Quelle perception les Français ont-ils du cancer ? Tabac, alcool, nutrition…. Quels sont leurs comportements à risque ? L’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes) et l’INCa ont lancé, en 2010, une enquête de grande ampleur auprès d’un échantillon représentatif de la population française de près de 4 000 personnes afin d’analyser les comportements, attitudes, connaissances et opinions des Français par rapport au cancer.

Les résultats de l’édition 2010 du Baromètre Cancer Inpes/INCa mettent en évidence une perception de plus en plus accrue par les Français des facteurs de risque de cancer. Dans le même temps, on observe la persistance de comportements de déni ou de relativisation du risque pour soi-même.

Une maladie grave, mais dont on peut guérir

Depuis les années 2 000, le cancer est devenu la première cause de décès en France. On estime aujourd’hui qu’1,2 million de personnes vivent avec un cancer ou après avoir eu un cancer en France. Il est considéré comme la maladie la plus grave par 7 Français sur 10, devant le sida et les maladies cardio-vasculaires. L’édition 2010 du Baromètre Cancer Inpes/INCa 2010 permet de mettre en évidence une perception accrue par la population des facteurs potentiels de risque de cancer. La majorité d’entre eux se dit bien informée sur le cancer en général (70%) et ses facteurs de risque.

Le sentiment de vivre dans un environnement potentiellement cancérigène s’est renforcé. Mais c’est surtout la perception de l’influence des risques environnementaux qui est nettement plus forte. En parallèle de cette perception parfois exacerbée des risques, les Français sont dans leur grande majorité satisfaits quant à la prise en charge thérapeutique de la maladie et à ses possibilités de guérison. 90% d’entre eux pensent ainsi qu’aujourd’hui, « on sait guérir de nombreux types de cancers ».

Des facteurs de risque plutôt bien connus mais souvent relativisés

Le Baromètre Cancer Inpes/INCa 2010 s’est concentré sur les principaux risques avérés de cancer : tabac, alcool, soleil, et pour la première fois nutrition. Alors même que les Français se déclarent dans l’ensemble mieux informés sur les risques de cancer, les résultats du Baromètre soulignent que la prévalence de certains comportements à risque croit comme la consommation de tabac ou connaît un ralentissement de sa diminution comme celle de l’alcool.

Ainsi, si 76% des enquêtés jugent « certains » les risques liés au tabagisme, la prévalence du tabac est encore de 32% parmi les 15-85 ans. 65% des personnes interrogées continuent par ailleurs de penser que « respirer l’air des villes est aussi mauvais pour la santé que de fumer des cigarettes ».

Concernant l’alcool, de nombreuses croyances qui permettent de nier ou relativiser les risques de cancer persistent : près de neuf personnes sur dix estiment que le risque principal de l’alcool concerne les accidents de la route et la violence, et une personne sur deux pense que ce sont surtout les alcools forts qui sont dangereux pour la santé.

Quant à la nutrition, à la fois facteur de risque et de protection face au cancer, les résultats du Baromètre Cancer Inpes/INCa 2010 mettent en évidence une certaine imprécision de la connaissance des personnes sur le sujet : les facteurs de protection sont en général mieux connus que les facteurs de risque, mais un nombre conséquent de personnes admet ne pas connaître l’influence de certains facteurs nutritionnels sur le risque de cancer.

Inégalités sociale de santé : une amélioration nuancée

Le plan cancer 2 (2009-2013), pionnier en la matière, avait fait de la réduction des inégalités sociales de santé sa première priorité. Les résultats du Baromètre cancer 2010 permettent de porter un regard contrasté sur cette question, avec par exemple des progrès concernant l’accès au dépistage.

Le gradient social apparaît en effet moins fort qu’en 2005 en France, notamment grâce aux dépistages organisés, même si des questions se posent encore en termes d’inégalités sociales concernant l’accès au dépistage pour les populations les plus précarisées, mais aussi sur la fidélisation au dépistage. Sur la consommation régulière d’alcool, les inégalités sociales apparaissent moins marquées qu’il y a cinq ans.

En revanche, concernant la perception des risques liés au cancer, on note une forte différenciation sociale des croyances relatives aux boissons alcoolisées et à leurs effets sur la santé, différenciation qui globalement n’a pas faibli en cinq ans : par exemple, un enquêté qui a un niveau de diplôme inférieur au baccalauréat, qui se trouve au chômage et qui appartient à un ménage moins aisé a environ cinq fois plus de chances de penser que l’alcool, excepté en cas d’ivresse, n’est pas mauvais pour la santé, en 2005 comme en 2010.

Pour certaines opinions, les inégalités se sont mêmes plutôt creusées sur la mise à distance du risque : par exemple, pour les personnes sans emploi, le fait d’être d’accord avec l’affirmation que fumer favorise certainement l’apparition du cancer a diminué entre 2005 et 2010

Source : INCa

A Lire également

Alimentation: 61% des Français grignotent entre le... Biscuits, gâteaux, viennoiseries et boissons sucrées… Deux ans après son lancement, l'étude Nutrinet fait la lumière sur une des mauvaises habitudes a...
Cancer : la maladie qui fait le plus peur aux Fran... À l’occasion de la Journée mondiale contre le cancer, la Fondation ARC révèle les résultats d’un sondage Ipsos* qui montrent que le cancer est la mala...
Lutte contre le cancer : un menu VIP pour des « At... Les Logis lancent les « Ateliers Gourmets Logis ». Dès le 20 janvier 2010, achetez vos places aux enchères sur E-bay.fr et cuisinez en compagnie de ch...
Boissons très chaudes: leur consommation, une R... Un groupe de travail international composé de 23 experts, réuni par le Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC), l'agence cancer de l'Or...
Les « bébés bulle » ont 11 ans et démontrent l’eff... 11 ans déjà pour ceux surnommés les "bébés bulle"! En mars 1999, Alain Fischer, Marina Cavazzana-Calvo et Salima Hacein- Bey-Abina et leurs équipes de...
Une cabine UV sur sept dépasse les limites de sécu... Selon les résultats d’une campagne de contrôle des cabines UV et des salons de bronzage menée par la Direction Générale de la Santé et des Consommateu...
Un front commun contre les cancers pédiatriques A quelques jours de la journée internationale du cancer de l’Enfant (15 février), une démarche collaborative pour les enfants et adolescents atteints ...
L’exposition aux UV renforcerait la protection con... Une équipe de scientifiques néerlandais de l'Université de Rotterdam ont abouti à cette conclusion dans une étude qui vient d'être publiée dans le Eur...
Une campagne pour « Prendre le cancer à la gorge »... Perte de voix, enrouement, saignement de nez, douleur d’oreille, mal à la gorge, boule dans le cou, bourdonnement ou aphte, si l’un de ces symptômes p...
Ostéoporose : quels sont les facteurs de risque ? Dans le monde, on enregistre une fracture due à l'ostéoporose toutes les 20 secondes ! Trop de femmes encore ne se sentent pas concernées par l'ostéop...
Cancer : 78 000 euros collectés grâce à la 1ere Ma... La Marche des Lumières, la première marche de solidarité en France organisée par l’Institut Curie pour faire reculer le cancer, a eu lieu samedi 23 no...
Santé : 60 % des Français estiment le parcours de ... Un sondage réalisé par Viavoice pour Harmonie Mutuelle montre que les Français aspirent à être de plus en plus accompagnés dans leur parcours de santé...
« l’alcool est dangereux pour la santé » selon 92%... L’Alliance Prévention Alcool (*), un collectif composé de 13 associations et de plusieurs personnalités qualifiées, a sondé l’opinion des Français sur...
Le DDT classé comme probablement cancérogène par l... Le Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC) de l'OMS vient de classer l'insecticide lindane comme cancérogène pour l’homme, le DDT comme...
15 millions de Français sont déjà grands-parents... Un Français sur quatre est grand-parent. C'est ce que révèle une étude de l'Insee publiée mardi. 8,9 millions de grand-mères et 6,2 millions de grands...
Féculents: les Français n’en mangent pas ass... Selon les derniers résultats de l'étude NutriNet-Santé sur les comportements alimentaires, 35,4% des hommes et 65,9% des femmes ont des apports en féc...