Le syndicat de l’industrie pharmaceutique française (Leem) a présenté lundi une enquête consacrée au médicament réalisée en janvier 2012 par Ipsos*. Malgré l’affaire Mediator, les Français réaffirment leur confiance dans les médicaments (84 %) mais souhaitent être mieux informés. Autre enseignement de ce sondage, les laboratoires pharmaceutiques conservent une image plutôt positive auprès d’une majorité de Français (60 %).

La confiance des Français dans les médicaments reste stable et forte à 84 % (+ 2 points par rapport à 2011), 16 % seulement (-1 point) ne leur faisant pas confiance. Cette confiance est d’ailleurs encore plus élevée s’agissant de leurs propres médicaments (94 %). Ces résultats sont comparables à ceux des autres pays occidentaux : la confiance dans les médicaments y est comprise entre 84 % et 93 % (84 % en Suède et en France, 85 % aux Etats-Unis, 90 % en Espagne, 92 % en Allemagne et 93 % au Royaume-Uni) et entre 89 % et 95 % pour leurs propres médicaments.

78 % des Français vont chercher des informations supplémentaires
Les Français souhaitent davantage d’informations sur les médicaments qu’ils prennent. Près de quatre Français sur dix (39 %) déclarent que les médecins ne donnent pas suffisamment d’informations sur les médicaments qu’ils prescrivent. Ainsi, 78 % des Français vont chercher des informations supplémentaires, en priorité (58 %) sur les effets secondaires. Ils vont généralement rechercher ces informations sur la notice (pour 59% des Français), sur Internet (53 %), et auprès de leur pharmacien (43 %). A noter que l’information trouvée sur Internet donne rarement satisfaction, « parce qu’on n’est pas sûr de sa qualité » ou « que les informations sont contradictoires ». Face à cette demande d’information, une majorité de Français (57 %) jugent utile d’avoir des outils sur leur téléphone portable pour gérer leur santé ou suivre leurs traitements.

L’ordonnance et le remboursement accroissent significativement cette confiance. 95 % des Français font confiance aux médicaments délivrés sur ordonnance, contre 70 % pour les médicaments sans ordonnance. De même, pour les médicaments remboursés (94 %) comparés aux non-remboursés (77 %). Dans une moindre mesure, la confiance est également plus élevée dans les médicaments de marque (90 %) que dans les génériques (78 %).

Une image plutôt positive auprès d’une majorité de Français
L’affaire Mediator est bien présente à l’esprit des Français. Ils en ont entendu parler, dans leur quasi-totalité (98 %) et ont compris ce dont il s’agissait (97 %). En dépit de ce contexte peu favorable, les entreprises du médicament ont une image plutôt positive auprès d’une majorité de Français (60 %). Elle est meilleure que celle d’autres secteurs (51% pour l’agro-alimentaire, 40 % pour la grande distribution, 25 % pour la banque-assurance, etc.), à égalité avec les télécommunications (61 %), derrière l’automobile (69 %) et le bâtiment (74 %).

Il s’agit d’une image contrastée. En positif, les Français soulignent l’efficacité de l’action des entreprises du médicament, considérées comme « fournissant des médicaments de qualité » (74 %), comme « jouant un rôle important pour l’espérance de vie » (73 %) et comme étant « innovantes » (69 %). En négatif, les Français acceptent mal le principe de profit pour ces entreprises privées alors qu’elles agissent dans le domaine de la santé (« plus soucieuses de leurs bénéfices que des malades », selon 80 % des Français). Ceux-ci sont partagés sur la vigilance des entreprises en matière de sécurité, très certainement en raison de l’affaire Mediator (« elles font attention à la sécurité des médicaments » : 52 %).

Un secteur perçu comme innovant
Le secteur est perçu comme étant en constante innovation. Pour 95 % des Français, les entreprises du médicament jouent un rôle important en matière de découverte de nouveaux traitements (27 % estimant ce rôle « plutôt important », 41 % « très important » et 27 % « primordial »). Par ailleurs, ils considèrent que les médicaments s’améliorent sans cesse : les trois-quarts (76 %) estiment qu’ils se sont améliorés depuis 20 ans et 78 % portent un regard optimiste en prévoyant qu’ils se seront encore améliorés dans 20 ans. Même regard positif pour la praticité des médicaments (72 % estiment qu’ils sont plus faciles à prendre), pour les effets secondaires (mieux maîtrisés selon 60 % des Français) ou pour leur efficacité (58 %).

L’opinion est plus partagée en matière de contrôle des médicaments, vraisemblablement du fait des crises sanitaires récentes : seule une courte majorité (51 %) juge que les médicaments sont mieux contrôlés qu’il y a 20 ans ; beaucoup plus (les deux-tiers, 66 %) pensent néanmoins qu’ils le seront davantage dans 20 ans. Même scepticisme en matière de risque : seuls 38 % estiment que les médicaments sont moins risqués qu’il y a 20 ans (19 % davantage et 43 % autant) ; mais une plus grande partie (50 %) pense qu’ils seront moins risqués dans 20 ans.

Les Français s’inquiètent de l’avenir de la qualité des soins
95 % d’entre eux citent comme menaces « l’augmentation des tarifs des mutuelles », le « déficit de la Sécurité Sociale (94 %), le « problème de la dette et du déficit public » (93 %), « la pénurie de médecins » (92 %), le « coût des nouveaux traitements » (91 %), « la contrefaçon de médicaments » (90 %) et le « déremboursement de certains médicaments » (88 %).

La santé est jugée comme un thème prioritaire mais insuffisamment abordée par les candidats à la Présidentielle. Le thème de la santé est jugé « prioritaire » ou « très important » par les trois-quarts des Français (76 %) dans le cadre de l’élection Présidentielle. Pourtant, les programmes des candidats dans le domaine de la santé restent mal connus du grand public : seuls 11 % des Français déclarent « bien » connaitre leurs propositions en matière de santé, 89 % les connaissant « mal ».

Le médicament au quotidien…
Formes galéniques : les Français marquent clairement leurs préférences, parmi les dix testées : arrivent en tête les crèmes et pommades (73 % les trouvent agréables) et les sirops (72 %), suivi des gélules/comprimés (61 %). A l’inverse, les sprays (33 %), les gouttes pour les yeux/les oreilles (20 %), les piqures (11 %) ou les suppositoires (7 %) sont parmi les moins appréciés.

Lieux de rangement : les Français sont très ordonnés en ce qui concerne leurs médicaments : 75 % déclarent les ranger tous au même endroit chez eux. Parmi les lieux de rangement, deux se distinguent : la salle de bains (pour près des deux-tiers des Français, 65 %) et la cuisine (41 %).

Source : Leem

* Etude réalisée entre le 20 et le 24 janvier 2012 par Ipsos auprès de son Access Panel on line (par Internet) en France, Allemagne, Suède, Royaume-Uni, Etats-Unis, Espagne auprès d’échantillons de 1000 individus représentatifs de la population nationale. Echantillons construits selon la méthode des quotas : sexe, âge et région (ainsi que la profession du chef de ménage, la taille du foyer et la catégorie d’agglomération pour la France).

A Lire également

Lytos et Lithos : un risque de confusion entre le ... L’agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et l’Agence nationale de sécurité sanitaire, de l'alimentation, de l'envi...
Antidépresseurs: pas automatiques? Très efficaces dans les cas “lourds”, inutiles dans les cas “bénins”. Un article publié par le Jama (Journal of the American Medical Association, en a...
Antidouleur et antidépresseur: vers un médicament ... Des scientifiques de l’Institut Pasteur et du CNRS  ont mesuré, chez l’animal, les pouvoirs analgésique et antidépresseur de l'Opiorphine, un messager...
Pilule de 3ème et de 4ème génération: la baisse de... Selon un état des lieux de l’agence du médicament (ANSM), en mai 2013, la baisse des ventes des pilules de 3ème et de 4ème génération par rapport à ma...
DMLA : le médicament Avastin sera remboursé à part... Marisol Touraine, la ministre de la Santé, a annoncé jeudi la publication au Journal officiel de l’arrêté autorisant la prise en charge de l’Avastin d...
Les laboratoires Servier accusés de connaître la d... Selon des documents que des journalistes du Monde se seraient procurés, le laboratoire Servier connaissait déjà en 1995 les effets secondaires graves ...
Médicament anti-calvitie et impuissance permanente... Dans un point d'information publié mardi, l'agence du médicament (Afssaps) indique qu'à ce jour le lien de causalité entre la prise de finastéride (Pr...
Quand parle-t-on d’effets indésirables liés aux mé... 3,6% des hospitalisations sont dues à des effets indésirables de médicaments*. Les médicaments possèdent des effets bénéfiques préventifs ou curatif...
Soins palliatifs: seul 1 Français sur 3 s’es... Près de 20 ans après la mise en place du programme « Soigner, soulager, accompagner », la Fondation de France, en liaison avec la Société Française d’...
Diane 35 et ses génériques : l’agence frança... Le Comité pour l'évaluation des risques en matière de pharmacovigilance (PRAC) de l'Agence européenne du médicament a conclu que le rapport bénéfice/r...
Essai clinique à Rennes : le patient en état de mo... Le CHU de Rennes a annoncé dimanche en milieu de journée le décès du patient en état de mort cérébrale, suite à sa participation à un essai clinique d...
Médicaments : « les Français profondément inquiets... A l’occasion du débat-citoyen « Médicaments : ce qui doit changer ! » qui se tient aujourd’hui à Nantes, la Mutualité Française a fait réaliser une ét...
Mediator : des patients veulent porter plainte con... L'affaire du Mediator se transforme en saga judiciaire. Après les plaintes contre le laboratoire Servier puis l'Afssaps, après le fonds d'indemnisatio...
Médicament: les propositions chocs du rapport de l... A la lumière de l’affaire Médiator, le 2ème rapport de l’Igas, publié mardi soir, propose une réforme d’envergure de la pharmacovigilance, une reconst...
Plus de 70 molécules augmenteraient la mortalité d... Pertes de mémoire ou d’équilibre, raisonnement altéré… Selon une étude anglo-américaine publiée dans le Journal of the American Geriatrics Society et ...
Mediator: l’Etat va mettre en place un fonds... Dans un communiqué, le ministère de la Santé a annoncé mercredi soir que l’Etat allait mettre en place un fonds public d'indemnisation des victimes du...