Nouveaux aliments, aliments enrichis, compléments alimentaires… L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation de l’environnement et du travail (Anses) a lancé son dispositif de nutrivigilance. Objectif : identifier d’éventuels effets indésirables liés à leur consommation et de lancer des expertises ciblées.

Au cours des dernières décennies, d’importants progrès ont été réalisés en sécurité sanitaire des aliments, en particulier en microbiologie, grâce à la mise en place du paquet hygiène et aux efforts de tous les acteurs au long de la chaine alimentaire. Cependant, l’offre alimentaire évolue rapidement avec des produits dits « nouveaux » en raison de leur technologie ou de leurs ingrédients, des aliments et des boissons enrichis, des produits importés ou achetés sur internet ; ils pourraient exposer le consommateur à de nouveaux dangers qu’il faut être en mesure d’identifier sans délais.

C’est, au sein du dispositif de sécurité sanitaire, l’objectif de la nutrivigilance, un système au fonctionnement unique en Europe, dont la mise en oeuvre a été confiée à l’Anses par la loi Hôpital, Patients, Santé et Territoires de juillet 2009. Sont concernés par ce nouveau dispositif les compléments alimentaires, les boissons et aliments qui font l’objet d’adjonction de substances à but nutritionnel ou physiologique également appelés aliments enrichis, les produits destinés à une alimentation particulière et les nouveaux aliments.

Les professionnels de santé sont au coeur de ce dispositif ; ce sont eux qui diagnostiquent chez leurs patients puis déclarent les potentiels effets indésirables liés à la consommation de ces nouveaux types d’aliments ou boissons.  Ces signalements sont analysés par un comité technique, discutés avec les industriels concernés et les autorités de tutelles afin d’identifier des situations à risque qui peuvent ensuite faire l’objet d’une expertise collective et d’un avis validé rendu public. Pour une mise en réseau des connaissances, des échanges auront lieu avec le Canada et les Etats Unis qui ont des systèmes assez équivalents.

Une phase pilote, restreinte aux compléments alimentaires, a été lancée en 2009 et son bilan montre l’efficacité du dispositif, estime l’Anses. A la suite de 10 signalements d’effets indésirables parfois sévères avec une gamme de produits contenant des extraits alcooliques d’igname, l’Anses recommande ainsi que les profils chimiques, la composition des extraits et leur toxicité soient étudiés le plus rapidement possible par les fabricants qui mettent ces extraits sur le marché. Huit cas de confusion entre un médicament, previscan®, et un complément alimentaire, preservision® ont fait l’objet de recommandations sur le site de l’Agence.  Enfin, une dizaine d’autres signalements donneront lieu à des avis.

Source : Anses

A Lire également

Compléments alimentaires : les autorités de santé ... L’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa, aujourd'hui Anses) annonçait fin 2009 le lancement d’un dispositif national de vigilance...
Etude NutriNet-Santé: les chercheurs renouvellent ... L’INCa rappelle que les chercheurs de l'INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale) ont encore besoin de volontaires pour parti...
Nutrition: les produits hard discount aussi bons q... Selon un avis du Conseil national de l’alimentation (CNA), les produits premier prix et hard discount ne seraient pas plus mauvais que les marques sur...
« Pas de différence significative » de qualité nut... L'Anses vient de publier une étude sur la qualité nutritionnelle de l’offre alimentaire (plus de 16 000 références produits récoltées entre 2008 et 20...
Un enfant sur trois ne sait pas reconnaître un poi... Les médecins de l’Association Santé Environnement France (ASEF),ont mené une enquête auprès de plus de 910 écoliers âgés entre 8 et 12 ans pour faire ...
Cancer: ça commence dans l’assiette Examinez bien votre assiette. C’est là que ça se passe. 320 000 nouveaux cas de cancer recensés chaque année en France: 30 % environ pourraient être é...
Diabète : une campagne de prévention décalée sur l... A l’occasion de la Journée mondiale du diabète le 14 novembre, AXA Prévention lance une campagne de prévention digitale et participative contre le dia...
Alimentation : quatre étiquetages nutritionnels ex... Marisol Touraine, la ministre de la Santé, vient d'annoncer le lancement de l’expérimentation auprès des consommateurs de quatre étiquetages nutrition...
Alimentation: 61% des Français grignotent entre le... Biscuits, gâteaux, viennoiseries et boissons sucrées… Deux ans après son lancement, l'étude Nutrinet fait la lumière sur une des mauvaises habitudes a...
Aide alimentaire: 10e édition du Programme Aliment... La dixième édition du Programme Alimentation et Insertion (PAI) a été lancée ce jeudi. Chaque année, depuis 2003, plus de 6 000 associations d’aide al...
Alliez Guarana et Gomphrena pour affronter le chan... Le "Guayazen" (riche en Guarana et Gomphrena), c'est la nouvelle solution naturelle pour se détendre développée par Guayapi, spécialiste des complémen...
Compléments alimentaires : mise en garde contre le... A la suite de dizaines de cas d'hépatites aiguës survenus dans plusieurs pays, la Direction générale de la santé a mise en garde jeudi les consommateu...
Amflora : feu vert pour la “patate OGM” La Commission européenne vient de donner son feu vert à la pomme de terre génétiquement modifiée produite par le géant allemand de la chimie, BASF, ba...
60% des Français ne sont pas inquiets pour leur sa... Selon les résultats d'une enquête Harris Interactive pour L'Observatoire Cetelem, les Français se montrent sensibilisés et responsabilisés en matière ...
Participez à notre jeu concours “Envie de na... Pour participer au tirage au sort et tenter de remporter l'un des 10 abonnements d'1 an à Fruits & Légumes Magazine mis en jeu, il vous suffit de ...
Guide nutrition : toutes les familles d’aliments d... Concilier plaisir et santé, c’est tout à fait possible ! Il n'y a pas vraiment de bons ou de mauvais aliments, et aucun n’est interdit. Certains sont ...