Des chercheurs français viennent de démontrer l’efficacité d’un traitement innovant de thérapie génique chez le chien de la dystrophie musculaire de Duchenne. Des résultats qui ouvrent la voie à la mise en place d’un essai clinique chez l’Homme.

Ces travaux, initiés et soutenus par l’AFM-Téléthon, Atlantic Gene Therapies (AFM-Téléthon, Inserm UMR 1089, Université de Nantes, CHU de Nantes), Généthon (Evry) et l’Institut de Myologie (Paris), ont été publiés dans la revue américaine Molecular Therapy du mois de novembre, et financés en majeure partie par les dons du Téléthon.

La dystrophie musculaire de Duchenne est la maladie neuromusculaire la plus fréquente de l’enfant (1 garçon sur 3500 à 5000 naissances). Elle est due à une anomalie génétique dans le gène DMD, sur le chromosome X, entraînant l’absence d’une protéine indispensable au bon fonctionnement des muscles, la dystrophine.

Le traitement développé par les chercheurs d’Atlantic Gene Therapies, de Généthon et de l’Institut de Myologie, est basé sur l’utilisation d’un vecteur AAV (Adeno Associated Virus) portant un transgène permettant le saut d’un exon (1) spécifique et la production de dystrophine dans le muscle du malade.

Les résultats des travaux menés chez le chien indiquent notamment que chez ceux ayant reçu la dose la plus importante, 80 % des fibres musculaires expriment la « nouvelle » dystrophine avec la dose la plus élevée. Un résultat extrêmement encourageant car une expression minimum de 40 % de la dystrophine dans les fibres musculaires est nécessaire pour que la force soit réellement améliorée.

Ces résultats ouvrent la voie à la mise en place d’un essai de phase I/II qui visera à traiter, par voie locorégionale, le membre supérieur chez certaines personnes atteintes de dystrophie musculaire de Duchenne non ambulantes et dont la dystrophine peut être corrigée par le saut spécifique de l’exon 53. Les études de toxicologie et biodistribution réglementaires viennent de s’achever et le dépôt d’un dossier auprès des autorités réglementaires est prévu pour 2015.

1 Le saut d’exon est une technique qui consiste à ignorer la partie du gène qui est mutée et qui empêche la synthèse de la protéine. Une fois cette zone masquée, la protéine qui est produite est plus courte que la protéine « normale », mais fonctionnelle.

Source : AFM-Téléthon

A Lire également

Téléthon : participez à la régate virtuelle Concar... Antoine Priscoglio, bénévole pour le Téléthon et atteint de la myopathie de Duchenne (maladie génétique) organise une course de voiliers virtuelle de ...
Le Téléthon va produire des médicaments de thérapi... La Tribune revient ce mercredi sur l'Association française contre les myopathies (AFM) qui a reçu l'autorisation de fabriquer des médicaments pour des...
Gènes défectueux : va-t-on pouvoir les « réparer »... La progression des connaissances laisse espérer de nombreuses possibilités thérapeutiques mais aussi des risques car la régulation des gènes apparaît ...
Téléthon 2012 : un résultat final de 88 156 400 eu... 88 156 400 EUROS : c’est le résultat final du Téléthon 2012. Un résultat exceptionnel qui dépasse largement les promesses faites au soir du 8 décembre...
Myopathie de Duchenne : une 1ère thérapie innovant... L’AFM-Téléthon s'est félicitée vendredi de l'avis favorable de l’Agence européenne du médicament concernant la mise sur le marché de l’Ataluren pour l...
Premier succès de thérapie génique pour une maladi... Un malade atteint d’une maladie sévère du sang, la β-thalassémie, a retrouvé une vie normale, sans recours à des transfusions sanguines mensuelles, gr...
Maladie de Parkinson : un traitement expérimental ... Le traitement de la maladie de Parkinson vient de connaître une avancé capitale grâce à une thérapie génique expérimentale menée par une équipe franco...