L’Inserm a publié une expertise collective sur les effets des pesticides sur la santé, à la demande de la Direction générale de la santé, qui montre notamment qu’il existe une association entre l’exposition professionnelle aux pesticides et le cancer de la prostate ainsi que certains cancers hématopoïétiques (lymphomes non hodgkiniens, myélomes multiples). L’exposition à ces agents chimiques serait également associée au développement de certaines pathologies neurologiques comme la maladie de Parkinson.

L’expertise fait suite à des enquêtes épidémiologiques qui, depuis les années 1980, ont évoqué l’implication des pesticides dans plusieurs pathologies chez des personnes exposées professionnellement à ces substances, notamment des pathologies cancéreuses. Un groupe pluridisciplinaire d’experts a donc analysé les données de la littérature scientifique publiée au cours des 30 dernières années.

L’expertise collective s’est notamment intéressée à huit localisations de cancer : 4 cancers hématopoïétiques, ainsi que les cancers de la prostate, du testicule, les tumeurs cérébrales et les mélanomes.  La  plupart de ces localisations avaient été identifiées dans des méta-analyses antérieures comme potentiellement associées à une exposition aux pesticides, généralement sans distinction sur les matières actives incriminées.

Concernant le cancer de la prostate, une augmentation du risque existe chez les agriculteurs, les ouvriers d’usines de production de pesticides et les populations rurales (entre 12 et 28 % selon les populations). Quelques matières actives ont été spécifiquement documentées, en population générale : chlordécone; en population professionnelle : carbofuran, coumaphos, fonofos, perméthrine. Toutes sont actuellement interdites d’usage. Pour certaines d’entre elles, un excès de risque est observé uniquement chez les agriculteurs ayant des antécédents familiaux de cancer de la prostate.

Pour les cancers hématopoïétiques, une augmentation de risque de lymphomes non hodgkinien et de myélomes multiples existe chez les  professionnels  exposés aux pesticides du secteur agricole et non agricole. Les pesticides organophosphorés et certains organochlorés sont suspectés. Bien que les résultats soient moins convergents, un excès de risque de leucémies ne peut être écarté.

Concernant les autres localisations cancéreuses étudiées, l’analyse de l’ensemble des études reste difficile, en raison d’une incidence faible ou de l’existence d’un facteur de confusion important.

Pesticides et maladies neurodégénératives

L’expertise collective s’est intéressée a 3 maladies neurodégénératives, la maladie de Parkinson, la maladie d’Alzheimer et la sclérose latérale amyotrophique, ainsi qu’aux troubles cognitifs, qui pourraient prédire ou accompagner certaines pathologies neuro-dégénératives.
Maladie de Parkinson

Une augmentation du risque de développer une maladie de Parkinson a été observée chez les personnes exposées professionnellement aux pesticides. Un lien a pu être mis en évidence notamment lors d’une exposition aux insecticides et herbicides. L’association avec les fongicides n’a, à ce jour, pas été mise en évidence mais le nombre d’études est nettement moins important.

Pour les autres maladies neurodégénératives, les résultats sont plus contrastés. Par exemple, dans le cas de la maladie d’Alzheimer, les résultats des études de cohortes sont convergents pour révéler un excès de risque quand les études cas-témoins sont peu robustes. Quant à la sclérose latérale amyotrophique, trop peu d’études sont disponibles pour conclure.

Par ailleurs, plusieurs revues et une méta-analyse récente concluent à un effet délétère des expositions professionnelles aux pesticides notamment aux organophosphorés sur le fonctionnement cognitif. Cet effet serait plus clair en cas d’antécédents d’intoxication aigue.

Consulter le dossier de l’Inserm

Source : INca / Inserm

Rendez-vous sur Hellocoton !