Selon le dernier bilan arrêté fin mai réalisé par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), un total de 16 426 femmes ont subi une explantation de leur(s) prothèse(s) en gel de silicone PIP entre 2001 et fin mai 2013 (soit 1 436 femmes de plus qu’à fin décembre 2012). Soit 28 276 explants (soit 2 632 explants de plus qu’a fin décembre 2012).

Un total de 7 618 dysfonctionnements pour 7 186 implants (soit 542 implants de plus qu’à fin décembre 2012) a été rapporté sur l’ensemble des prothèses PIP des femmes explantées. Les dysfonctionnements concernent 5 434 femmes (soit 386 femmes de plus qu’à fin décembre 2012). Le taux d’implants PIP défaillants est à ce jour de 25,4 %.

30 000 femmes avaient été estimées porteuses de prothèses mammaires en silicone PIP en France. À la fin mai 2013, les données transmises à l’ANSM indiquent que 16 426 femmes ont eu une explantation de leur prothèse, dont 12 094 à titre préventif.

Les événements indésirables sont anormalement fréquents et particulièrement précoces. Ils consistent principalement en des dysfonctionnements d’implants (dont des ruptures chez 5 434 femmes) observés dans une médiane de 6,4 ans après l’implantation pour les femmes explantées sur signe d’appel et des effets indésirables chez 2 883 femmes observés dans une médiane de 6 ans après l’implantation pour les femmes explantées sur signe d’appel.

Dans 20 % des cas lors de l’explantation préventive (soit 2 434 femmes), il y a eu découverte d’un dysfonctionnement de la prothèse (rupture, suintement…) et/ou d’un effet indésirable non détecté par les examens précédant cette intervention.

Source : ANSM

Rendez-vous sur Hellocoton !