nombreuses recherches sur les glioblastomes et a décidé de financer, sur la durée, un ...
Cancer du sein : le plus fréquent des cancers fémi... Avec près de 50 000 nouveaux cas estimés en 2005 en France, le cancer du sein représente 36,7 % de l’ensemble des nouveaux cas de cancers chez la femm...
500 Ferrari contre le cancer La 17ème édition « 500 Ferrari contre le cancer », organisée par l’association Sport et Collection, le Rotary club Civray Sud-Vienne et le CHU de Poit...
L’incroyable chasse au trésor de Gustave Un cadeau original pour la fête des pères : participez en famille dimanche 16 juin 2013 à Paris, Parc de Bercy, à « L’incroyable chasse au trésor de G...
Un front commun contre les cancers pédiatriques A quelques jours de la journée internationale du cancer de l’Enfant (15 février), une démarche collaborative pour les enfants et adolescents atteints ...
Cancer et téléphone portable : « pas de risque acc... L'étude Interphone, pilotée par le Centre international de recherche sur le cancer (Circ) et lancée en 2000 dans 13 pays (Allemagne, Australie, Canada...
Sectes : nutritionnistes et néo-chamans du bien-êt... La Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) a rendu public mercredi 7 avril son rapport annuel qui...
Cancer : un jeu d’éducation thérapeutique pour les... Ce nouveau jeu d’éducation thérapeutique est destiné aux patients atteints de cancer sous traitement anticancéreux oral. Les infirmières, qui proposai...
“1 combat – 5 destins” : la saga... Inédit : TF1 diffusera vendredi 15 mars "un combat - 5 destins". Une pléiade de stars américaines s'engagent pour la lutte contre le cancer du sein au...
Une Jonquille pour Curie : 510 000 € collectés en ... L’opération Une Jonquille pour Curie a de nouveau fait fleurir l’espoir partout en France ! La 13e édition, qui s’est déroulée en mars, a permis de co...
Un appel au financement participatif pour aider 10... L’Institut Curie vient de lancer un appel aux dons via sa plateforme de collecte macollecte.curie.fr afin de permettre à 100 patients atteints d’un ca...
Food Truck Cancer & Nutrition le 12 juin au c... Le 12 juin prochain, un Food Truck piloté par le chef Grégory Cuilleron et Alix Mottard-Goerens diététicienne viendra à la rencontre des patients du C...