24hSanté
Suivez nous sur Twitter !Facebook

La santé des ados de 3e s’améliore

Moins de caries, obésité stable… Selon une étude publiée par la DREES, la santé des adolescents en classe de 3e s’améliore malgré un bilan contrasté selon l’origine sociale.

Ainsi en 2009, près d’un élève de 3e sur cinq (18 %) est en surcharge pondérale et parmi eux, 4 % sont obèses. Des chiffres stables depuis 2004 qui confirment que surcharge pondérale et obésité n’augmentent plus, comme ce fut le cas au début des années 2000.

Autre amélioration notable en matière de santé bucco-dentaire, la part des adolescents indemnes de caries passe de 52 % à 56 % entre 2004 et 2009. Enfin, durant la même période, la couverture vaccinale contre la rougeole grimpe de 66 % à 86 %.

Selon les auteurs de l’étude, ce constat positif peut s’expliquer en partie par les campagnes de prévention de l’obésité menées pendant la même période dans le cadre du Programme national nutrition santé (PNNS). Le dispositif « M’T Dents », mis en place par l’Assurance maladie en 2007, a également pu contribuer à modifier les habitudes en matière d’hygiène bucco-dentaire.

Toujours des inégalités sociales en matière de santé
Pourtant, ces évolutions globalement encourageantes masquent la persistance des inégalités sociales en matière de santé. 22 % des adolescents dont l’un des parents est ouvrier sont atteints de surcharge pondérale contre seulement 12 % chez les enfants de cadres. Ils sont aussi plus nombreux à avoir au moins une dent cariée (58 % contre 34 %). Ces disparités se traduisent également dans les troubles de la vision. En raison d’un défaut de dépistage et de prise en charge, les enfants d’ouvriers portent moins souvent des lunettes ou des lentilles (22 % contre 33 %), leur myopie étant plus tardivement diagnostiquée.

Ces inégalités de santé selon le milieu social au collège s’observent déjà dans les classes de cm2, comme l’ont montré les résultats publiés par la DREES en septembre 2013. Ils suggèrent ainsi l’intérêt d’une prévention ciblée sur les plus défavorisés. Des facteurs socio-économiques mais aussi culturels peuvent en partie expliquer que ces populations soient moins sensibilisées par les recommandations nationales de santé.

Source : Dress ; « La santé des adolescents scolarisés en classe de troisième » (InVS), n° 865, février 2013

Rendez-vous sur Hellocoton !

10 février 2014