Propreté, odeurs, agressions ou consommation de substances illicites… Un rapport présenté mardi par l’Observatoire national de la sécurité et de l’accessibilité des établissements d’enseignement (ONS) révèle que presque un tiers des établissements a signalé avoir connaissance de cas d’élèves ayant renoncé à utiliser les toilettes, surtout des collèges.

Un chiffre à mettre en regard de ceux cités dans la thèse du Dr Bénédicte Hoarau (2013) repris par l’Observatoire, « 34,4 % des collégiens de son échantillon ne vont jamais aux toilettes dans leur établissement (59 % pour les externes, 18 % pour les demi-pensionnaires).

Les élèves, surtout les collégiens et ceux de LP, déplorent le comportement des autres élèves (34 % de mentions au total, 37 % en collège). « Une minorité d’entre eux ne respecte pas les lieux et rend leur usage désagréable voire impossible », note le rapport.

Les élèves sont 42% à se plaindre  du manque de papier, 32% des odeurs, 23% de la propreté, et 12% du manque d’intimité des installations. A savoir, 61% des établissements se limitent à un seul nettoyage par jour, un tiers allant jusqu’à deux fois.

Selon la thèse du Dr Hoarau (2013)  « ce sont les filles qui souffrent le plus des troubles recensés: incontinence urinaire, brûlures à la miction et constipation, douleurs abdominales », ajoutant que « cela influe davantage sur leur capacité à se concentrer ».

Le rapport de l’ONS indique que « le nombre des bagarres et agressions est important en particulier dans les sanitaires garçons. Pour eux, 21 % des collèges en signalent, 13 % des LP, mais 4 % seulement des LEGT. Les filles se bagarrent moins mais les chefs d’établissement signalent cependant 7 % de cas en LP et 9 % en collège « 

« La consommation d’alcool aux toilettes est signalée dans 10 % des LEGT, et 11 % des LP pour les garçons. Elle est bien moindre (2 %) pour les lycéennes et pour les collégiens (3 % pour les garçons, 1 % pour les filles). L’usage de drogues (sans précision) concerne particulièrement les lycées (8 % des LP, 5 % des LEGT), plus rarement les collèges (2 %) chez les garçons », note enfin le rapport.

« Le “problème des toilettes” n’est pas une fatalité. S’en saisir ne doit pas être tabou, vu les conséquences induites sur la santé et le bien-être, conclut le rapport rappelant « qu’environ 4 établissements sur 10 signalent un fonctionnement correct des toilettes, les lycées rencontrant généralement moins de difficultés que les collèges ».

Source : Rapport ONS

Rendez-vous sur Hellocoton !