Ordinateur, smartphone, console, tablette… 14 % des jeunes joueurs hebdomadaires seraient en situation d’usage problématique de jeu selon une enquête initiée par l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT).

Menée grâce au financement de l’Agence régionale de santé d’Île-de France, l’enquête PELLEAS (Programme d’étude sur les liens et l’impact des écrans sur l’adolescent scolarisé) a concerné plus de 2 000 élèves durant l’année scolaire 2013/2014 dans 15 établissements du secondaire (de la classe de 4e à celle de 1e) de la région parisienne.

Selon l’étude, le surf sur Internet et les jeux vidéo arrivent en tête des pratiques d’écrans. Les autres activités étant de regarder la télé, participer à des réseaux sociaux, participer à des forums ou chats et envoyer des mails. “Le temps consacré à ce type de loisirs est à peu près équivalent entre collège et lycée, sauf pour les réseaux sociaux, fréquentés chaque semaine par 8 lycéens sur 10, contre 7 collégiens sur 10. Toutes ces activités sont plus répandues chez les garçons, à l’exception de l’envoi de mails”, précisent les auteurs.

Concernant les jeux vidéo, plus de 8 jeunes sur 10 déclarent y jouer au moins une fois par semaine au collège comme au lycée : respectivement 88 % et 85 %. Les garçons sont nettement plus nombreux que les filles. On dénombre 94 % de pratiquants chez les collégiens, contre 84 % de joueuses chez les collégiennes. Au lycée, la sur-représentation masculine est encore plus marquée (92 % de garçons contre 78 % de filles).

En tête des activités vidéo ludiques déclarées par les jeunes, les jeux d’application (sur smartphone et tablette), les jeux de tir et d’action et des jeux de simulation (courses et sport). “Les premiers sont les seuls autant pratiqués par les deux sexes. Les deux autres activités sont plus masculines, de même que les jeux de rôle et les jeux d’aventures (infiltration, survie)”, note l’étude.  Seule la pratique de jeux de gestion (dans lesquels il s’agit de mener une mission : gérer une entreprise, un commerce ou un hôpital…) est plus féminisée.

Autre constat, les garçons semblent davantage attirés par les jeux pour adultes. Dès le collège, plus de huit garçons sur dix ont déjà joué à un jeu classé PEGI 18, c’est-à-dire déconseillé aux mineurs. Ils sont près de 90 % au lycée. Des chiffres qui s’expliquent par le fait que la plupart des « jeux de garçons », comme certains jeux de tir, d’aventures ou de rôle, sont classés PEGI 18, notamment en raison de leur caractère violent. Plus amateurs de jeux vidéo, les garçons sont aussi plus nombreux à utiliser tous les types de supports pour jouer (console, tablette, ordinateur, smartphone…), alors que les filles privilégient les jeux sur smartphone.

Une minorité de jeunes déclarent des comportements problématiques

L’enquête PELLEAS a  également interrogés les joueurs sur les sept items de l’échelle Game Addiction Scale, (dite échelle de Lemmens), afin de  déterminer s’il leur était déjà arrivé d’échouer à réduire leur temps de jeu, d’y passer un temps de plus en plus important, de penser toute la journée à un jeu vidéo, de négliger d’autres activités pour pouvoir continuer à jouer, de jouer pour oublier « la vraie vie », d’avoir essuyé des remarques de l’entourage à propos de leur pratique ou de se sentir mal en cas d’impossibilité de jouer.

Résultats : « une minorité de jeunes déclarent plusieurs de ces situations et, au regard des critères de cette échelle, 14 % des joueurs hebdomadaires seraient en situation d’usage problématique de jeu », explique l’OFDT.  Mais « compte tenu du caractère régional de l’étude et de ses objectifs (qui n’étaient pas de quantifier le phénomène mais de décrire les profils d’usage problématique), ce chiffre doit être interprété avec prudence », précise l’étude.

Enfin, un certain nombre de facteurs associés à l’usage problématique ont pu être identifiés. « Les profils de joueurs problématiques se retrouvent parmi les adolescents dont l’encadrement parental est faible, par exemple ceux qui déclarent que leurs parents ignorent où ils sont le soir. Les adolescents indiquant qu’ils ne peuvent pas parler facilement à leurs parents, ni trouver du réconfort auprès d’eux sont également plus sujets aux comportements problématiques de jeu », soulignent enfin les auteurs.

Source : OFDT

A Lire également

L’Assurance Maladie poursuit son virage numérique... Le site ameli.fr, est l’un des sites publics les plus consultés, avec plus de 110 millions de visites annuelles. L’espace personnel ameli s’est imposé...
Tout comprendre sur votre adolescent en 100 questi... Dans ce guide, Michel Fize accompagne les parents au quotidien à travers les questions les plus souvent posées par les adolescents (de 8 à 18 ans). ...
Des cas de cécité temporaire liés à l’utilisation ... L’utilisation prolongée d’un smartphone dans notre lit pourrait entraîner une cécité temporaire, selon une nouvelle étude publiée dans le New England ...
Journée Mondiale du Lymphome: un cancer qui “... Le lymphome est le 1er cancer chez l’adolescent et le jeune adulte et le 5ème cancer chez l’adulte. Il s’agit d’une forme de cancer dont la fréquence ...
Données personnelles : 61% des français font confi... Un sondage (*)  réalisé par FICO, leader mondial de la gestion décisionnelle, montre que 56% des personnes à travers le monde déclarent faire confianc...
Le smartphone : toxique pour les oreilles des enfa... Les experts de  l'Association Journée Nationale de l’Audition (JNA) tirent  la  sonnette  d'alarme  : le smartphone pourrait devenir toxique pour les ...
Pilule contraceptive: un service interactif d̵... Moublipa est un système d'alerte par e-mail gratuit, pour les utilisatrices de smartphone. 61% des femmes sous contraception utilisent une pilule cont...
Ado : plongez dans la scootXperience pour “s... La Prévention Routière mise sur un nouveau site « ScootXperience » pour sensibiliser les adolescents aux normes de sécurité en scooter (casque, gant, ...
Le Wi-Fi serait nuisible à la qualité du sperme Le Wi-Fi de nos ordinateurs aurait de lourdes conséquences sur la qualité du sperme des utilisateurs selon une étude de scientifiques argentins publié...
Un widget « alertes pollens » pour prévenir les al... C’est le printemps, les pollens attaquent … Une nouvelle application pratique est disponible pour lutter contre les allergies saisonnières: le widget ...
MP3, concerts, discothèques, jeux vidéo: l’auditio... MP3 sur les oreilles, concerts, discothèques, jeux vidéo, ordinateur, cinéma… les pratiques d’écoute amplifiée augmentent et s’intègrent aux réflexes ...
maSEP, une application smartphone pour les personn... Biogen France vient de lancer maSEP, une application smartphone à destination des personnes atteintes de sclérose en plaques pour les accompagner au q...
Smartphone : l’oreille des jeunes est-elle menacée... Une nouvelle enquête Ifop-JNA « Le smartphone : ami ou ennemi de notre santé auditive ? »*  pointe les 15-17 ans dans leur rapport aux smartphones. C’...
« GlucoZor » : une application pour apprendre aux ... « GlucoZor » est une application mobile ludique qui apprend aux enfants diabétiques de 8 à 12 ans à gérer leur maladie au quotidien. Gratuite, elle es...
Super Mario vole au secours de notre cerveau Selon une étude allemande publiée dans la revue médicale Molecular Psychiatry, jouer aux jeux vidéo aurait pour conséquence d’augmenter le volume de n...
Autisme : la HAS recommande un projet personnalisé... La Haute Autorité de Santé (HAS) et l'Agence nationale de l'évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux (Anes...