CMU : une assurance pour tous ?Si vous disposez de faibles ressources ou êtes en situation de précarité, des dispositifs spécifiques d’accès aux soins existent. Vous n’êtes bénéficiaire d’aucun régime d’Assurance Maladie et résidez en France régulièrement depuis plus de trois mois ? La C.M.U. de base est faite pour vous : elle garantit le remboursement de vos soins de santé.

La Couverture maladie universelle (C.M.U.) de base facilite l’accès aux soins et le remboursement des soins, prestations et médicaments à toute personne résidant en France et qui n’est pas déjà couverte par un autre régime obligatoire d’Assurance Maladie. Elle concerne aussi bien les personnes sans ressources que celles disposant de revenus importants.

Vos droits : Comme tout assuré social, vous et les personnes à votre charge avez droit à la prise en charge d’une partie de vos prestations et soins. Vous paierez vos consultations chez le médecin, vos médicaments à la pharmacie ou vos actes dans un laboratoire. Ensuite votre caisse d’Assurance maladie vous remboursera selon les mêmes taux que pour les autres assurés sociaux. Par exemple, l’Assurance maladie vous remboursera à 70 % votre consultation chez un médecin généraliste conventionné. À noter : Votre affiliation à la C.M.U. de base n’est pas automatique : vous devez en faire la demande !

C.M.U. de base et C.M.U. complémentaire
Attention, ne confondez pas C.M.U. de base et C.M.U. complémentaire ! Si la C.M.U. de base est une protection maladie obligatoire, la C.M.U. complémentaire est une protection complémentaire qui, comme une mutuelle, la complète mais ne la remplace pas. Ainsi, si vous n’êtes couvert par aucun autre régime d’Assurance Maladie, vous pouvez bénéficier de la C.M.U. de base même si vous disposez de revenus importants (une cotisation vous sera alors demandée), mais pas de la C.M.U. complémentaire accordée sur critères de ressources.
À l’inverse, si vous êtes au chômage, avec une allocation de 500 euros environ, la C.M.U. complémentaire peut vous être accordée mais pas la C.M.U. de base, car vous êtes déjà couvert par le régime des travailleurs salariés. Il est donc inutile dans ce cas de faire une demande de C.M.U. de base.

Lors de vos consultations, actes, soins ou médicaments, seule l’attestation de la C.M.U. complémentaire vous dispense de l’avance des frais. Si vous ne bénéficiez que de la C.M.U. de base et pas de la C.M.U. complémentaire, vous êtes remboursé selon les taux habituels.

À noter :
La C.M.U. de base ne prend pas en charge le forfait journalier en cas d’hospitalisation.
– Avant toute consultation, vérifiez que vous vous adressez bien à un médecin conventionné, appartenant au secteur 1 (tenu d’appliquer les tarifs en vigueur et ne faisant pas de dépassements d’honoraires), si vous souhaitez être remboursé au taux maximal pour les frais engagés.
La C.M.U. complémentaire
Vous disposez de faibles ressources et souhaitez bénéficier d’une protection complémentaire ? La C.M.U. complémentaire est gratuite et vous permet d’être couvert à 100 %, sans avance de frais, pour la plus grande partie de vos dépenses de santé. La couverture maladie universelle complémentaire permet à toute personne, résidant régulièrement en France et de façon ininterrompue depuis plus de trois mois, de bénéficier d’une protection complémentaire gratuite et renouvelable.

Qui peut en bénéficier ?
Tous les membres de votre foyer ont droit à la couverture maladie universelle (C.M.U.) complémentaire : vous-même, votre conjoint(e), votre concubin(e) ou partenaire dans le cadre d’un Pacte civil de solidarité (PACS) et les personnes à votre charge de moins de 25 ans.

Trois conditions à respecter :
vous habitez en France depuis plus de trois mois ;
– vous êtes en situation régulière ;
– le revenu mensuel de votre foyer ne dépasse pas un montant maximum.

 Quels sont vos droits ?
Vous ne payez plus aucune cotisation, contrairement à une complémentaire santé habituelle (mutuelle, société d’assurance ou institution de prévoyance). La C.M.U. complémentaire est entièrement gratuite. Elle est renouvelable à votre demande chaque année, à condition que vous remplissiez toujours les critères de résidence et de ressources. Grâce à la C.M.U. complémentaire, vous ne payez plus vos dépenses chez le médecin, à la pharmacie, dans un laboratoire, à l’hôpital, chez le dentiste, etc. Sous certaines conditions, vous ne payez plus les prothèses (couronnes, etc.) et les appareils dentaires, les verres et les montures de vos lunettes.

 La C.M.U. complémentaire présente plusieurs avantages :

– la prise en charge du ticket modérateur, c’est-à-dire la part restant habituellement à votre charge, et du forfait journalier en cas d’hospitalisation ;
la prise en charge des dépassements de tarifs (au-delà du ticket modérateur) pour vos lunettes, prothèses auditives et appareils dentaires, dans la limite d’un certain montant ;
la dispense d’avance de frais lors de vos consultations chez le médecin, à la pharmacie, pour vos médicaments sur prescription, au laboratoire, etc. Sur présentation de votre carte Vitale (ou de votre attestation de droit à la C.M.U. complémentaire), les 30 % équivalents au ticket modérateur sont pris en charge immédiatement, ainsi que la participation forfaitaire d’un euro dans le cadre du parcours de soins coordonnés.

Le respect du parcours de soins
Comme tous les autres assurés, vous devez respecter le parcours de soins coordonnés, c’est à dire la consultation préalable du médecin traitant. Cependant, vous êtes exonéré de la participation forfaitaire d’un euro. Si vous ne respectez pas le parcours de soins (par exemple : si vous n’avez pas déclaré de médecin traitant ou si vous consultez un médecin sans être orienté par votre médecin traitant), une majoration du ticket modérateur pourra vous être appliquée.

http://www.ameli.fr/

A Lire également

Somnifères et anxiolytiques : attention danger ! Les médicaments contre l'insomnie et l'anxiété augmenteraient le risque de mortalité de leurs consommateurs de 36%, selon une étude publiée dans  le C...
Le pain, le partenaire minceur Aujourd’hui, plus des deux tiers des Français affirment « faire attention au caractère naturel des produits qu’ils achètent »*. Le pain est un aliment...
Médicaments: un nouveau symbole pour repérer les p... À partir de septembre 2013, un triangle renversé figurera sur la notice de certains médicaments commercialisés sur le marché de l’UE, à la suite d'un ...
Parabènes: près de 400 médicaments en contiendraie... Selon Le Monde, près de 400 spécialités pharmaceutiques contiendraient des parabènes. Cette liste publiée par le quotidien du soir survient en plein d...
Méningite B : le vaccin est désormais disponible e... Le laboratoire pharmaceutique suisse Novartis vient d'annoncer que Bexsero®, son vaccin à large spectre contre le méningocoque B, est désormais dispon...
Médicaments : « les Français profondément inquiets... A l’occasion du débat-citoyen « Médicaments : ce qui doit changer ! » qui se tient aujourd’hui à Nantes, la Mutualité Française a fait réaliser une ét...
Vente de médicaments à l’unité : les Français se d... Selon une étude Ifop pour le groupe PHR, les Français sont globalement favorables à la vente à l’unité de médicaments mais s'inquiètent néanmoins des ...
Enfants: pas assez de médicaments adaptés dans cer... Selon l'Académie nationale de pharmacie, les médicaments spécialement adaptés aux enfants sont encore trop peu nombreux, notamment dans le traitement ...
Généralisation du tiers payant : les travaux vont ... Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé avait annoncé l'année dernière la généralisation du tiers payant à tous les assurés d’...
Médicaments et parabènes: l’Afssaps fait un premie... Suite à la publication par Le Monde de la liste des 400 médicaments contenant du parabène, l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de sa...
Médicaments sur internet : attention, danger ! De nombreux sites Internet proposent la vente en ligne de médicaments, et certains d’entre eux proposent de fournir sans ordonnance des médicaments qu...
Médicaments : un espace observance pour aider les ...  Le laboratoire Teva vient de lancer "un espace observance" pour aider les patients âgés à mieux s’approprier leur traitement. Le site délivre aux pat...
L’automédication progresse en France en 2015... Le dernier baromètre (*) de l’Afipa, l'association qui réunit les industriels du secteur de l'automédication, montre que ce marché à progressé de 6,4 ...
Médicament génériques : “des médicaments à p...  "Les inspections et contrôles réalisés par l’Agence, le suivi des effets indésirables ne montrent pas d’écarts notables entre les médicaments génériq...
Médicaments : la Mutualité Française dénonce les f... La Mutualité Française, qui vient de publier l’édition 2013 de son  "Mémento Médicament", demande notamment  l’élargissement du champ du répertoire de...
Le CAE préconise un panier de soins pris en charge... Le Conseil d'analyse économique (CAE) a rendu hier son évaluation sur l'état du système de santé français. Parmi les pistes soulevées par le CAE afin ...