24hSanté
Suivez nous sur Twitter !Facebook

La biodiversité cherche son second souffle

Chantal Jouanno a ouvert, le 10 mai à Chamonix, la Conférence française pour la biodiversité. La secrétaire d’Etat chargée de l’Écologie a posé les bases d’un nouvel élan. « Un renforcement de la Stratégie nationale pour la biodiversité (SNB) s’impose », a-t-elle réclamé. La nouvelle stratégie devrait être rendue publique le 22 mai 2011 à l’occasion de la Journée mondiale de la biodiversité.

Associations, collectivités locales, entreprises, services de l’État, établissements publics, près de 400 acteurs de la biodiversité se sont réunis pendant trois jours pour débattre de la question centrale : quelle gouvernance pour la biodiversité ?

Pourquoi « 2010 est un constat d’échec pour la biodiversité ? », interroge Chantal Jouanno qui a rappelé l’apport positif des mesures et des actions mises en place par le Grenelle de l’environnement et la Stratégie nationale pour la biodiversité (SNB) 2004. « Parce que l’écologie n’est pas une question technique, l’enjeu est politique […] les bonnes idées ne peuvent émerger que si la « gouvernance » est adaptée », a-t-elle déclaré.

Devant le foisonnement des différents apports et initiatives, il faut une grammaire commune pour produire des résultats. Aujourd’hui, les politiques sur la biodiversité ont besoin de « capitaliser leurs savoirs » grâce à une « nouvelle instance de gouvernance qui aura la fonction de tête de réseau. » Son rôle sera d’établir une stratégie nationale. Une nouvelle instance dont la création est inscrite dans le projet de loi Grenelle 2, a précisé la secrétaire d’État.

Une stratégie nationale articulée autour des stratégies régionales

L’action pour la biodiversité doit se faire au plus près du terrain. « Nous ne pourrons rien sans des stratégies régionales […] sortons des stratégies « top down », qui partent du haut pour se diffuser vers le bas, » a déclaré Chantal Jouanno. Et de rappeler le lancement, ces derniers jours, de l’opération « Atlas de la biodiversité dans les communes (ABC) » permettant aux communes d’être actrices de la biodiversité.

Chantal Jouanno a rappelé l’une des priorités : la création d’un mécanisme international d’expertise sur la biodiversité permettant de faire « l’interface entre la science et le politique. » La France se battra pour la création de l’Ipbes, (Plate-forme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques). Et de souligner : « le président Sarkozy l’a inscrit au rang des priorités internationales. »

Sur le plan communautaire, Chantal Jouanno a rappelé les orientations en faveur de la préservation de la biodiversité contenues dans le plan sur la stratégie de croissance qui a été approuvé par le Conseil européen à Bruxelles, les 25 et 26 mars derniers : production compétitive plus économe en ressources, meilleure efficacité énergétique, politique industrielle axée vers la croissance verte.

 Un bilan des travaux sera dressé cet automne avec les participants de la Conférence française pour la biodiversité. « Un renforcement de la Stratégie nationale pour la biodiversité (SNB) s’impose », a réclamé Chantal Jouanno. Objectif affiché : la nouvelle stratégie devrait être rendue publique le 22 mai 2011 à l’occasion de la Journée mondiale de la biodiversité.

Source : gouvernement.fr

Rendez-vous sur Hellocoton !

17 mai 2010