Algues vertes : les agriculteurs bretons au banc des accusés

Le préfet des Côtes d’Armor, Jean Louis Fargeas a envoyé une note au Premier ministre qui fait un état des lieux du  »phénomène » des marées vertes, après la mort d’un cheval fin juillet sur une plage des Côtes-d’Armor.
Dans cette note, rendue publique par « Ouest France » et le « Télégramme », le préfet évoque la nécessité d’un « ‘changement profond des pratiques agricoles » pour aboutir à « une diminution visible et notable » des algues vertes.
Il demande également au gouvernement  »d’afficher une politique volontariste pérenne » visant  »à la stabilisation, voire à la limitation raisonnée » des algues vertes, phénomène qui, selon lui,  »ne peut que perdurer » faute de  »révolution » des pratiques agricoles. Et le préfet de souligner que  »cette évolution n’est pas envisageable », car la profession agricole n’est  »pas prête à (l’) accepter pour le moment ».
Hydrogène sulfuré (H2S), un gaz toxique et mortel à forte dose
Le développement des algues vertes est accentué par la présence d’éléments azotés (nitrates) dans les eaux due aux activités agricoles de la région Bretagne. Le surplus d’éléments apportés aux cultures via les épandages d’effluents agricoles est lessivé et se retrouve dans les cours d’eau. Outre des nuisances olfactives et des coûts de ramassage pour la collectivité, ces algues, échouées sur les plages où elles se décomposent, sont à l’origine d’émanations de gaz et notamment d’hydrogène sulfuré (H2S), un gaz toxique et mortel à forte dose.
Les associations environnementales France Nature Environnement et Bretagne écologie, appelent à une action du gouvernement pour lutter contre les algues vertes. La publication de cette note a également provoqué la colère chez les agriculteurs bretons.  »Si l’Etat écrit de telles choses, qu’il vienne sur le terrain dire aux agriculteurs de partir! », a déclaré à l’AFP Jacques Jaouen, président de la chambre d’agriculture de Bretagne. Olivier Allain, président de la FDSEA des Côtes d’Armor a de son côté dénoncé des  »propos irresponsables ».
Une mission interministérielle, créée par le Premier ministre cet été sur la prolifération des algues vertes procède actuellement à des auditions en Bretagne et devra rendre ses conclusions en décembre.