Les troubles tels que l’anxiété ou la dépression ont des causes à la fois psychologiques et environnementales, ainsi qu’une composante génétique. Toutefois, on ne sait pas encore bien comment chaque élément affecte le fonctionnement du cerveau et génère les symptômes anxieux et dépressifs.

Pour mieux comprendre ces interactions, une équipe du Centre émotion-remédiation et réalité virtuelle (CNRS / UPMC / CHU Pitié Salpêtrière) s’est penchée sur l’activité de l’amygdale, une structure du cerveau dont l’activité est anormalement élevée chez les personnes atteintes de troubles anxieux et dépressifs. Les chercheurs ont montré que l’activité de celle-ci peut être modulée en fonction d’un gène, de l’histoire personnelle et de l’activité cognitive des sujets. Ces travaux suggèrent que les psychothérapies pourraient, selon les gènes du patient, avoir des effets différents sur l’activité cérébrale. Publiés en novembre 2011 dans la revue Human Brain Mapping, ils feront la couverture de ce numéro.

Plusieurs travaux, publiés au cours de la dernière décennie, laissent penser que le gène 5-HTTLPR, codant pour le transporteur de la sérotonine, une substance impliquée dans la régulation des émotions, pourrait jouer un rôle important dans la dépression. Le promoteur de ce gène peut se présenter sous une forme longue ou courte, cette dernière pouvant accentuer l’impact des événements stressants sur notre moral. Si cette hypothèse reste controversée, il est en revanche admis que la forme courte du gène provoque une activation plus intense de l’amygdale, structure du cerveau impliquée dans les émotions et la reconnaissance de signaux de danger.

Dans ces nouveaux travaux, les chercheurs ont voulu étudier l’impact de la psychologie et de l’environnement sur cet effet « génétique » en réalisant une IRM cérébrale fonctionnelle sur 45 sujets sains porteurs ou non de la forme courte du gène. Durant l’IRM, des photographies plaisantes ou déplaisantes leur étaient présentées. Les sujets devaient soit indiquer si elles étaient agréables ou désagréables, soit réfléchir aux liens existant entre ces images et eux-mêmes. Selon la présence ou non de la forme courte, les résultats de l’IRM se sont montrés différents. Chez les porteurs de la forme courte, l’activation de l’amygdale était supérieure lorsqu’ils devaient associer la photographie à eux-mêmes que lorsqu’ils devaient juger de son caractère agréable ou désagréable. L’inverse était observé chez les sujets non porteurs de la forme courte. Autrement dit, l’activité de l’amygdale des sujets différait selon la forme du gène, mais aussi selon le type d’activité mentale : description « objective » de l’image ou mise en relation avec leur histoire personnelle.

Au préalable, les sujets avaient également été interrogés sur les événements de vie négatifs qu’ils avaient éventuellement rencontrés au cours de l’année écoulée : difficultés professionnelles, séparation, deuil, etc. Les résultats ont montré que le stress subi durant l’année jouait aussi sur l’influence du gène sur l’activation de l’amygdale, cette interaction « gène – environnement » étant elle-même modifiée par l’activité mentale du sujet.

Ces résultats montrent que le patrimoine génétique des sujets influence, certes, le fonctionnement du cerveau mais que cette influence est modulée aussi bien par l’histoire personnelle des sujets que par leur attitude psychologique. Extrapolés au domaine de la dépression, ces résultats suggèrent également que la psychothérapie, et notamment la thérapie cognitive qui consiste à aider le patient déprimé à appréhender le monde différemment, pourrait avoir des effets différents au niveau cérébral en fonction de certains gènes. Une piste que les chercheurs sont en train de suivre.

Source : CNRS

Références : Cognitive Appraisal and Life Stress Moderate the Effects of the 5-HTTLPR Polymorphism on Amygdala Reactivity. Cédric Lemogne, Philip Gorwood, Claudette Boni, Mathias Pessiglione, Stéphane Lehéricy, and Philippe Fossati. Human Brain Mapping. Novembre 2011

Rendez-vous sur Hellocoton !

A Lire également

Burn out : 3 millions de Français au bord de la cr... Selon une étude du cabinet Technologia, plus de 3 millions de personnes seraient confrontées à un risque élevé de Burn out. Une étude qui sert de base...
Enfants-adolescents: les troubles psychiatriques e... Médecins scolaires pas assez nombreux, nombre de lits en nette régression, carences de dépistage… Le Conseil économique, social et environnemental dre...
Dépression : 31% des 25-34 ans déclarent en souffr... 31% des 25-34 ans déclarent souffrir de dépression. C'est l'un des enseignements qui ressort du Baromètre de la Santé des Français d’AXA Prévention. ...
Des tablettes numériques pour réduire l’anxi... L’équipe d’anesthésie réanimation de l’hôpital Femme Mère Enfant de Lyon revient du congrès de Hong Kong où elle a présenté les résultats d’une étude ...
Stress et anxiété envahissent les patrons de TPE Une récente enquête de l'IFOP/Fiducial auprès des Très Petites Entreprises montre que le stress et l'anxiété sont les premières causes de problèmes de...
365 000 nouveaux cas de cancers en France en 2011 Selon l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses), on estime à 365 000 les nouveaux cas de ca...
Santé mentale : 95 % des 15-25 ans se déclarent “h... Selon un sondage Ipsos pour la Fondation Pierre Deniker dévoilé dans le cadre des Semaines d’Information de la Santé Mentale, 95 % des jeunes se décla...
Episode dépressif majeur : quels sont les symptôme... La dépression est l’une des maladies ou états psychiques les plus répandues et ce terme générique désigne en réalité un ensemble de « maladies ou état...
Dépression de l’adolescent : des recommandations p... Alors qu'on estime que près de 8 % des adolescents entre 12 et 18 ans souffriraient d’une dépression, la Haute Autorité de Santé (HAS) vient de publie...
Maladies chroniques et qualité de vie : où en est-... On estime à 15 millions le nombre de personnes atteintes en France de maladies chroniques et à 5 millions le nombre d’« aidants », proches ou familiau...
Le mariage, c’est bon pour la santé Selon une étude internationale publiée dans la revue britannique Psychological Medicine, le mariage contribuerait à réduire les risques de dépression ...
Alzheimer, Parkinson et dépression : une web TV po... Dépression, Maladie d’Alzheimer et Maladie de Parkinson... Avec ce nouveau site, le laboratoire Lundbeck France propose aux patients, aux familles de ...
Faut-il en avoir peur des antidépresseurs ? Le traitement médicamenteux ne constitue qu’un aspect de la prise en charge des sujets présentant des troubles dépressifs ou anxieux. Si historiquemen...
La luminothérapie, nouveau traitement pour préveni... Comment lutter contre les symptômes de dépression chez les futures mamans ? Selon une étude menée par des chercheurs suisse, la luminothérapie pourrai...
Le tabagisme pourrait aggraver la dépression chez ... Même si les adolescents s’allument parfois une cigarette en guise de traitement pour les coups de cafard, des scientifiques de l’Université de Montréa...
Les Françaises seraient les plus heureuses d&rsquo... Une récente enquête de Auféminin-Vivolta menée à l'international révèle que les Françaises sont les femmes les plus heureuses d'Europe ! Des Française...