24hSanté
Suivez nous sur Twitter !Facebook

Traitement anti-poux chez les enfants : n’utilisez pas de médicaments vétérinaires !

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a rappelé mercredi  qu’’un traitement antiparasitaire, insecticide ou acaricide destiné aux animaux de compagnie ne doit en aucun cas être administré à un humain, a fortiori à un enfant.

En effet, l’Anses a été informée de l’utilisation de certains médicaments vétérinaires pour le traitement des poux chez les enfants. Les médicaments vétérinaires utilisés sont des traitements antiparasitaires, insecticides ou acaricides destinés aux animaux de compagnie.

Ces médicaments vétérinaires ont obtenu préalablement à leur mise sur le marché une Autorisation de mise sur le marché (AMM) délivrée en fonction d’une évaluation bénéfice/risque pour l’espèce animale de destination. Les études toxicologiques et cliniques qui fondent cette évaluation ne prennent en compte que la physiologie et les problèmes pathologiques de l’espèce animale concernée. Si le risque pour l’homme est identifié et évalué, cela ne concerne que les risques encourus par les personnes manipulant et administrant le médicament vétérinaire. Les études ainsi conduites ne correspondent en aucun cas à des études cliniques permettant de justifier une utilisation thérapeutique sans risque chez l’homme.


Les insecticides ou acaricides destinés à l’homme relèvent du statut du médicament à usage humain et sont également soumis à la délivrance préalable d’une AMM par l’AFSSAPS. Cette AMM est délivré à l’issue d’études toxicologique et clinique adaptées, distinctes de celles conduites pour la délivrance des AMM vétérinaires.
En conséquence, l’Anses rappelle qu’un traitement antiparasitaire, insecticide ou acaricide destiné aux animaux de compagnie ne doit en aucun cas être administré à un humain, a fortiori à un enfant. En cas d’infection par les poux, il est recommandé d’utiliser les traitements adaptés, notamment en fonction de l’âge de l’enfant, en prenant conseil auprès de professionnels de santé (pharmaciens, médecins).

(1) Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé
Source : Anses

Rendez-vous sur Hellocoton !

5 octobre 2011